1.         Sanctuaire de faune de Manas (Inde) (N 338)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1997-1997)
Montant total approuvé : 165 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

janvier 1997: mission du Centre du patrimoine mondial

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Comité, à sa dernière session, a pris note du fait que le ministère indien de l'Environnement et des Forêts (MOEF) et le gouvernement de l'Etat d'Assam avaient commencé à élaborer un plan de réhabilitation sur deux à trois ans, pour un montant total de 2.135.000 dollars EU, dont 235.000 dollars EU avaient été demandés comme assistance d'urgence au titre du Fonds du patrimoine mondial. Le Comité a été satisfait de l'utilisation du premier versement de 75.000 dollars EU approuvé par le Bureau à sa vingt et unième session en juin 1997, pour l'achat de trois véhicules, deux bateaux et cinquante-cinq téléphones sans fil. Le Comité a donc approuvé à sa dernière session un second versement de 90.000 dollars EU, comme assistance d'urgence, pour couvrir les dépenses de deux bateaux en fibre de verre, de quatre cents équipements de patrouille et la construction de bâtiments destinés à abriter les gardes-forestiers et servir de logement au personnel à l'intérieur du Parc.

Un membre du personnel du Centre entreprendra une mission à New Delhi à la fin d'avril 1998 et discutera de l'avancement de la mise en œuvre du plan de réhabilitation de Manas avec les autorités compétentes à New Delhi. Les résultats de la mission seront présentés lors de la vingt-deuxième session du Bureau.

Action requise

Le Bureau, à partir d'informations complémentaires qui pourraient être disponibles lors de sa vingt-deuxième session, pourrait recommander des mesures appropriées pour considération par l'Etat partie et/ou le Comité ainsi que par le Centre et l'UICN.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1998

Le Bureau, à sa vingt-deuxième session ordinaire en juin 1998, a appris que la mise en route d'un plan de réhabilitation de ce site, approuvé à sa dernière session en juin 1997, progressait de manière satisfaisante. Tout l'équipement acheté avec la première tranche de 75 000 dollars des E.-U. approuvée au titre de l'assistance d'urgence par le Bureau à sa vingt et unième session en juin 1997 avait été livré au site. La construction de bâtiments destinés à abriter des stations de gardes mobiles et à loger le personnel du Parc en utilisant la deuxième tranche de 90 000 dollars des E.-U. approuvée par le Comité à titre d'assistance d'urgence, à sa dernière session (Naples, 1997) a toutefois été retardée en raison de fortes pluies, mais débutera peu après la fin de la saison des pluies, en novembre 1998.

Les autorités indiennes ont informé un membre du personnel du Centre en mission à New Delhi en août 1998 que malgré l'amélioration des conditions de sécurité à Manas et aux alentours, le problème de l'insurrection est toujours bien présent dans l'Etat d'Assam et que des militants traversaient souvent le Sanctuaire. Le ministère de l'Environnement et des Forêts et le directeur du Parc ont néanmoins estimé que les conditions de protection du site et les relations avec les populations des villages de la région s'amélioraient peu à peu. Les autorités du Parc prennent les précautions nécessaires pour situer les nouvelles constructions qui devront être financées par le Fonds du patrimoine mondial dans des endroits qui ne soient pas complètement isolés et potentiellement vulnérables à des raids de militants à la recherche d'armes et de munitions. Les autorités indiennes ont suggéré que le Comité invite de nouveau le Bhoutan à ratifier la Convention, ainsi qu'il l'avait déjà fait lors de l'inscription du Sanctuaire de faune de Manas sur la Liste du patrimoine mondial en 1985. La ratification de la Convention par le Bhoutan permettra la proposition d'inscription du Parc national royal de Manas situé au Bhoutan et son classement comme site du patrimoine mondial et pourrait donc renforcer sensiblement les opérations de reconnaissance et de surveillance pour la protection de l'ensemble de l'écosystème transfrontalier de Manas.

