1.         Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal) (N 25)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1984-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1982)
Montant total approuvé : 49 132 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Construction de barrages

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1985

[Rapport oral]

A court terme, la situation de ce parc, qui est menacé par un grand projet hydre-agricole, a été améliorée par la construction d'un canal temporaire. Les solutions à long terme ont été étudiées par l'UICN, l'Unesco, et les autorités sénégalaises et mauritaniennes lors d'une réunion de travail spéciale qui s'est tenue au Sénégal en juillet 1985. Parmi les principales conclusions de cette réunion, il a été décidé de faire de la zone, connue sous le nom de Diawling, contiguë au Djoudj en Mauritanie, un parc national, et de proposer ultérieurement l'inscription de ce site, avec Djoudj, comme bien transfrontalier.

Par ailleurs, l'achèvement du barrage de Diama en 1986 améliorera l'approvisionnement en eau de Djoudj, mais l'incidence d'un autre barrage à Manatali, dont la construction devrait être terminée en 1989, n'est pas encore connue.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

 L' UICN a indiqué que, compte tenu de cette évolution favorable, le Parc national du Djoudj pourrait peut-être être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril avant 1987.

Décision adoptée: 9 COM XIII.A

Parc national du Djoudj (Sénégal): à court terme, la situation de ce parc, qui est menacé par un grand projet hydro-agricole, a été améliorée par la construction d'un canal temporaire. Les solutions à long terme ont été étudiées par l'UICN, l'Unesco, et les autorités sénégalaises et mauritaniennes lors d'une réunion de travail spéciale qui s'est tenue au Sénégal en juillet 1985. Parmi les principales conclusions de cette réunion, il a été décidé de faire de la zone, connue sous le nom de Diawling, contiguë au Djoudj en Mauritanie, un parc national, et de proposer ultérieurement l'inscription de ce site, avec Djoudj, comme bien transfrontalier. Par ailleurs, l'achèvement du barrage de Diama en 1986 améliorera l'approvisionnement en eau de Djoudj, mais l'incidence d'un autre barrage à Manatali, dont la construction devrait être terminée en 1989, n'est pas encore connue. L'UICN a indiqué que, compte tenu de cette évolution favorable, le Parc national du Djoudj pourrait peut-être être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril avant 1987.