1.         Parc national des Virunga (République démocratique du Congo) (N 63)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (vii)(viii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1994-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/63/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1993)
Montant total approuvé : 152 160 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/63/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/63/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1993

Le Bureau s'est montré très préoccupé d'apprendre que par suite d'incertitudes politiques récentes dans la région, tous les bailleurs de fonds, excepté le WWF, ont retiré leur soutien â ce Parc. De ce fait, on a assisté à une destruction de la végétation, l'apparition de braconnage et d'incursions agricoles et à une surexploitation des populations de poissons du lac Idi Amin. Depuis novembre 1992, le personnel du Parc n'a pas reçu de salaire et il ne reste plus de fonds pour le fonctionnement et l'entretien du site. Plusieurs nouveaux groupes de populations se sont établis dans le Parc, notamment autour du lac Idi Amin, et plusieurs témoignages ont fait état de recherches d'or et de pâturage de bétail sur le site. L'UICN présentera un rapport concernant une mission sur le terrain menée en octobre 1993 sur ce site du patrimoine mondial pour évaluer les dommages actuels et suggérer des options à long terme pour la conservation du site.



 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le Bureau a recommandé que le Comité inscrive le Parc national de Virunga sur la Liste du patrimoine mondial en péril, à moins que la visite du site par l'UICN et le WWF en octobre 1993 n'apporte suffisamment de preuves contraires. Une demande en bonne et due forme d'assistance d'urgence émanant des autorités nationales compétentes responsables de la gestion de ce bien a été reçue et le projet a été exécuté.

Décision adoptée: 17 BUR VIII.2

Le Bureau s'est montré très préoccupé d'apprendre que par suite d'incertitudes politiquesrécentes dans la région, tous les bailleurs de fonds, excepté le WWF, ont retiré leur soutien à ce Parc. De ce fait, on a assisté à une destruction de la végétation, l'apparition de braconnage et d'incursions agricoles et à une surexploitation des populations de poissons du lac Idi Amin. Depuis novembre 1992, le personnel du Parc n'a pas reçu de salaire et il ne reste plus de fonds pour le fonctionnement et l'entretien du site. Plusieurs nouveaux groupes de populations se sont établis dans le Parc, notamment autour du lac Idi Amin, et plusieurs témoignages ont fait état de recherches d'or et de pâturage de bétail sur le site.

Le Bureau a été informé qu'une visite de terrain conjointe UICN/WWF est envisagée en octobre 1993 afin d'évaluer les dommages actuels et proposer des options à long terme pour la conservation du site. Le Bureau a recommandé que le Comité inscrive le Parc national de Virunga sur la Liste du patrimoine mondial en péril, à moins que la visite du site par l'UICN.et le WWF en octobre 1993 n'apporte suffisamment de preuves contraires. Le Bureau a accepté, en principe, de fournir une aide d'urgence de 20.000 $EU au Parc national de Virunga, qui ne constitue pas un précédent, et à condition de recevoir une demande en bonne et due forme de la part des autorités nationales compétentes responsables de la gestion de ce bien.

Décision adoptée: 17 COM X

Parc national de Virunga (Zaïre)

L'UICN a fait état de la situation sociale et économique difficile qui menace sérieusement l'intégrité du Parc national de Virunga. Toutefois, le projet d'assistance d'urgence qui a été financé par le Fonds du patrimoine mondial et réalisé par le WWF depuis son approbation par le Bureau en juin 1993, a permis d'assurer une certaine protection du site. Le Comité a discuté en détail les conséquences d'une inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril et l'UICN a confirmé que le Parc national de Virunga présentait toutes les conditions requises pour une telle procédure. A l'issue d'une discussion prolongée et d'un vote, le Comité a décidé d'adresser aux autorités zaïroises une lettre exprimant la vive préoccupation que lui causent la protection et la gestion du site ainsi que les sérieux empiètements périodiques. Le gouvernement zaïrois devrait envisager de préparer une demande d'assistance technique.