1.         Centre historique de Mexico et Xochimilco (Mexique) (C 412)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (ii)(iii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/412/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-1999)
Montant total approuvé : 5 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/412/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2002 : mission de suivi réactif de l'ICOMOS ; janvier 2009 : mission de suivi réactif conjointe UNESCO/ICOMOS 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/412/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

En réponse aux demandes faites par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (décision 35 COM 7B.127), l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation qui traite d’une manière appropriée les informations demandées. L’État partie a poursuivi la mise en œuvre du plan de gestion pour le centre historique de Mexico, comme prévu depuis 2010, prenant particulièrement en compte la participation des citoyens à la préservation du bien, ainsi que le dynamisme de l’espace urbain et le postulat de la durabilité. L’État partie a également mis en place à Xochimilco une unité de gestion, qui a commencé à travailler en décembre 2012.

 

Plus particulièrement, l’État partie continue de traiter les principaux problèmes du projet d’urbanisme, comme les questions de transports publics, dont la ligne de Métrobus 4 et la ligne de métro 12. L’État partie a aussi mis en oeuvre des politiques de logement social, ce qui a conduit à une augmentation du nombre d’immeubles à usage d’habitation, pour la première fois depuis la fin des années 1980. Quant aux édifices monumentaux qui risquent de s’effondrer, l’État partie et les autorités locales mettent en œuvre des politiques publiques qui respectent les recommandations émises par le Comité du patrimoine mondial et la mission de suivi réactif de 2009. L’État partie a mis en place un système global de gestion des risques, y compris des dispositions relatives à l’évaluation et à la prévention en temps utile. En outre, des zones piétonnes ont été élargies et une importante campagne de sensibilisation au bien du patrimoine mondial a été menée auprès du grand public. D’une manière générale, la collaboration entre secteurs public et privé a été un succès et a abouti à la mise en œuvre réussie de plusieurs projets prévus dans le plan de gestion, parmi lesquels des actions de conservation et la poursuite du projet archéologique de Templo Mayor. Enfin, le plan d’action futur est clairement indiqué par l’État partie. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Pour ces raisons, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont d’avis que la conservation du bien est traitée d’une manière appropriée. Néanmoins, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives vont continuer d’examiner les interventions sur le bien, en particulier celles de la zone de Regina 97, la recherche archéologique en cours et les travaux sur le Templo Mayor, et assurer le suivi de l’efficacité du système de gestion. 

Décision adoptée: 37 COM 7 B.103

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant les décisions 34 COM 8B.6, 35 COM 7B.42, 35 COM 7B.63, 35 COM 7B.67, 35 COM 7B.68, 35 COM 7B.69, 35 COM 7B.73, 35 COM 7B.88, 35 COM 7B.94, 35 COM 7B.98, 35 COM 7B.102, 35 COM 7B.106, 35 COM 7B.109, 35 COM 7B.122, 35 COM 7B.127, 35 COM 7B.128, 35 COM 7B.131 et 35 COM 7B.133 ,adoptées respectivement à ses 34e (Brasilia, 2010) et 35e (UNESCO, 2011) sessions,

3.  Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:

4.  Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial ;

5.  Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant tout engagement irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations .

Décision adoptée: 37 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8E et WHC-13/37.COM/8E.Add,

2.  Félicite les Etats Parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;

3.  Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle,  telles que présentées dans l’Annexe I du Document WHC-13/37.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

4.  Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue par les Organisations consultatives en priorité ;

5.  Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l’ordre dans lequel elles seront passées en revue par les Organisations consultatives suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que :

6.  Demande au Centre du patrimoine mondial d'harmoniser l'ensemble des sous-titres dans les Déclarations adoptées de valeur universelle exceptionnelle lorsque cela s’avère approprié et lorsque les ressources et le temps du personnel permettent d’effectuer ce travail ;

7.  Demande également aux États parties, aux Organisations consultatives et au Centre du patrimoine mondial de s’assurer de l’utilisation d’un langage neutre à l’égard du genre dans les Déclarations proposées pour l’adoption par Comité du patrimoine mondial ;

8.  Demande en outre au Centre du patrimoine mondial de s’assurer que les Déclarations adoptées sont conformes aux décisions ultérieures du Comité du patrimoine mondial concernant les modifications de noms des biens du patrimoine mondial et les refléter dans la totalité du texte des Déclarations concernées, en consultation avec les États parties et les Organisations consultatives ;

9.  Demande par ailleurs aux États parties de fournir un soutien au Centre du patrimoine mondial pour la traduction des Déclarations adoptées de valeur universelle exceptionnelle vers l’anglais ou le français selon les cas, et demande finalement au Centre de les publier sur son site Internet.