1.         Ville de La Valette (Malte) (C 131)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1981)
Montant total approuvé : 1 625 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1994

Dans le cadre du Plan d'action pour la Méditerranée du PNUE, le coordinateur du Programme "Les 100 sites historiques de la Méditerranée" a effectué une mission à Malte à la demande du Centre du patrimoine mondial.

Les deux principaux facteurs de détérioration de la pierre des bâtiments de la ville continuent d'opérer activement. Ce sont la nature et le comportement, même dans des conditions atmosphériques normales, de la roche calcaire à globigérine dont toute la ville est faite, et l'influence délétère et décolorante des vapeurs dégagées par les moyens modernes de transport. Ce sont les parties extérieures sculptées et les façades qui s'abîment généralement le plus.

Les monuments de La Valette bénéficient des mesures de protection prévues au titre de la Loi sur les antiquités (Protection) - 1925. D'un point de vue technique, le financement des activités de préservation et de conservation des biens publics est assuré par le Département des Musées et celui des Travaux publics grâce aux crédits votés chaque année par le Parlement.

Les autorités religieuses se chargent de la préservation et de la restauration des églises et des autres biens qui leur appartiennent. Les particuliers finançant les travaux concernant leurs propres immeubles, après approbation des pouvoirs publics.

Les aménagements entrepris à La Valette sont strictement réglementés par la législation des travaux publics, qui régit toutes les questions de structure, d'hygiène, d'esthétique, toute demande relative à l'exécution de travaux de réparation ou de rénovation touchant à la structure ou à l'aspect d'un édifice et examinée par un organisme officiel.

Une attention particulière est accordée aux édifices considérés comme ayant une valeur architecturale et/ou historique. Afin d'améliorer la circulation à La Valette, une voie périphérique qui permet d'éviter les encombrements du centre a été construite.

Le Projet de réhabilitation de La Valette a commencé avec le Programme du renouveau urbain de La Valette en 1986-1987 et a démarré officiellement en août 1987. Les premiers projets ont commencé à la fin de 1988.

Le Projet de réhabilitation de La Valette a fonctionné comme unité séparée au sein du Département des travaux publics en collaboration avec les Antiquités. Après les réformes départementales en 1992-1993, il est devenu une unité du Département d'Engineering et Architecture. Les architectes, le personnel administratif et les ouvriers sont tous personnel de la Division des travaux, à l'exception du coordinateur exécutif. Le nombre d'administratifs est resté faible. Aujourd'hui, son équipe est composée d'un administratif, deux architectes, deux dessinateurs, deux techniciens et quelques ouvriers.

Ce projet de réhabilitation de La Valette est responsable des projets de restauration et d'environnement. Depuis la mise en place de structures locales en 1993, certains projets d'environnement sont réalisés par le Conseil local en collaboration avec lui. L'utilisation des matériaux naturels reste à la base des propositions. Pour l'action de restauration, le principe fondamental est celui d'une intervention minimale prenant en compte le manque de ressources financières et humaines, de professionnels et de techniciens de la restauration.

Plusieurs projets ont ainsi déjà été réalisés ou sont en cours, mais n'ont concerné que des édifices traités isolément du fait de l'absence d'un Plan local d'aménagement prenant en compte l'aspect historique et monumental de la ville.

En plus des projets et actions qui restent à réaliser, il est indispensable de mettre en place un cadre juridique et légal prenant en compte de façon complète la sauvegarde de La Valette. En effet, le dernier projet de Loi pour la protection de l'environnement (Ve Loi de 1991) portant sur la conservation de La Valette n'a pas été ratifié et ne peut servir de cadre légal pour la protection du patrimoine monumental de la ville.

Il n'existe toujours pas de Plan de sauvegarde à ce jour et il n'y a aucun contrôle possible par le ministère de la Culture des transformations intérieures des édifices.

Le manque d'infrastructures pour les travaux de restauration comprend aussi le manque de spécialistes. Aussi est-il nécessaire de créer une Division des travaux dans le cadre du Projet de réhabilitation de La Valette. Cette Division permettrait de constituer et de former un petit groupe d'ouvriers spécialisés, contrôleurs, techniciens dans les techniques de conservation. Ces personnes seraient capables à la fois de prendre en charge des travaux spécialisés et de surveiller, former d'autres ouvriers non spécialisés dans la conservation, restauration, consolidation, réparation, protection, nettoyage, etc., ainsi que pour le remplacement des matériaux.

Devant l'accélération des dégradations touchant les bâtiments historiques de La Valette, la mission a recommandé aux autorités de Malte de prendre d'urgence les mesures appropriées pour que :

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Comité pourrait vouloir souscrire à ces recommandations.

Décision adoptée: 18 COM IX

Ville de La Valette (Malte)

Le Comité a été informé que dans le cadre du Plan d'action pour la Méditerranée du PNUE, le coordinateur du Programme "Les 100 sites historiques de la Méditerranée" a effectué une mission à Malte à la demande du Centre du patrimoine mondial. Le Comité a pris note du rapport et approuvé les recommandations de la mission visant à ce que, compte tenu de la dégradation rapide touchant les bâtiments historiques de la Ville de La Valette, les autorités maltaises prennent les mesures urgentes suivantes: