1.         Centre historique de Vienne (Autriche) (C 1033)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1033/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1033/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mars 2006 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le site des Palais et jardins de Schönbrunn;  Septembre 2012 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le site des Palais et jardins de Schönbrunn, et du Centre historique de Vienne

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1033/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 28 janvier 2013, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation des deux biens à Vienne : les Palais et jardins de Schönbrunn et le Centre historique de Vienne. Le rapport fait état de deux nouvelles possibilités de restructuration urbaine dans le quartier du Club de Patinage de Vienne, de l’Hôtel Intercontinental et du Wiener Konzerthaus.

Entre le 17 et le 20 septembre 2012, une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS, conformément à la demande du Comité du patrimoine mondial à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012), a visité les deux biens et a inspecté tous les aménagements étudiés précédemment par le Comité du patrimoine mondial dans le cadre des rapports sur l’état de conservation.

a) Projets de grande hauteur dans le centre de Vienne

Le Forum Schönbrunn a été achevé.  Bien qu’il soit visible depuis les Palais et jardins de  Schönbrunn, l’impact est limité à un point de vue à l’entrée du bâtiment principal et n’est important qu’en automne et en hiver. Le projet d’Aménagement urbain le long du canal du Danube reste critique. En conséquence, comme les aménagements actuels ont déjà eu un impact sur le cadre du Centre historique de Vienne, il semble essentiel d’imposer des limites de hauteur aux futurs projets et des restrictions de publicités lumineuses sur les bâtiments existants. Dans ce contexte, le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS renouvellent leur demande d’inclure la visualisation nocturne dans les évaluations d’impact visuel car les bâtiments existants comportant des panneaux publicitaires lumineux (agréés) ont un impact négatif sur les perspectives visuelles nocturnes depuis le bien.

b) Aménagements autour de la gare centrale de Vienne

Pour le projet SEESTE (60 m de haut) les travaux ont commencé au début de 2013, pour le projet ERSTE (26-50 m de haut) en 2011, et pour la Section Intercity (55 et 60 m de haut), en 2012. La construction des bâtiments les plus hauts de l’ensemble, constituant le siège d’Österreichische Bundesbahnen (ÖBB), jusqu’à 88 m de haut, a aussi commencé en 2011. Bien que tous ces projets aient été réduits en hauteur à la suite de précédentes négociations, ils auront un impact visuel sur le cadre des biens. L’impact a été réduit dans une certaine mesure car les plus hautes tours ont été retirées de l’axe de vue directe du Belvédère mais les volumes, la densité et la position des bâtiments de l’ensemble d’immeubles le plus proche du Belvédère restent préoccupants. Il serait préférable d’adopter un projet de conception plus adaptée, plus légère et plus aérienne afin d’éviter de bloquer complètement la vue du Belvédère.

c) Restructuration urbaine à l’Hôtel Intercontinental

 Le dernier projet d’aménagement concerne un bloc d’immeubles abritant l’Hôtel Intercontinental, le Club de Patinage de Vienne et le Wiener Konzerthaus. À cet endroit particulier, juste à la limite du bien, les connections visuelles entre les jardins du Belvédère et la ville historique sont essentielles et sont déjà perturbées par l’hôtel actuel. Pourtant, la démarche choisie par la ville est très intéressante et pourrait même réduire l’impact visuel précédent en choisissant de mieux utiliser le terrain, en termes de fonction urbaine et communautaire. Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS notent qu’il y a là une occasion d’améliorer la qualité de ce quartier, et peut-être même de réduire l’impact visuel actuel de l’Hôtel Intercontinental. Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS notent également la démarche participative adoptée par l’État partie pour trouver des solutions.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS estiment que l’État partie devrait continuer à étudier la nouvelle démarche d’urbanisme, plus proactive et participative, adoptée pour l’ensemble d’immeubles abritant l’Hôtel Intercontinental. Cette démarche devrait être fondée sur une législation renforcée en matière de protection visuelle. Il serait également recommandé de réviser le point n° 46 des Directives d’urbanisme de Vienne qui traite des aménagements de grande hauteur, pour inclure des obligations d’évaluations complètes d’impact visuel, incluant un certain nombre de variables concernant les saisons et la lumière.

 Dans le cas de Vienne, la plupart des différents projets ont un impact limité sur la ligne des toits et les perspectives visuelles, mais l’impact cumulé d’un certain nombre de projets sur plusieurs années est préoccupant. Pour empêcher à l’avenir que cet impact cumulé n’atteigne un stade où la valeur universelle exceptionnelle serait irrémédiablement affectée, Vienne a besoin d’un engagement politique fort et clair qui se traduise par une application stricte de la réglementation et des politiques d’urbanisme.

Décision adoptée: 37 COM 7B.71

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7B.84 , adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Note qu’une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS s’est rendue en septembre 2012 dans le bien, et demande à l’État partie de mettre en œuvre les recommandations de la mission ;

4.  Prend note des informations fournies par l’État partie le 31 mai 2013 concernant un nouveau projet prévu dans et autour de l’Hôtel Intercontinental, prie instamment l’Etat partie de fournir au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives le détail des deux options proposées pour le développement de la zone, et prie également instamment l’Etat partie de faire cesser tout réaménagement dépassant en hauteur les structures existantes, jusqu’à ce qu’une évaluation soit faite par les Organisations consultatives ;

5.  Regrette l’impact visuel qui subsiste sur le cadre immédiat et plus large des biens en raison des aménagements réalisés à la gare centrale de Vienne, et demande également à l’État partie d’adopter des politiques de planification, en particulier en amendant le point 46 des Directives d’urbanisme de Vienne, pour empêcher à l’avenir des aménagements similaires ;

6.  Demande en outre à l’État partie d’intégrer des conditions standards pour les évaluations globales d’impact visuel concernant la valeur universelle exceptionnelle des biens dans ses politiques d’urbanisme (y compris une réglementation sur les impacts nocturnes des publicités lumineuses) ;

7.  Demande par ailleurs à l’État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations , d’informer le Centre du patrimoine mondial de tout nouveau projet majeur d'aménagement urbain ainsi que de toute modification des projets actuels susceptible d'avoir un impact préjudiciable sur les biens du patrimoine mondial, avant que tout permis d’urbanisme soit accordé ;

8.  Demande enfin à l’État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014 , un rapport sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède.