1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2000-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté en 2011, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/4357

Mesures correctives identifiées

Adoptées en 2007, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/1282 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté en 2011, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/4357

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2004)
Montant total approuvé : 159 167 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 10.000 dollars EU provenant du fonds-en-dépôt italien; 4.000 dollars EU provenant de l'Accord de coopération France-UNESCO 

Missions de suivi antérieures

2002 et 2003 : expertise internationale ; décembre 2004 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2007 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2009 : mission du Centre du patrimoine mondial ; janvier 2011 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Sérieuse dégradation du patrimoine de la ville (beaucoup de maisons et l'ancien souk sont sérieusement délabrés) ;

b) Un fort pourcentage des maisons de la ville sont remplacées par des bâtiments en béton inappropriés ;

c) De grandes parties des espaces ouverts de la ville ont été privatisés, illégalement ou de manière informelle, et plus de 30 % d'entre eux sont construits ;

d) Absence de mesures de conservation et de développement de soutien.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L’État partie a soumis un bref rapport sur l’état de conservation du bien le 26 mars 2012, en réponse à la décision du Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011).

Il note que compte tenu de la situation politique et des problèmes de sécurité, seules des activités limitées ont pu être réalisées depuis le dernier rapport soumis en 2011. Depuis janvier 2012, il y a une nouvelle direction à l’Organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen (GOPHCY) qui a repris la mise en œuvre des mesures de conservation et de gestion définies pour le bien.

Concernant les mesures correctives adoptées, l’État partie indique qu’une initiative est actuellement prioritaire : faire passer au Parlement la loi sur les villes historiques, déjà approuvée au cabinet. Il est prévu que cette loi règle nombre de questions qui se posent actuellement, notamment l’allocation de ressources financières, les mécanismes d’engagement des différents intervenants, la réglementation pour empêcher les infractions, et les rôles et responsabilités des différents organismes gouvernementaux. Bien qu’il soit mentionné que cette adoption soit rapidement prévue, aucun délai n’a été fourni.

Le rapport mentionne que le GOPHCY travaille à la finalisation du plan de conservation ; aucun calendrier d’achèvement n’a été indiqué. L’État partie a également mentionné la tenue d’une réunion avec le Haut Comité pour la conservation et la création d’un Comité suprême de lutte contre les infractions, qui doit être dirigé par le Ministre de la Culture et le Gouverneur d’Hodeïda, et qui supervisera la lutte contre les infractions à la réglementation sur la construction dans divers bâtiments de Zabid. Il se réunira chaque trimestre pour assurer un suivi étroit et une évaluation. Des organismes gouvernementaux se sont aussi engagés à n’autoriser aucune construction avant accord du GOPHCY et sa supervision. Concernant le Programme de réhabilitation de l’habitat, des entretiens ont été tenus pour cerner les besoins en formation et renforcement des capacités afin de définir une stratégie, en concertation avec l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et le Fonds social de développement (FSD). Un secteur à l’extérieur de la zone tampon a également été désigné pour répondre aux besoins en matière d’habitat et devrait permettre d’accueillir initialement 1400 logements, mais sera sans doute étendu. Par ailleurs, le plan de conservation va être diffusé sous forme de brochure à la communauté locale, dans le cadre des activités de sensibilisation. On prévoit d’utiliser aussi d’autres moyens à cet égard, notamment les médias. Le Programme de réhabilitation du souk se poursuit et un financement complémentaire a été alloué pour améliorer l’infrastructure de Zabid et dans le secteur récemment désigné à l’extérieur de la zone tampon. Le GOPHCY poursuit aussi son programme de laboratoire de conservation du bois pour développer les capacités techniques et créer également des débouchés pour l’emploi des jeunes.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent l’avancement réalisé par l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives définies, malgré la situation dans le pays. Ils recommandent que le Comité souligne combien le soutien de la communauté internationale est important pour l’État partie, notamment en matière de renforcement des capacités et d’allocation de ressources techniques et financières pour permettre de parvenir à l’état de conservation souhaité dans les délais convenus.

Décision adoptée: 36 COM 7A.24

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A.Add,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7A.23, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.   Prend acte des informations fournies par l’État partie sur les actions entreprises pour mettre en œuvre certaines des mesures correctives, et prie instamment l’État partie de poursuivre son travail sur toutes les mesures correctives adoptées à sa 31e session (Christchurch, 2007) ;

4.   Invite la communauté internationale à soutenir financièrement et techniquement la mise en œuvre par l’État partie, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, des mesures prioritaires de conservation et de gestion et des actions de renforcement des capacités ;

5.   Demande à l’État partie, dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif, de soumettre une clarification des limites, d’ici le 1er décembre 2012 ;

6.   Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

7.   Décide de maintenir la Ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 36 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-12/36.COM/7A et WHC-12/36.COM/7A.Add),

2.    Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :