1.         Tyr (Liban) (C 299)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1984

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/299/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-1986)
Montant total approuvé : 4 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/299/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

mars 1995: mission de l'UNESCO 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/299/

Information présentée au Bureau du Comité du patrimoine mondial en 1997

En janvier dernier, le Centre a chargé un consultant de se rendre à Tyr pour évaluer les conséquences négatives possibles de deux projets : la construction d'un grand marché aux poissons dans le vieux port nord et la construction d'une autoroute côtière reliant Beyrouth à Nakoura et passant à proximité immédiate de Tyr.

1)         Le port

Les conséquences néfastes de la construction du marché aux poissons seraient considérables :

            a)         l'aspect du vieux quartier du port serait défiguré, sinon détruit à jamais ;

            b)         la ville ancienne et le port seraient définitivement séparés par une grande construction moderne et l'unité historique brisée ;

            c)         les vestiges archéologiques les plus anciens de Tyr, notamment sous-marins, seraient détruits et le site du patrimoine mondial coupé en deux, entre la presqu'île et la partie continentale à l'est.

2)         Le projet d'autoroute

Ce projet menace directement trois sites archéologiques de première importance :

            a)         un grand échangeur est prévu sur la nécropole de Ramayel, riche en caveaux funéraires dont certains sont ornés de fresques ;

            b)         dans son tracé, l'autoroute rase au passage une partie de l'aqueduc romain, parfaitement conservé à cet endroit ;

            c)         l'autoroute détruira également, en deux endroits, de longs tronçons d'une très vaste muraille, vraisemblablement d'époque hellénistique, et dénommée "rempart d'Alexandre".

Action requise

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur le site de Tyr, le Bureau exprime aux autorités libanaises ses vives préoccupations sur les différentes menaces qui pèsent sur le site et leur demande de tout mettre en oeuvre pour le protéger.

En ce qui concerne le projet de grand marché aux poissons prévu dans le vieux port nord, qui défigurerait la vieille ville et couperait en deux le site tout en détruisant nombre de vestiges archéologiques, il conviendrait de lui trouver un emplacement plus approprié, par exemple à une certaine distance au nord du site du patrimoine mondial.

En ce qui concerne l'autoroute côtière reliant Beyrouth à Nakoura et passant à proximité immédiate de Tyr, il conviendrait de revoir d'urgence son tracé afin qu'elle contourne la nécropole de Ramayel, l'aqueduc romain et le "rempart d'Alexandre".

Enfin, d'une manière plus générale, et au moment où l'UNESCO consacre ses efforts à la préparation de la Campagne internationale de sauvegarde, il convient de procéder à toutes les fouilles et travaux de préservation et de mise en valeur archéologiques nécessaires, réaménager et conserver les zones historiques et les consacrer à leur vocation culturelle et historique, réglementer l'urbanisme et la construction et enfin, redéfinir de manière précise vers l'est les limites du site du patrimoine mondial, qui doivent inclure toutes les zones de vestiges archéologiques".


21e session extraordinaire du Bureau en 1997:
Notant que la Direction générale des Antiquités a déjà mené une série d’actions en faveur de la conservation, mais préoccupé par les menaces qui subsistent, le Bureau recommande au Comité d’adopter la décision suivante :

"Le Comité félicite les autorités libanaises pour la qualité de travail de protection menée à bien et recommande qu’une attention toute particulière soit apportée à la préparation rapide d’un schéma directeur couvrant toutes les zones archéologiques de Tyr et ses environs, incluant la ville de Tyr. Le Comité rappelle aux autorités libanaises que le Secrétariat leur avait déjà fait part de sa disponibilité à contribuer techniquement et substantiellement à la préparation de pareils schémas directeurs pour tous les sites libanais du patrimoine mondial."


Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1997

Dans le cadre de la préparation de la Campagne internationale pour la sauvegarde de Tyr, la Division du patrimoine culturel de l'UNESCO a envoyé une série de missions chargées de la préparation des différents éléments de la Campagne. Dans ce cadre-ci, un certain nombre d'actions prioritaires ont été proposées (fouilles préventives de sites menacés, création d'un centre de conservation et de documentation, conservation de certains vestiges in situ, prospection systématique de la zone archéologique, amélioration des conditions de stockage, conservation et mise en valeur de la basilique).

Selon cette mission, il ressort que la Direction générale des antiquités a déjà mené à bien toute une série d'actions positives qui limitent de beaucoup de nouvelles destructions de vestiges archéologiques (mise en place d'une équipe de techniciens travaillant sur place, mobilisation de l'opinion publique en faveur de la protection du patrimoine, travaux de protection et fouilles de plus en plus systématiques).

Par contre, des menaces subsistent : abandon des sites pendant de nombreuses années, favorisant érosion et vandalisme ; existence de constructions sauvages aux abords des sites; manque de personnel et de moyens à la Direction générale des antiquités et enfin, absence d'un schéma directeur actualisé et adapté.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 21 BUR IV.B.46

Après avoir pris connaissance du rapport du Secrétariat sur le site de Tyr et des remarques de l'Observateur du Liban, le Bureau a décidé de différer l'examen de l'état de conservation du site jusqu'à sa 21e session extraordinaire du mois de novembre, afin de prendre en compte les rapports des missions d'experts envoyés sur place par l'UNESCO dans le cadre de la campagne internationale de sauvegarde et les commentaires qu'y apporteront les autorités libanaises.

Décision adoptée: 21 COM VII.C.51/52

VII.52 Tyr (Liban)

Notant que la Direction générale des Antiquités avait déjà mené une série d'actions en faveur de la conservation, mais préoccupé par les menaces qui subsistent, le Comité a félicité les autorités libanaises pour la qualité du travail de protection mené à bien et a recommandé qu'une attention toute particulière soit apportée à la préparation rapide d'un schéma directeur couvrant toutes les zones archéologiques de Tyr et ses environs, incluant la ville de Tyr. Le Comité a rappelé aux autorités libanaises que le Secrétariat leur avait déjà fait part de sa disponibilité à contribuer techniquement à la préparation de pareils schémas directeurs pour tous les sites libanais du patrimoine mondial.