1.         Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) (N 573)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1991

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Conflit armé

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/573/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1994

Le site a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1992, à cause de troubles civils et parce que des membres du personnel du site avaient été pris comme otages. Le Centre a contacté les autorités nigériennes et a été informé que la situation ne s'était pas améliorée et que la guerre civile continuait en dépit des tentatives de résolution du conflit par des négociations.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Il est recommandé de maintenir le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 18 COM IX

Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger)

Le Comité a été informé que la faune et la flore sauvages de ce site avaient été décimées au cours du conflit entre l'opposition armée touarègue et les forces gouvernementales. Il a donc été soulagé de noter que les belligérants avaient signé un accord de paix le 9 octobre 1994. L'application de cet accord par le nouveau gouvernement est une condition essentielle pour la préservation du site. Le Comité a demandé au Centre d'écrire au nouveau Gouvernement en lui rappelant les obligations internationales du Niger au titre de la Convention -consistant notamment à assurer la sauvegarde des Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré et pour l'encourager à poursuivre l'application de cet accord. Le Comité a également souhaité que le Centre informe les autorités nigériennes que la mise en œuvre de l'accord de paix permettra une évaluation de la situation actuelle des populations de flore et de faune sauvages et la reprise du projet de l'UICN-WWF financé par le Danemark et la Suisse.