1.         Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) (C 144)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2004-2014

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Détérioration et délabrement des matériaux ayant provoqué l’effondrement des structures historiques et archéologiques pour lesquelles le bien a été inscrit.

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/décisions/1586

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page http://whc.unesco.org/efr/decisions/1586

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/1586

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1983-2009)
Montant total approuvé : 56 053 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 201 390 dollars EU du fonds-en-dépôt norvégien pour l’aide au projet de réhabilitation

Missions de suivi antérieures

Février 2004 : mission de l’ICOMOS ; juin 2008 et mars 2009 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2013

Le 7 février 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie et présente des informations sur la situation actuelle ainsi qu’un tableau détaillé de l’avancement réalisé en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Dans le complément d’information soumis figure le projet de préservation intégrée de Kilwa Kisiwani et Songo Mnara (dans le cadre du Programme 2011 de subventions importantes du World Monuments Fund), ainsi qu’un rapport d’étape sur l’Étude de l’environnement côtier de la région de Kilwa Kisiwani.

a)         Système de gestion

Le rapport mentionne que l’actualisation du plan de gestion sera terminée en juin 2013, dans le cadre du projet de préservation intégrée. Afin de lever des fonds, des entretiens sur des initiatives de collaboration sont en cours avec le World Monuments Fund, CRAterre, la Communauté d’agglomération du Pays rochefortais (CAPR) et la Fondation Aga Khan. Ces projets concerneraient la conservation mais aussi des questions relatives au développement du patrimoine et au renforcement des capacités au sein de la communauté locale, en vue d’assurer une stratégie durable en matière de conservation et de développement.

b)         Clarification des limites et définition de la zone tampon du bien

On note actuellement peu de progrès à cet égard. L’État partie indique toutefois que le processus d’établissement des limites du bien sera achevé d’ici avril 2013, aux termes d’un contrat entre le World Monuments Fund et l’Université Ardhi (ARU) de Dar es-Salaam. Quant à l’extension possible du bien, elle sera étudié une fois remplies les conditions de retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril, et après amélioration de l’état de Kilwa Kivinje et de Sanje ya Kati grâce au programme de documentation et de restauration.

c)         Plan d’ocupation des sols

L’État partie indique que le processus a démarré par la mise en place d’une étude socioéconomique et la tenue de deux réunions des parties concernées. Le plan sera achevé d’ici avril 2013, sous réserve de l’approbation du contrat entre le World Monuments Fund et l’ARU par le Ministère des Ressources naturelles.

d)        Avancement de la mise en œuvre des mesures correctives

Réhabilitation des monuments du patrimoine

L’État partie signale d’importants progrès dans la restauration des monuments du patrimoine et prévoit un seuil de réhabilitation de 70 % des bâtiments d’ici juin 2013. Grâce aux interventions régulières, la plupart des monuments sont en bon état de conservation et le plan d’entretien devrait leur permettre de les y maintenir. Comme le renforcement des capacités a été traité par la mise en œuvre de divers projets, il existe maintenant une équipe de conservation qualifiée chargée de la poursuite de ces actions.

Définition des limites, extension du bien et plan d’occupation des sols

Comme mentionné plus haut, il est prévu que ces mesures correctives soient totalement menées à bien d’ici mai 2013.

Structures administratives totalement établies sur place

L’État partie indique que le bien est doté d’une structure administrative appropriée et dotée de quatre sections placées sous la direction du gestionnaire de site. Cette structure est actuellement opérationnelle et a simplifié la gestion et la répartition des responsabilités.

Lutte contre l’action des vagues

De nombreuses mesures ont été appliquées pour lutter contre l’érosion près des monuments et les parties traitées sont stables. Dans le cadre du projet du World Monuments Fund, une étude sur l’environnement côtier de Kilwa Kisiwani a été menée en avril 2012 pour identifier les risques et définir des mesures pour les supprimer ou les limiter. La mise en œuvre des actions proposées va exiger la collaboration de partenaires locaux et internationaux du développement. Par ailleurs, il conviendrait d’établir un plan d’entretien des digues actuelles. L’État partie reconnaît que cela va demander une étude à long terme, y compris des mesures concernant le front de mer de Malinda et Garza et les ensembles de monuments de Makutani.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent avec satisfaction les progrès notables réalisés par l’État partie dans le traitement des causes justifiant l’inclusion du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ils souhaitent toutefois souligner l’importance de préciser les limites, de finaliser le plan de gestion et de garantir l’obtention des ressources nécessaires pour la mise en œuvre durable des actions proposées et l’efficacité du système de gestion. Comme l’État partie prévoit de mener à bien ces dernières mesures d’ici six mois, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’il conviendrait qu’une mission de suivi réactif visite le bien pour vérifier si les conditions de retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril sont remplies.

Décision adoptée: 37 COM 7A.22

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-13/37.COM/7A,

2.   Rappelant la décision 36 COM 7A.19 adoptée à sa 36e session (Saint-Pétersbourg, 2012),

3.   Note avec satisfaction l’avancement de l’État partie dans la mise en œuvre des mesures correctives et l’ encourage à poursuivre ses efforts, en particulier concernant l’approbation et la poursuite de la mise en œuvre du plan de gestion et de la clarification des limites du bien ;

4.   Demande à l’État partie de fournir trois exemplaires imprimés et une version électronique du projet de plan de gestion révisé, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

5.   Demande également à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS dans le bien pour étudier son état actuel de conservation et évaluer si les conditions de son retrait de la Liste du patrimoine mondial en péril sont remplies ;

6.   Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014 , un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014 ;

7.   Décide  de maintenir les Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 37 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-13/37.COM/7A, WHC-13/37.COM/7A.Add et WHC-13/37.COM/7A.Add.2),

2.  Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :