1.         Parc national Sangay (Équateur) (N 260)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/260/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1985-1993)
Montant total approuvé : 58 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/260/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 1989: UICN; juin 1999: mission d'expert de l'UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/260/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 2000

Résumé des précédents débats :
Vingt-troisième session du Comité – paragraphe X.5
Vingt-troisième session ordinaire du Bureau – paragraphe IV.4

Nouvelles informations : A sa dernière session au Maroc (novembre-décembre 1999), le Comité avait exprimé son accord avec la proposition de l'Etat partie selon laquelle il faudrait évaluer les effets de l'inclusion de Sangay sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Conformément à cette recommandation, le Centre et l'UICN comptent inviter les autorités équatoriennes à présenter un rapport à un atelier sur "Le rôle de la Liste du patrimoine mondial en péril dans la promotion de la coopération internationale en faveur des sites du patrimoine mondial". Cet atelier doit se tenir au moment du Congrès mondial de conservation de l'UICN, du 3 au 10 octobre 2000, à Amman, Jordanie. Plusieurs autres Etat parties qui ont l'expérience de l'utilisation de la Liste du patrimoine mondial en péril comme instrument pour la coopération internationale seront également invités à présenter des exposés lors de cet atelier.

Action requise

Le Bureau recommande que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau engage l'Etat partie à décrire en détail, dans le cadre du rapport qu'il sera invité à présenter à l'atelier d'Amman, les effets positifs et négatifs de l'inclusion du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et leur intérêt par rapport à la conservation à long terme du site. Lors des délibérations de cet atelier, les autorités équatoriennes, le Centre et l'UICN pourraient envisager d'élaborer un plan – avec description d'indicateurs et de normes – pour le suivi permanent de l'état de conservation de Sangay et pour envisager le retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau invite l'Etat partie à fournir un résumé de la présentation qu'il doit soumettre à l'atelier prévu à Amman, ainsi qu'un plan pour un suivi ultérieur et un retrait possible du site de la Liste du patrimoine mondial en péril à la vingt-quatrième session ordinaire du Comité.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2000

L'UICN a étudié le rapport sur l'état de conservation soumis par l'Etat partie et joint à une lettre datée du 27 juillet 2000 adressée au Centre. Ce rapport traite des efforts de l'Etat partie pour renforcer la conservation de ce site malgré la situation économique difficile du pays. Les conclusions du rapport soulignent qu'étant donné que la route Guamote-Macas a rendu le site plus accessible, l'intégrité du Parc est plus menacée. Les pressions causées par les populations locales qui veulent pénétrer dans le Parc à la suite de l'éruption du Tungurahua représentent aussi un important sujet de préoccupation. Ce rapport de l'Etat partie renforce les conclusions de la mission UICN sur le site en juillet 1999. L'UICN a félicité l'Etat partie de ses efforts pour renforcer la conservation de ce site et elle a recommandé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Ministre équatorien de l'Environnement doit présenter un exposé sur le cas du Parc national Sangay à l'atelier du Centre/UICN sur "Le rôle de la Liste du patrimoine mondial en péril dans la promotion de la coopération internationale en faveur des sites du patrimoine mondial", à Amman, Jordanie, les 6-7 octobre 2000. A cet atelier, les responsables du Centre et de l'UICN discuteront avec les autorités équatoriennes de l'élaboration d'un plan – avec description d'indicateurs et de normes – pour le suivi permanent de l'état de conservation de Sangay et pour envisager le retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 24 BUR IV.A.6

A sa dernière session au Maroc (novembre-décembre 1999), le Comité avait exprimé son accord avec la proposition de l'Etat partie selon laquelle il faudrait évaluer les effets de l'inclusion de Sangay sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Conformément à cette recommandation, le Centre et l'UICN comptent inviter les autorités équatoriennes à présenter un rapport à un atelier sur « Le rôle de la Liste du patrimoine mondial en péril dans la promotion de la coopération internationale en faveur des sites du patrimoine mondial ». Cet atelier doit se tenir au moment du Congrès mondial de conservation de l'UICN, du 3 au 10 octobre 2000, à Amman, Jordanie. Plusieurs autres Etats parties qui ont l'expérience de l'utilisation de la Liste du patrimoine mondial en péril comme instrument pour la coopération internationale seront également invités à présenter des exposés lors de cet atelier.

Le Bureau a été informé d'une réunion entre un fonctionnaire du Centre et le ministre équatorien de l'Environnement, tenue le 22 mai 2000, au cours de laquelle le ministre a informé le Centre de l'achèvement de la route Guamote-Macas et du fait que son gouvernement allait étudier les mesures à prendre pour limiter au maximum les impacts de cette route. Le Bureau a convenu avec l'UICN que l'atténuation des menaces de la route Guamote-Macas et la mise en œuvre effective du nouveau plan de gestion sont prioritaires pour améliorer l'état de conservation de ce site. Le représentant de l’UICN a noté que le cas du Parc national  Sangay illustrait l’utilité de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a recommandé que le Comité maintienne ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a engagée l'Etat partie à décrire en détail, dans le cadre du rapport qu'il sera invité à présenter à l'atelier d'Amman, les effets positifs et négatifs de l'inclusion du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et leur intérêt par rapport à la conservation à long terme du site. Le Bureau a invité les autorités équatoriennes, le Centre et l'UICN à élaborer, lors des délibérations de cet atelier,  un plan – avec description d'indicateurs et de normes – pour le suivi permanent de l'état de conservation de Sangay et pour envisager le retrait éventuel du site de la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a invité l'Etat partie à fournir à la vingt-quatrième session du Comité un résumé de la présentation qu'il doit soumettre à l'atelier prévu à Amman, ainsi qu'un plan pour un suivi ultérieur, qui résulterait à un retrait possible du site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 24 COM VIII.7

VIII.7 Parc national Sangay (Equateur)

Le Comité a été informé que le Ministre équatorien de l'environnement a participé à l'atelier d'Amman et qu'il a noté que l'inclusion du Parc national de Sangay sur la Liste du patrimoine mondial en péril avait aidé le Ministère de l'Environnement à négocier avec le Ministère des Travaux publics et d'autres services gouvernementaux pour obtenir des fonds afin d'évaluer les impacts environnementaux de la route Guamote-Macas et de planifier des mesures palliatives. Le Ministre a estimé que, malgré les récentes améliorations de l'état de conservation du site, il fallait maintenir Sangay sur la Liste du patrimoine mondial en péril. L'UICN a informé le Comité que la construction de la route Guamote-Macas faciliterait l'accès au site et pourrait menacer son intégrité. Le Comité a demandé au Centre et à l'UICN de poursuivre les négociations avec l'Etat partie pour établir un plan incluant des indicateurs et des repères qui permettraient notamment de déterminer à quel moment on pourrait retirer le site de la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Comité s'est rallié aux vues de l'UICN qui a estimé que les indicateurs devaient être directement associés aux valeurs qui ont justifié le statut de patrimoine mondial du site et qu'ils devaient être clairs, compréhensibles et reproductibles au fil du temps. Le Comité a maintenu Sangay sur la Liste du patrimoine mondial en péril.