1.         Parc national de la Garamba (République démocratique du Congo) (N 136)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1984-1992, 1996-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/136/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1991)
Montant total approuvé : 189 120 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/136/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Braconnage; Problèmes de gestion

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/136/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1991

Le Bureau a rappelé que le Comité, à sa treizième session, avait noté que la population de rhinocéros dans le parc avait augmenté de 15 individus en 1984 à 21 en 1989 et recommandé que les autorités du Zaïre demande que ce bien soit rayé de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a noté avec satisfaction que, conformément au voeu du Comité, le Ministre de l'Environnement et de la Protection de la Nature du Zaire avait, par lettre du 26 février 1991, demandé que ce site soit rayé de la Liste du patrimoine mondial en péril.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Le Bureau a recommandé au Comité de rayer le Parc national de la Garamba de la Liste du patrimoine mondial en péril, en notant que la population de rhinocéros avait presque doublé depuis 1985.

Décision adoptée: 15 BUR VI.49

Le Bureau s'est plu à noter que deux nouveaux jeunes rhinocéros étaient nés sur le site, ce qui portait à 28 le nombre de ces animaux présents dans le parc, près du double du chiffre enregistré en 1985, lorsque le site avait été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il a relevé avec satisfaction que le budget affecté au site avait augmenté de 400% et que, comme le Bureau l'avait suggéré à sa précédente session, les autorités zaïroises avaient demandé que le site soit retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a recommandé au Comité de prendre acte du fait que la faible population de rhinocéros était encore vulnérable et, en conséquence, de continuer à collaborer avec d'autres donateurs pour apporter un appui aux demandes de réhabilitation. Le Bureau a également proposé que le Comité retire ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 15 COM VIII

Parc national de la Garamba (Zaïre)

Le Comité a appris avec satisfaction que la population de rhinocéros du parc avait augmenté jusqu'à 31 individus et que la capacité locale de gestion et le budget du parc avaient augmenté de façon importante. Le braconnage était désormais sous contrôle. Le Ministre de l'Environnement et de la Protection de la Nature du Zaïre, par lettre du 26 février 1991, avait demandé que ce site soit rayé de la Liste du patrimoine mondial en péril. Bien que le Bureau, à sa dernière session de juin 1991, ait recommandé ce retrait, le Comité a pris en compte le fait que la situation dans le pays s'était dégradée à cause des troubles civils. Le Comité a été d'accord avec l'observation de l'UICN sur le fait que la population de rhinocéros était encore vulnérable et qu'un maintien de l'aide internationale et une stabilité politique étaient essentiels pour garantir le succès de ces cinq dernières années. Compte tenu des incertitudes résultant des troubles civils récents au Zaïre, le Comité a décidé de différer sa décision de rayer ce site de la Liste du patrimoine mondial en péril jusqu'à sa prochaine session.

 

Décision adoptée: 15 COM XII.A-B

A. Coopération technique

Le Comité a approuvé les demandes suivantes :

 

$EU

1.

Cavalier de Madara (Bulgarie)

35.000,00

 

Achat d'équipement pour sondages, mesures et nettoyage urgent du monument

2.

Eglise Saint-Stéphane à Nessebar (Bulgarie)

15.000,00

 

Restauration des peintures murales de l'église

3.

Plateau des Pyramides de Guizeh (Egypte)

30.000,00

 

Frais pour trois experts internationaux (économiste, archéologue et paysagiste) pour l'élaboration d'un schéma directeur

4.

Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM)

25.000,00

 

Le Comité, conformément à l'Article 23 de la Convention, a approuvé ce projet pour la fourniture de documentation technique, d'équipement et de petit matériel. 

5.

Sanctuaire historique de Machu Picchu (Pérou)

40.000,00

 

Contribution pour la période avril-décembre 1992 à la préparation d'un schéma directeur.

6.

