1.         Ville de Luang Prabang (République démocratique populaire lao) (C 479bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-1997)
Montant total approuvé : 87 242 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

Le Comité à sa vingtième session a noté les préoccupations exprimées par le Bureau quant aux méthodes de conservation non adaptées appliquées pour la rénovation de maisons et de temples de Luang Prabang, particulièrement l'utilisation de revêtement en ciment sur des bâtiments historiques. Le Bureau a vivement engagé le gouvernement à promulguer dès que possible la Loi sur la protection des biens culturels et à organiser une réunion d'information pour présenter le Plan de sauvegarde et de développement de la ville, afin de s'assurer que les projets de développement de l'infrastructure ne compromettent pas la valeur de patrimoine mondial du site.
Le Bureau a pris note du rapport d'avancement du Secrétariat et a félicité le gouvernement de la République populaire démocratique lao et les autorités provinciales de Luang Prabang pour les nombreuses réussites dans le domaine de la protection de ce site au titre du projet commun Luang Prabang-Chinon-
UNESCO, qui vont de l'adoption de mesures juridiques et de gestion, à la formation aux pratiques de conservation et à la production de matériaux de construction traditionnels. 
Le Bureau s'est cependant déclaré préoccupé par la poursuite de l'utilisation de pratiques de conservation inadaptées pour les demeures historiques et l'emploi de certains matériaux de construction modernes qui compromettent non seulement l'authenticité mais aussi l'intégrité du site. Le Bureau a
recommandé que des mesures d'application de la loi soient associées avec une sensibilisation du public et des activités de formation de la population locale afin d'assurer son engagement et sa participation qui sont essentielles pour la protection de ce site principalement constitué de bâtiments vernaculaires appartenant à des propriétaires privés.

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

Le Comité à sa 20e session a noté les préoccupations exprimées par le Bureau quant aux méthodes de conservation inadaptées appliquées pour la rénovation de maisons et de temples à Luang Prabang, particulièrement l'utilisation de revêtement en ciment sur des bâtiments historiques. Le Bureau a vivement engagé le gouvernement à promulguer dès que possible la Loi sur la protection des biens culturels et à organiser une réunion d'information pour présenter le Plan de sauvegarde et de développement de la ville, afin de s'assurer que les projets de développement de l'infrastructure ne compromettent pas la valeur de patrimoine mondial du site.

La Maison du patrimoine - service consultatif des autorités provinciales, a été créée en 1996 pour encourager la population locale à respecter la réglementation sur la construction. Elle a organisé une exposition de panneaux et une réunion pour les gouverneurs de toutes les provinces du Laos sur les résultats de la première phase du plan de sauvegarde et de développement. Cette exposition en 76 panneaux sur les exigences de protection du site est présentée au Musée national de Luang Prabang depuis juin 1997. L'Union européenne, représentée par huit ambassadeurs des Etats membres d'Europe, a inauguré l'exposition au cours du circuit d'inspection du projet de l'Union européenne dans le nord du Laos. L'exposition sera présentée à Hanoï, au Viet Nam, pendant la conférence au sommet des Etats francophones en novembre 1997.

Par l'intermédiaire de la Maison du patrimoine, le projet commun de coopération Luang Prabang-Chinon (France)-Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, outre la première phase du Plan et l'exposition, a préparé le projet de loi sur la protection des biens culturels qui a été officiellement adopté par le Conseil des ministres en tant que décret en mai 1997. Le projet commun, avec l'appui de l'Ecole d'Avignon et le ministère français de la Culture, a également organisé une session de formation en cours d'emploi pour les entreprises locales de construction et des artisans sur la pratique de la conservation. Cette réunion s'est tenue dans la maison de bois de Xieng Mouane, l'une des plus importantes maisons traditionnelles de la ville. Par ailleurs, aux termes de ce projet commun, une étude scientifique des zones humides de la ville a été menée par l'Université de Tours (France) pour mettre au point une proposition de projet qui traiterait à la fois de mesures d'amélioration de la santé et de l'hygiène ainsi que des besoins écologiques urbains pour soumission à l'Union européenne. Un accord sur la prochaine phase du projet commun a été signé par le maire de Chinon et le gouverneur de Luang Prabang en août. Un nouvel accord de coopération a été signé en octobre entre le président de la Région Centre (France) et le Directeur général de l'UNESCO pour restaurer un bâtiment colonial du XIXe siècle qui deviendra un Centre d'information sur le patrimoine mondial de Luang Prabang, en tant qu'exemple de réutilisation adaptative de bâtiments historiques à des besoins contemporains. Les projets de Chinon et de la Région Centre font tous deux partie de l'accord signé en octobre 1997 entre l'UNESCO et le gouvernement lao.

La somme de 39.900 dollars E.U. au titre de la coopération technique accordée en décembre 1996 par le Fonds est utilisée pour améliorer la qualité des tuiles de couverture en brique et pour encourager l'utilisation de mortier et de revêtements de chaux. Une étude à la fois socio-économique et architecturale des habitants et de leurs maisons historiques est également en cours pour sélectionner les bénéficiaires de l'Aide à la population pour la préservation des bâtiments historiques de Luang Prabang.

Une demande de formation a été présentée par le gouvernement pour cofinancer la préparation d'un manuel pour les propriétaires de bâtiments historiques et l'organisation d'une série d'ateliers locaux de formation pour les moines, les enseignants, les organisations de femmes et d'autres groupes communautaires, afin de favoriser des consultations sur le Plan de sauvegarde et de développement avant le lancement de la seconde phase du Plan. Le Bureau de l'UNESCO à Bangkok fournira l'appui technique à cette formation de la population locale.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 21 EXT.BUR V.3

Décision adoptée: 21 COM VII.C.55

VII.55 Le Comité a pris note des décisions de la 21e session extraordinaire du Bureau concernant les biens culturels qui suivent, tels qu'ils figurent dans le rapport de la session du Bureau (documents de travail WHC-97/CONF.208/4B Section III.C.c) :

Site archéologique de Joya de Ceren (El Salvador)

Vieille ville de Ségovie et son aqueduc (Espagne)

Le Canal du Midi (France)

Mont-Saint-Michel et sa baie (France)

Bâtiments traditionnels asante (Ghana)

Site maya de Copan (Honduras)

Fort d'Agra, Taj Mahal, Fatehpur Sikri (Inde)

Quseir Amra (Jordanie)

Ville de Luang Prabang (République populaire démocratique lao)

Cité préhispanique de Teotihuacan (Mexique)

Ile de Mozambique (Mozambique)

Itchan Kala, Centre historique de Boukhara (Ouzbékistan)

Mohenjo Daro (Pakistan)

Eglises baroques des Philippines (Philippines)

Sites culturels du patrimoine mondial au Sri Lanka

Ancienne ville de Damas (République arabe syrienne)

Zones historiques d'Istanbul (Turquie)

Shibam et Zabid (Yémen)