1.         Parc national de Pirin (Bulgarie) (N 225bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (vii)(viii)(ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1995-2004)
Montant total approuvé : 21 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé: soutien financier du Programme de participation de l’UNESCO pour le développement d’une stratégie de tourisme durable (2010)

Missions de suivi antérieures

2002, 2004 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN ; 2011 : mission de suivi réactif du Centre du patrimoine mondial.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/225/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 1er février 2013, un rapport complet sur l’état de conservation du bien a été remis par l’État partie. 

a)  Aménagements dans la zone tampon

L’État partie donne des détails sur cinq projets mineurs de construction et de reconstruction portant essentiellement sur l’infrastructure de ski existante, qui ont été examinés et approuvés dans la zone tampon du bien du patrimoine mondial en 2012 suite à une évaluation d’impact environnemental (EIE) et à une évaluation appropriée (EA) pour vérifier leur compatibilité avec les objectifs de conservation du Parc national de Pirin. Ces aménagements ont été approuvés dans la mesure où leurs répercussions sur le Parc national sont jugées insignifiantes selon l’État partie.

L’Etat partie rend compte également d’une proposition de la municipalité de Bansko visant à amender le régime de la zone touristique de l’actuel plan de gestion du Parc national, incluse dans la zone tampon du bien, pour permettre de continuer à développer le domaine skiable de Bansko dans la partie qui était exclue du bien et a ensuite été intégrée dans sa zone tampon en 2010. Ce projet d’amendement est actuellement en cours d’examen par l’État partie, conformément à la législation en vigueur.

Des informations supplémentaires ont été soumises par l’Etat partie dans une lettre du 23 avril 2013, à la suite d’une question du Centre du patrimoine mondial au sujet de de l’approbation du projet de document émis par la Municipalité de Bansko. L’Etat partie a confirmé que le 19 février 2013, ce projet a été examiné par le Grand conseil spécialisé pour l’écologie (HEEC) du Ministère de l’Environnement et de l’Eau (MdEE), lequel a proposé que le Ministère de l’Environnement et de l’Eau soumette le projet d’amendement du plan de gestion en vue de son adoption par le Conseil des Ministres, après la prise en compte des commentaires de l’HEEC. L’Etat partie a également clarifié qu’à ce point du processus, le projet ne contient aucune proposition d’investissement spécifique, et qu’il n’y a donc besoin d’aucune étude d’impact sur l’environnement. L’Etat partie a également confirmé que si le projet d’amendement est accepté, « cela permettra simplement de continuer à élaborer un plan conformément à la loi sur l’aménagement du territoire, avec des paramètres spécifiques et la localisation des objets concrets, dont l’impact sera alors évalué ». Au moment où ce rapport est rédigé, ce projet n’a pas été soumis au Conseil des Ministres.

b)  Projets de création de nouvelles zones skiables dans le périmètre du bien

L’État partie rappelle qu’aucun nouveau projet de construction d’infrastructure de ski dans le périmètre du bien n’a été approuvé en 2012 et que toutes les problématiques d’importance pour le Parc national seront prises en compte dans l’élaboration d’un nouveau plan de gestion du Parc national de Pirin. L’État partie souligne qu’il a conscience que le statut de patrimoine mondial du bien n’autorise pas le développement d’infrastructures de ski dans son périmètre et entraînerait son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, mais il n’a pas formulé d’engagement clair que de nouveaux aménagements destinés à la pratique de ski ne seraient pas autorisés dans le périmètre du bien, comme l’avait demandé le Comité dans la décision 36 COM 7B.18 (Saint-Pétersbourg, 2012). 

c)  Planification régionale pour un développement durable, y compris pour un tourisme naturel

L’État partie confirme que l’absence de plan-cadre de développement pour la Municipalité de Bansko a provoqué une expansion excessive de la capacité d’hébergement dans cette partie de la zone tampon du bien, et il signale que la préparation d’un plan-cadre de développement pour cette municipalité, y compris d’une EES tenant compte du Parc national, a déjà commencé. L’État partie déclare que la stratégie de 2010 pour un tourisme naturel durable sera prise en compte dans les prochains processus de développement concernant les plans directeurs municipaux et le plan de gestion du Parc national et qu’un plan d’action a été établi pour sa mise en œuvre avec des activités, un calendrier et un cadre financier précis.

d)  Démarcation du bien

L’État partie informe qu’une démarcation des limites du bien à l’aide de GPS sera effectuée dans le cadre du projet de “Gestion durable du Parc national de Pirin”, mais ne précise pas la date d’exécution prévue. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN estiment que l’achèvement en temps opportun de cette opération de démarcation du bien à l’aide de GPS sera une condition préalable essentielle pour s’assurer que les équipements pour la pratique du ski n’empiètent pas davantage sur le territoire du Parc national de Pirin et le bien.