Parc national du Niokolo-Koba (Sénégal)

45.000,00

 

Achat de deux véhicules tout terrain

 

Par ailleurs, le Comité a recommandé que le Secrétariat demande aux autorités sénégalaises de fournir des détails sur le calendrier et les modalités techniques pour la mise en œuvre de mesures en vue de diminuer l'impact de l'environnement sur le projet de construction d'une route dans le parc.

7.

Le parc national de l'Ichkeul (Tunisie)

40.000,00

 

Mission de consultation, équipement, planification et construction pour un centre devant permettre d'améliorer la présentation du parc aux visiteurs.

8.

Parc national de la Garamba (Zaïre)

15.000,00

 

Achat et expédition de trois moto-cyclettes tout terrain pour le gardiennage du parc.

 

9.

Parc national des Virunga (Zaïre)

40.000,00

 

Achat d'un canot automobile et de pièces détachées pour deux canots déjà achetés et frais de transport.

 

 

Le Comité a différé sa décision sur les requêtes suivantes :

 

10.

Réserve de Talamanca - La Amistad (Costa Rica)

 

 

Le Comité a rappelé qu'à sa dernière session il avait approuvé 50.000 $EU pour ce site devant être alloués, à condition que les projets financés par des fonds déjà approuvés soient achevés. Le Comité a noté que la mise en œuvre de ces projets était restée au même niveau qu'à la précédente session. Le Comité a demandé au Bureau d'examiner à nouveau la situation à sa prochaine session avant de décider d'accorder les 50.000 $EU approuvés par le Comité en 1990.

11.

Hypogée d'Hal Saflieni (Malte)

 

Le Comité a demandé à l'Etat partie de soumettre à la prochaine session du Bureau un rapport technique pour justifier la nécessité d'installer l'air conditionné dans l'hypogée.

12.

Parc national du Simen (Ethiopie)

 

Reconnaissant que les travaux de reconstruc­tion du parc, qui avait été abandonné par le personnel en 1985, pourraient commencer bientôt, le Comité a décidé de réserver 50.000 $EU du budget de 1992 pour la réhabilitation de ce parc. Le Comité a autorisé le Président à utiliser ces fonds pour financer l'élaboration de projets appropriés par la "Ethiopian Wildlife Conservation Organisation" en consultation avec l'UICN et le Secrétariat.

B. Formation

Le Comité, conformément à l'Article 23 de la Convention, a accordé une assistance financière aux cours internationaux/régionaux de formation suivants :

1.

Cours international sur la conservation et la restauration des monuments et des sites historiques (Université de Bahia, Brésil)

60.000,00

 

Le Comité a recommandé que les fonds soient utilisés pour financer la participation de spécialistes d'Etats parties à la Convention d'Amérique latine et des Caraïbes et de donner la priorité en 1992 aux Etats parties qui n'avaient pas reçu de bourses dans le passé. Le Comité a recommandé aussi aux autorités organisant le cours de soumettre au Secrétariat pour accord la liste des étudiants choisis.

2.

Séminaire régional de formation pour l'Afrique francophone sur la gestion des parcs nationaux dans le Parc national "W" au Niger (ENGREF/France et FSA/Niamey, Niger)

30.000,00

3.

Séminaire régional itinérant pour les gestionnaires de zones protégées en Asie du Sud et Centrale (Wildlife Institute of India (WII), Dehra Dun, Inde

30.000,00

 

Le Comité a demandé que le Secrétariat obtienne par écrit l'accord du Ministère de l'environnement et des forêts d'Inde pour l'organisation de ce cours.

Le Comité a accepté l'offre de la délégation des Etats-Unis d'Amérique de mettre à disposition l'équivalent de 30.000 $EU en roupies indiennes, par l'intermédiaire de la sous-commission américano-indienne sur la science et la technologie qui apporte déjà son appui à des cours similaires. Le Comité a recommandé que le Secrétariat, en coopération avec les autorités des Etats-Unis d'Amérique et de l'Inde, prennes mesures nécessaires pour utiliser l'offre de la délégation des Etats-Unis, de manière que tout ou partie de la somme approuvée par le Comité pour ce cours puisse être récupéré pour servir à d'autres projets d'assistance internationale.