1.         Samarkand – carrefour de cultures (Ouzbékistan) (C 603rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-2011)
Montant total approuvé : 44 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total approuvé : 50 000 dollars EU du Fonds-en-dépôt espagnol

Missions de suivi antérieures

Avril 2005 ; mission d’expertise du Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS ; mars 2006 : mission de suivi réactif du Bureau UNESCO de Tachkent/ICOMOS ; octobre 2006 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; décembre 2007 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mars 2009 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/603/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 1er février 2013, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation qui rend compte des progrès accomplis en réponse à la décision 36 COM 7B.69 et aux recommandations de la mission de suivi réactif de 2007. Le rapport contient également le plan de gestion finalisé et le projet d’un schéma de circulation automobile.

a)  Plan de gestion

Le plan de gestion approuvé sous le titre de « Document sur les processus et les cadres de gestion pour le bien du patrimoine mondial de Samarkand – Carrefour de cultures », a été élaboré et soumis à l’approbation de la 37e session du Comité du patrimoine mondial. Cette politique cohérente d’urbanisme et de conservation pour la gestion du bien et de la zone tampon fournit des principes clairs pour la préservation et l’utilisation du bien. Elle décrit les processus et cadres de gestion et contient des directives pour la conservation et la restauration, ainsi que des principes applicables en matière de surveillance et de présentation.

Les principes de conservation énoncés dans le plan de gestion présentent une approche systématique des différents problèmes de conservation et de préservation du site. Le bien du patrimoine mondial consiste en trois parties morphologiquement différentes : l’ancienne ville d’Afrasyab, la ville timouride et la ville européenne. Les procédures et méthodes de conservation et d’utilisation des monuments, le milieu de vie traditionnel et le tissu urbain historique varient selon leur localisation. Le principe de conservation essentiel pour le bien est de sauvegarder tous les attributs qui expriment directement ou contribuent à la valeur universelle exceptionnelle (VUE). Des mesures et des procédures de préservation ont aussi été définies pour les trois ensembles de monuments qui font partie du bien, mais qui sont des enclaves séparées à l’intérieur de la zone tampon. La conservation de ces ensembles exige des approches spécifiques qui sont déterminées en fonction du caractère de l’enclave individuelle. Les procédures d’entretien journalier et de suivi systématique des monuments assurent la suppression dans le temps d’éventuels impacts négatifs sur le bien, ainsi que l’examen de l’état de conservation des monuments.

b)  Projet d’un schéma de circulation automobile

À la demande des autorités locales et avec l’accord de la Commission des Monuments du Ministère de la Culture et des Sports, un plan directeur d’amélioration du réseau routier et de la régulation du trafic sur le site est en cours d’élaboration. Il porte sur les points suivants :

·  La réhabilitation des structures historiques d’origine des rues afin de rétablir le paysage de rue fondé sur des preuves historiques. Le plan directeur est en cours d’élaboration et sera présenté au Comité du patrimoine mondial avant sa finalisation et son adoption ;

·  L’amélioration des routes et les réparations des quartiers voisins pour permettre des services de transport ponctuels aux résidents (ambulances, livraison de marchandises, etc.). Aucune modification de façade architecturale et de bâtiment n’est envisagée dans la cité médiévale ;

·  La désignation d’aires de stationnement aménagées pour les résidents et les services touristiques à une distance raisonnable des monuments. Le projet de schéma de la circulation a été présenté avec ce rapport ;

·  L’élaboration d’un schéma de circulation prévoyant la création de routes de contournement et de rocades à l’extérieur de la zone tampon, ainsi que des impasses comme voies d’accès au bien du patrimoine mondial à réaliser dans les vingt prochaines années. Les schémas de trafic sont établis dans le respect des critères de la Convention du patrimoine mondial et de la VUE du bien ;

·  Des travaux de réparation et de reconstruction sont entrepris sur des secteurs de Dagbitskaya et Pehjikentskaya avec la démolition de constructions non autorisées sans rapport avec le cadre historique. Les travaux sont coordonnés avec la Commission des Monuments et les autorités régionales et n’affectent pas la VUE du bien. 

 

L’État partie affirme que le Comité du patrimoine mondial sera averti de tout projet de planification d’infrastructure préalablement à son approbation. Le projet d’un schéma de circulation sera présenté pour approbation au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives.

c)  Projets de conservation inscrits au programme d’État jusqu’en 2015

 

Les travaux envisagés dans le cadre du « Programme d’État sur la recherche, la conservation, la restauration et l’adaptation pour un usage actualisé du bien culturel de Samarkand jusqu’en 2015 » seront consacrés en priorité à la préservation de monuments spécifiques, de mosquées de quartier et de logements anciens dans le centre traditionnel de Mahalla Guzars, et seront soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent que le Comité félicite l’État partie pour les efforts accomplis en réponse aux recommandations préconisées par le Comité du patrimoine mondial et la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2009 et considèrent que le plan de gestion donne des principes de conservation et de planification cohérents et complets pour la préservation du bien.

Le « Document sur les processus et cadres de gestion du bien du patrimoine mondial de Samarkand – Carrefour de cultures », ainsi que le document de référence contenant des directives en matière de conservation, apportent une contribution cohérente à la gestion. Toutefois, la conservation des maisons traditionnelles devra peut-être être examinée plus en détail, notamment dans le « Programme d’État sur la recherche, la conservation, la restauration et l’adaptation pour un usage du bien culturel de Samarkand jusqu’en 2015 », seulement deux maisons dont celles listées sont pour les services touristiques. De plus, un système de suivi scientifique devrait être mis en place au titre de la stratégie de conservation et la gestion du site devrait être pleinement opérationnelle.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives constatent des progrès dans l’élaboration d’un projet d’un schéma de circulation qui apporte des solutions stratégiques à l’impact du trafic sur le territoire du bien. Ils observent que ce plan n’est pas encore finalisé et est à adopté par le Conseil des Ministres. Comme son importance est cruciale pour la ville, ils estiment qu’un dialogue permanent avec l’État partie serait souhaitable au fur et à mesure de l’évolution du projet.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives proposent que l’État partie prenne également en considération les recommandations de principe de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2009, à savoir : l’assistance technique aux habitants pour la conservation du tissu urbain ; le développement de projets de restauration structurelle ; et la formation de personnel technique pour la restauration de surface.

 

Pour ce qui est de la viabilité du plan de gestion et du schéma de circulation, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives aimeraient recevoir confirmation de l’État partie que leur mise en œuvre est assurée grâce à des ressources humaines et financières adéquates au sein des instances gouvernementales responsables. 

Décision adoptée: 37 COM 7B.69

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 36 COM 7B.69 , adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.  Prend acte de la soumission du plan de gestion et salue les efforts de l’État partie pour traiter les problèmes affectant le bien ;

4.  Considère que le cadre de gestion et les principes de conservation en matière de restauration et de conservation présentés dans le plan de gestion fournissent une base claire et solide pour la préservation du bien et de sa zone tampon ;

5.  Prie l’État partie d’adopter officiellement le plan de gestion et de mettre en place les ressources humaines et financières suffisantes pour garantir sa mise en œuvre ; 

6.  Prend note de l’élaboration du projet de schéma de circulation qui est d’une importance cruciale pour la ville et recommande un dialogue permanent entre l’État partie et les Organisations consultatives au fur et à mesure de l’évolution du projet ;

7.  Note que des projets d’infrastructure et de construction sont prévus dans le cadre du schéma de circulation et du plan de gestion et rappelle que le Comité du patrimoine mondial doit être averti préalablement à tout grand chantier de restauration ou nouvelle construction susceptible d’affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien avant de prendre des décisions qui seraient difficilement réversibles, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;

8.  Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015 , un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015.