1.         Arrondissement historique du Vieux-Québec (Canada) (C 300)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/300/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/300/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

novembre 1992: visite de l'ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Projet immobilier

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/300/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1992

Le Bureau a été informé des propositions de constructions dans la zone-tampon le long du fleuve Saint-Laurent et l'impact de ces projets sur les vues depuis et sur le fleuve. L'ICOMOS a critiqué le processus de consultation, le design et spécialement le manque de concertation entre les différents niveaux de gouvernement impliqués. Le Bureau avait en sa possession quatre lettres de citoyens éminents de Québec exprimant les mêmes préoccupations en des termes plus énergiques. Le Bureau a exprimé ses préoccupations quant à la compatibilité de telles activités avec les aspirations de la ville vis-à-vis du Secrétariat des Villes du patrimoine mondial. La création d'un Comité interministériel pour coordonner les positions fédérales est perçue comme un pas dans la bonne direction. Le Président a reçu le mandat d'écrire aux trois niveaux de gouvernement concernés au Canada (municipal, provincial et fédéral). Le Bureau a demandé un rapport complet pour la réunion du Comité en décembre.

Le Délégué permanent du Canada auprès de l'UNESCO a été informé par lettre en date du 10 septembre 1992 des préoccupations et des recommandations du Bureau et des renseignements détaillés sur les projets de constructions doivent être fournis. L'ICOMOS visitera le site début novembre 1992 et présentera un rapport au Comité.

 

[Rapport oral de l'ICOMOS]

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 16 BUR VI.60

Le Bureau a informé des propositions de constructions dans la zone-tampon,le long du fleuve Saint-Laurent et l'impact de ces projets sur :.es vues depuis et aur le fleuve. L'ICOMOS a critiqué le processus de consultation, le design et spécialement le manque de concertation entre les différents niveaux de gouvernement impligiés. Le Bureau avait en sa possession quatre lettres de citoyens éminents de Québec exprimant les mêmes préoccupations en dis termes plus énergiques. Le Bureau a exprimé ses préoccupations Tuant à la compatibilité de telles activités avec les aspirations de la ville vis-à-vis du Secrétariat des Villes du patrimoine mondial. La création d'un Comité interministériel pour coordonner les positions fédérales est perçue comme un pas dans la bonne direction. Le Président a reçu le mandat d'écrire aux trois niveaux de gouvernement concernés au Canada (municipal, provincial et fédéral). Le Bureau a demandé un rapport complet 'jour la réunion du Comité en décembre.

Décision adoptée: 16 COM VIII

Québec (Canada)

Faisant état d'informations véhiculées tant par la presse que par des groupes et des personnes privées, le représentant de l'ICOMOS a informé le Comité de la mission d'étude qui lui avait été confiée par le Centre du patrimoine mondial à l'effet d'examiner deux projets de construction (d'une part, le cinéma IMAX et, d'autre part, une école navale) sur des terrains situés immédiatement à l'extérieur de la zone protégée. Le rapport de l'ICOMOS sur cette question et les explications orales complémentaires du représentant de l'ICOMOS ont donné lieu à deux interventions, la première de l'Observateur du Canada et la seconde du représentant de la ville de Québec. Tous deux ont remercié l'ICOMOS de la qualité du travail effectué et constaté que le traitement de cette question démontrait le bon fonctionnement de la Convention. Le Délégué de la Tunisie, tout en rappelant que le débat sur cette question avait pris un tour passionnel, a porté à l'attention du Comité la position en faveur de la préservation du site historique publiquement exprimée par le Maire de la Ville de Québec, lors de la réunion des Maires des villes du patrimoine mondial, qui s'est déroulée à Paris les 23 et 24 novembre 1992. Il a recommandé au Comité d'appuyer les propositions contenues dans le rapport de l'ICOMOS. Le Comité a approuvé cette proposition.