e)  Suivi d’impact et minimisation de la pratique du ski et d’autres activités dans la zone tampon

L’État partie annonce des plans d’évaluation de la nécessité et l’approche possible de suivi des impacts liés à la pratique du ski et autres activités dans la zone tampon autour du bien sans s’engager à ce stade dans la mise en œuvre d’un tel programme de suivi. Il souligne en outre l’existence de moyens légaux de contrôle de l’impact environnemental des bâtiments existants et des infrastructures connexes dans le Parc national. 

f)  Renouvellement du plan de gestion du Parc national de Pirin et des plans de mise en œuvre d’activités touristiques

L’État partie fournit des informations à jour concernant le processus de renouvellement du plan de gestion envisagé qui doit être approuvé en 2014. Il en va de même des plans de mise en œuvre d’activités touristiques dans les zones tampons de Bansko et Dobrinishte. Le plan de gestion existant restera en application jusqu’à cette date, basé sur la nouvelle législation dans ce domaine.

Comme indiqué ci-dessus, un amendement proposé du plan de gestion actuel est en cours d’étude par l’Etat partie.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent qu’un projet d’amendement du plan de gestion du Parc national de Pirin, qui permettrait de nouveaux aménagements pour la pratique du ski dans la zone tampon de Bansko, est actuellement en cours d’étude auprès de l’Etat partie. Ils prennent également note des informations soumises par l’Etat partie indiquant que des Evaluations d’impact environnemental et social (EIESs) et des Evaluations appropriées (EAs) doivent être entreprises au sujet des projets d’aménagement spatiaux et techniques qui devront être mis développés, si l’amendement proposé est approuvé. Ils recommandent au Comité de demander à l’Etat partie de s’assurer que l’amendement proposé ne soit pas en contradiction avec la Stratégie 2010 pour le tourisme naturel durable, et qu’un mécanisme de suivi approprié soit mis en place pour les activités de ski et les autres activités dans la zone tampon, comme demandé par le Comité, avant que les amendements proposés du plan de gestion et tout autre projet d’aménagement dans la zone tampon ne soient approuvés. Ils considèrent également que les EIESs et EAs, qui seraient menées au sujet des projets d’aménagement spatiaux et techniques mentionnés plus haut, devraient évaluer rigoureusement les impacts potentiels des projets sur la Valeur universelle exceptionnelle, et particulièrement sur l’intégrité du bien.

Ils recommandent aussi que le Comité réitère sa demande à l’État partie de clairement confirmer qu’aucune nouvelle zone dans le périmètre du bien, en dehors des zones déjà exclues, ne sera autorisée à installer des infrastructures de ski ou d’autres équipements qui représenteraient également un fort impact. Ils recommandent de surcroît au Comité de réitérer sa demande à l’État partie de procéder d’urgence à la démarcation, à la communication et au maintien des limites du bien et de veiller à ce que ces mesures soient respectées.

Décision adoptée: 37 COM 7B.17

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B.Add,

2.  Rappelant la décision 36 COM 7B.18 , adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.  Note qu’un projet d’amendement du plan de gestion pour le Parc national de Pirin qui autoriserait d’autres projets d’aménagement dans les limites de la zone tampon du bien, est en cours d’étude par l’Etat partie ;

4.  Demande à l’Etat partie de s’assurer que l’amendement proposé est en adéquation avec la Stratégie 2010 pour le tourisme naturel durable, et qu’un mécanisme de suivi approprié est mis en place pour les activités de ski et les autres activités dans la zone tampon, comme demandé par le Comité et la Mission de suivi réactif 2011, avant que ne soit approuvé le projet d’amendement ;

5.  Demande également à l’État partie d’entreprendre une Evaluation stratégique environnementale pour le développement de la zone tampon, comprenant des consultations avec les parties intéressées, et prie l’Etat partie de s’assurer que ces propositions n’auront pas un impact négatif sur la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et particulièrement sur son intégrité ;

6.  Réitère sa demande à l’Etat partie de confirmer qu'aucun nouvel aménagement destiné à la pratique du ski ne sera autorisé et réaffirme sa position selon laquelle tout aménagement supplémentaire destiné à la pratique du ski, d'une piste de ski ou d'une infrastructure liée à cette pratique sur le territoire du bien constituera la condition d'une inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

7.  Prie instamment l’État partie d’accélérer la mise en œuvre des recommandations restantes de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN de 2011 sur le bien, qui ne sont pas encore intégralement appliquées à ce jour ;

8.  Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014 , un rapport sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014.