1.         Vieille ville de Dubrovnik (Croatie) (C 95bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1991-1998

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/95/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1985-1994)
Montant total approuvé : 129 010 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/95/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/95/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1994

Ce site du patrimoine mondial a été placé sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1991. Depuis, il a reçu de nombreuses missions de l'UNESCO afin d'aider au processus de restauration et au suivi du travail en cours.

On se souvient qu'immédiatement après le bombardement de la ville, en septembre 1991, le Directeur général avait annoncé le don d'une grande quantité de tuiles pour les toits endommagés de la vieille ville. Ce don, d'une valeur d'environ 200.000 dollars EU, a pu couvrir 10 à 15% des besoins et a contribué à restaurer ce que l'on appelle "la cinquième façade" de la ville - ses toits. Cette restauration est presque entièrement terminée et il ne reste plus que quelques endroits isolés en attente de réparations.

Un important projet où l'engagement de l'UNESCO a êté d'une importance capitale est la publication du Plan d'action qui donne une idée d'ensemble des dégâts causés à la vieille ville et du coût approximatif des travaux de restauration. Certains de ces travaux ont été engagés au cours des deux dernières années et d'importants monuments et oeuvres d'art pu être restaurés, notamment le dôme de la tour-horloge de la ville, le dôme de la petite église de la Sigurata, le médaillon décoratif sur la façade de l'église Saint-Blaise dans la rue principale, le puits de l'ancien couvent des Clarisses, etc. La plupart de ces travaux ont été réalisés grâce aux dons de particuliers ou d'institutions nationales et internationales. Le travail de restauration du médaillon de l'église Saint-Blaise a été offert par les tailleurs de pierre de l'entreprise de restauration Quelin. Le puits a été restauré par des artisans polonais travaillant pour le PKZ.

Une fondation américaine a récemment offert la somme nécessaire au repavage de la rue principale de la vieille ville - Straduk. Grâce à différents dons, le nouveau laboratoire de restauration installé dans le monastère des Franciscains a pu être équipé selon les technologies modernes.

Tout le processus est organisé et suivi par l'Institut régional pour la protection des monuments et l'Institut pour la restauration de Dubrovnik, avec l'aide des autorités nationales. Un Comité parlementaire chargé d'analyser l'ensemble du processus de réhabilitation de la ville et de la région a été constitué il y a deux ans. D'autre part, le Comité d'experts pour la restauration est composé de spécialistes nationaux de la restauration qui établissent des critères pour les travaux de restauration de la vieille ville, en collaboration avec un certain nombre d'experts internationaux sélectionnés et financés partiellement par l'UNESCO. Ce Comité se réunit au moins deux fois par an.

Après avoir paré aux besoins prioritaires (tels que les tuiles pour les toits), il va falloir engager d'autres travaux, comme la restauration de neuf palais détruits, ainsi que des travaux mineurs sur les cloîtres des Franciscains et des Dominicains. Pour plus de détails sur les projets proposés, veuillez vous reporter à la demande d'assistance technique présentée dans le document WHC-94/CONF.003/8.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il est recommandé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Comité désirera peut-être féliciter le Gouvernement croate ainsi que l'UNESCO pour les progrès réalisés dans la conservation et la restauration de Dubrovnik. Il voudra peut-être également approuver la demande d'assistance technique présentée au Comité dans le document WHC­94/CONF.003/8, qui permettrait d'aider les autorités croates à résoudre certains des problèmes les plus urgents.

Décision adoptée: 18 COM IX

Vieille ville de Dubrovnik (Croatie)

Le Comité a été informé que la restauration de ce qu'on appelle la cinquième façade de la ville i. e. les toits était pratiquement terminée et qu'il en restait très peu à réparer et que d'importants progrès avaient été faits pour la restauration de plusieurs des monuments les plus importants.

Le Comité a félicité le gouvernement de la Croatie et l'UNESCO 'des efforts accomplis pour la conservation et la restauration de Dubrovnik. Cependant, il a noté qu'après les travaux urgents qui avaient déjà été entrepris, il convenait maintenant de s'occuper des neuf palais détruits et de certaines parties des cloîtres des Franciscains et des Dominicains. En conséquence, le Comité a décidé de maintenir ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Décision adoptée: 18 BUR IX.2.B.1

Décision adoptée: 18 EXT.BUR V.B.2.1

Décision adoptée: 18 COM XI

Vieille Ville de Dubrovnik (extension)

95 

Croatie

C (i) (iii) (iv)

 

Décision adoptée: 18 COM XII.3