1.         Ensemble monumental de Hampi (Inde) (C 241bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (i)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1999-2006

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/241/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2003)
Montant total approuvé : 92 370 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/241/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : financement de missions d’experts dans le cadre de la Convention France-UNESCO (2003, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009 et 2011) pour un montant total de 25 000 euros. 

Missions de suivi antérieures

2000 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; 2001 : mission d’expertise pour évaluation technique ; 2003 et 2004 : missions consultatives du Centre du patrimoine mondial et d’experts ; août 2005 : mission consultative du Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; février 2006 : mission consultative Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2007 : mission de suivi réactif du Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mars 2009 : mission technique, sur le bien, du Bureau de l’UNESCO à New Delhi.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/241/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 31 janvier 2013, l’État partie a remis un rapport sur l’état de conservation du bien qui aborde les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations présentées dans la décision 35 COM 7B.66. Le 22 février 2012, l’État partie a également soumis des informations suite à une demande de précisions sur les travaux de démolition dans le Bazar.

a)  Démolition et enlèvement des restes de débris, piliers et éléments de la chaussée du pont effondré 

Le Département des travaux publics, des ports et des travaux hydrauliques du Gouvernement du Karnataka a mis en place la procédure administrative de marché public pour l’enlèvement des débris du pont.

b)  Décisions prises au sujet d’un emplacement plus approprié pour un pont routier en dehors des limites actuelles et de la future extension possible du bien

Des emplacements alternatifs pour la construction de la chaussée à l’extérieur de l’actuelle zone tampon ont été identifiés et proposés en adéquation avec les termes du plan de gestion intégrée (PGI) et seront définis une fois les évaluations d’impact environnemental achevées.

c)  Proposition d’extension des limites de la zone tampon du bien

La proposition d’extension de la zone tampon a été soumise et approuvée par la 36e session du Comité du patrimoine mondial (décision 36 COM 8B.51).

d)  Achèvement du plan de gestion intégrée, synthèse et priorisation des recommandations existantes et des intentions

L’État partie rapporte que la phase d’achèvement du plan de gestion intégrée est en cours depuis 2005 (un projet a été soumis au Centre du patrimoine mondial en 2006) et que celle-ci implique les agences dûment mandatées et les parties prenantes au niveau local, régional et national. Plusieurs études sectorielles et plans ont été complétés et soumis au Centre du patrimoine mondial, ils constituent la base pour la finalisation du PGI ainsi que le programme commun de conservation. Le PGI, sera soumis au Comité, une fois approuvée par le Service indien des études archéologiques (Archaeological Survey of India – ASI) et le Gouvernement de Karnataka.

e)  Confirmation du financement intégral finalisé et approuvé et de la mise en œuvre du plan de gestion intégrée

La mise à disposition des fonds destinés à la mise en œuvre opérationnelle du plan de gestion fait l’objet d’un engagement continu du Gouvernement depuis 2005. L’État partie indique que les fonds ont été accordés chaque année aux agences mandatées, ce, par des mécanismes, des programmes gouvernementaux et des budgets internes.

f)  Démolition des empiétements sur le bazar de Hampi

En réponse aux rapports reçus, le 29 juillet 2011, concernant la démolition des structures contemporaines commerciales et résidentielles du bazar de Hampi, le Centre du patrimoine mondial a demandé des informations supplémentaires que l’Etat partie a fournies, le 22 février 2012. La note explicative précisait que les démolitions de juillet 2011 avaient été ordonnées par ASI et le Gouvernement de Karnataka suite à une décision de la Haute cour de Karnataka et que les débris des constructions illégales du bazar de Hampi avaient été enlevés. L’Etat partie a déclaré, à l’époque que, des opérations de destruction complémentaire étaient prévues et qu’elles seraient menées avec un très grand soin et en protégeant entièrement les mandapas historiques auxquels certaines structures contemporaines étaient reliées. L’État partie a, en outre, expliqué que la démolition totale et le déplacement des structures contemporaines favoriseraient une meilleure compréhension de du bazar médiéval près du temple de Virupaksha et, par conséquent, la valeur universelle exceptionnelle du bien.

En ce qui concerne le déplacement des occupants des zones d’empiétement et le programme de réhabilitation mis en œuvre suite à la démolition, l’État partie a précisé dans le rapport sur l’état de conservation de 2013 que l’accord d’une prime de compensation pour les familles concernées avait été décidé par le Gouvernement de Karnakata et que la procédure est en cours.

g)  Autres problèmes de conservation

 

Le rapport de l’État partie fait état d’un certain nombre de travaux de conservation entrepris par ASI dans la zone protégée et de mesures prises pour résoudre durablement les problèmes de sécurité des bâtiments, de signalisation et de gestion des déchets solides.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des dispositions prises afin d’enlever les débris du pont effondré et du projet d’emplacement d’un nouveau pont routier. Aucun calendrier de mise en œuvre n’a cependant été défini.

Malgré les engagements pris par l’État partie, depuis 2005, en matière de finalisation et de mise en œuvre intégrale du plan de gestion intégrée, les progrès accomplis sont très lents. Par ailleurs, le rapport de l’État partie ne donne pas de réelles précisions quant aux modalités de sa mise en œuvre et aucune information sur la pérennité de son financement n’est donnée.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment que la fonction actuelle du temple de Virupaksha pourrait être reconnue comme porteuse de la valeur universelle exceptionnelle du bien. Ils considèrent que le lien existant entre l’usage actuel du lieu et la protection du tissu et du cadre du temple de Virupashka doit être géré avec beaucoup de délicatesse. Par conséquent, ils suggèrent au Comité de recommander à l’État partie d’élaborer, en étroite collaboration avec la communauté locale, une stratégie et un plan d’action pour toute la zone du bazar de Hampi, pour : (1) définir, dans le cadre du plan de gestion intégrée (PGI), des outils de planification et de réglementation destinés à empêcher tout empiétement futur sur le bazar de Hampi, (2) définir, en conformité avec le plan de gestion intégrée (PGI), une stratégie de conservation pour la protection des mandapas historiques situés près du temple de Virupaksha.

 

Compte tenu de ce qui précède, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent que le Comité du patrimoine mondial exprime sa préoccupation quant à la lenteur de l’élaboration du plan de gestion intégrée et demande qu’une mission de suivi réactif soit organisée afin d’examiner les mesures prises pour mettre en œuvre les recommandations de la mission de suivi réactif de 2007 et les précédentes décisions du Comité.

Décision adoptée: 37 COM 7B.61

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7B,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7B.66 , adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Prend acte des mesures prises par l’État partie pour enlever les débris du pont effondré et du déplacement du pont routier à l’extérieur des limites du bien ;

4.  Réitère sa demande à l’État partie afin de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan de gestion intégrée finalisé ainsi qu’une synthèse et une priorisation des recommandations existantes et des intentions, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

5.  Prend également acte des informations remises par l’État partie sur les travaux de démolition dans le secteur du bazar de Hampi suite à la décision de la Haute cour de Karnataka et du mécanisme de compensation pour les familles délogées ;

6.  Encourage les initiatives de l’État partie pour élaborer, en étroite collaboration avec la communauté locale, une stratégie et un plan d’action pour le secteur du bazar afin de :

a)  développer dans le cadre du plan de gestion intégrée des outils de planification et de réglementation destinés à empêcher tout empiétement futur dans le secteur du bazar de Hampi,

b)  définir, en conformité avec le plan de gestion intégrée, une stratégie de conservation destinée à protéger les mandapas historiques situés près du temple de Virupaksha ;

7.  Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2015 , un rapport actualisé sur la mise en œuvre des éléments ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 39e session en 2015. 

Décision adoptée: 37 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les documents WHC-13/37.COM/8E et WHC-13/37.COM/8E.Add,

2.  Félicite les Etats Parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;

3.  Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle,  telles que présentées dans l’Annexe I du Document WHC-13/37.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

4.  Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue par les Organisations consultatives en priorité ;

5.  Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l’ordre dans lequel elles seront passées en revue par les Organisations consultatives suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que :

6.  Demande au Centre du patrimoine mondial d'harmoniser l'ensemble des sous-titres dans les Déclarations adoptées de valeur universelle exceptionnelle lorsque cela s’avère approprié et lorsque les ressources et le temps du personnel permettent d’effectuer ce travail ;

7.  Demande également aux États parties, aux Organisations consultatives et au Centre du patrimoine mondial de s’assurer de l’utilisation d’un langage neutre à l’égard du genre dans les Déclarations proposées pour l’adoption par Comité du patrimoine mondial ;

8.  Demande en outre au Centre du patrimoine mondial de s’assurer que les Déclarations adoptées sont conformes aux décisions ultérieures du Comité du patrimoine mondial concernant les modifications de noms des biens du patrimoine mondial et les refléter dans la totalité du texte des Déclarations concernées, en consultation avec les États parties et les Organisations consultatives ;

9.  Demande par ailleurs aux États parties de fournir un soutien au Centre du patrimoine mondial pour la traduction des Déclarations adoptées de valeur universelle exceptionnelle vers l’anglais ou le français selon les cas, et demande finalement au Centre de les publier sur son site Internet.