Le ministère de l'Environnement et des Forêts a convenu d'informer le Centre, avant le début de la vingt-deuxième session du Comité, du financement national de contrepartie fourni en 1998 pour la mise en œuvre du plan de réhabilitation de Manas.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 22 BUR V.A.9

Le Bureau a rappelé que le Comité, à sa dernière session, avait pris note de la mise en route, par le Ministère de l'environnement et des forêts (MOEF) de l'Inde et les autorités de l'Etat d'Assam, d'un plan de réhabilitation d’une durée de deux-trois ans d'un coût total estimé à 2 135 000 dollars des E.-U., que l'Etat partie avait demandé au Fonds du patrimoine mondial de financer à hauteur de 235 000 dollars au titre de l'assistance d'urgence. Le Comité était satisfait de l'utilisation de la première tranche de 75 000 dollars, approuvée par le Bureau à sa vingt et unième session en juin 1997. Cette somme avait servi à l'achat de trois véhicules, de deux bateaux et de 55 postes de communication sans fil. A sa dernière session, le Bureau avait approuvé, au titre de l'assistance d'urgence, une deuxième tranche de 90 000 dollars destinée à couvrir les coûts de deux bateaux en fibres de bois, de 400 équipements de patrouille et de la construction de bâtiments destinés à abriter des stations de gardes mobiles et à loger le personnel du Parc. Le Bureau a noté que la mise en œuvre du plan de réhabilitation progressait de manière satisfaisante, en dépit de retards dans les activités de construction dus à une saison des moussons inhabituellement précoce, et que les conditions s'amélioraient concernant la conservation et la gestion du site.

 Le Bureau a invité le Centre et l'UICN a continuer de suivre la mise en œuvre du plan de réhabilitation et de soumettre au Comité, à sa vingt-deuxième session en novembre-décembre 1998, un rapport sur l'état d'avancement de ce plan, précisant l'utilisation qui était faite du montant de 90 000 dollars approuvé par le Comité à sa dernière session à Naples. Il a recommandé que le Comité maintienne l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 22 COM VII.9

VII.9 Sanctuaire de faune de Manas (Inde)

Le Comité a été informé que la mise en oeuvre du plan de réhabilitation de ce site, approuvée à la vingt-deuxième session du Bureau (juin 1997), progressait de manière satisfaisante. Tout l'équipement acheté avec la première tranche de 75 000 dollars, approuvée au titre de l'assistance d'urgence par le Bureau en juin 1997, a été livré au site. Le Comité a approuvé l'utilisation de la petite somme représentant le solde restant des 75.000 dollars (soit 872 dollars) non dépensé par le Bureau de l'UNESCO à New Delhi pour une visite sur le site de Manas au début de 1999. La construction de bâtiments de postes de garde et de logements pour le personnel à entreprendre avec la seconde tranche de 90 000 dollars approuvée par le Comité à titre d'assistance d'urgence à sa dernière session (Naples, 1997), a toutefois été retardée en raison de mauvaises conditions climatiques dans la région en 1998, mais devrait débuter en 1999.

Le Comité a noté que malgré l'amélioration des conditions de sécurité à Manas et aux alentours, le problème de l'insurrection est toujours bien présent dans l'Etat d'Assam et que des militants traversaient souvent le Sanctuaire. Néanmoins, le Comité a été informé que les autorités indiennes estimaient que les conditions de protection du site et les relations avec les populations des villages de la région s'amélioraient peu à peu. Le Comité a noté le fait que les autorités indiennes avaient fourni 400.000 dollars pour renforcer la conservation à Manas en 1997-1998 et qu'il serait envisagé de verser des contributions supplémentaires dès utilisation des fonds fournis selon les plans approuvés par le Ministère de l'Environnement et des Forêts à New Delhi, le gouvernement de l'Etat d'Assam et les responsables de la gestion du site.

Le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé au Centre de continuer à suivre l'avancement de la mise en oeuvre du plan de réhabilitation. De plus, le Comité a décidé de demander au Directeur général de l'UNESCO d'inviter le gouvernement bhoutanais à ratifier la Convention du patrimoine mondial et à envisager de proposer l'inscription au patrimoine mondial du Parc national royal de Manas situé au Bhoutan. Le Comité a noté que cela pourrait contribuer à renforcer la protection d'ensemble de l'écosystème transfrontalier de Manas.