1.         Mines royales de sel de Wieliczka et Bochnia (Pologne) (C 32ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/32/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/32/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/32/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 1984

Par lettre en date du 12 septembre 1984, le Délégué permanent de la Pologne a communiqué au Secrétariat une demande de son Gouvernement en vue de l'inscription de la Mine de sel de Wieliczka sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Cette demande a été transmise à 1'ICOMOS pour évaluation. 

Il est rappelé que la Mine de sel de Wieliczka a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1978. En outre, la Pologne avait présenté, en décembre 1982, une demande de coopération technique pour les travaux nécessaires à la Mine de sel de Wieliczka, demande qui n'a pu être acceptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 7e session.

---------------------------------------------------------

PROPOSITION D'INSCRIPTION SUR LA LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL EN PERIL PRESENTEE PAR LA POLOGNE

La Mine de sel de Wieliczka

 

I. Description de l'objet

1 - La mine a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en septembre 1978.

 

2. Le danger pour le bien se compose de:

a) les éboulements

b) l'affaissement 

c) les infiltrations d'eau

d) les éléments atmosphériques nocifs

 

3. La mine nécessite des réparations suivantes:

a) le comblement de 4,2 millions de mètres cubes de galeries dans un état de péril, sur un volume total de 7,4 millions de mètres cubes de galeries;

b) la préservation de 23 groupes qui sont uniques en valeur, comprenant 342 chambres et galeries;

c) le comblement successif de 32 chambres afin de protéger la ville de Wieliczka de subsidence;

d) la réparation de 252 points où l'eau s'infiltre, à un taux d'environ 19,4 mètres cubes par heure;

e) l'amélioration du système de ventilation dans les galeries, et l'installation d'un système de climatisation.

 

4. La mine de sel de Wieliczka a jusqu'ici pas indiqué le coût des activités proposées ci-dessus. On estime actuellement que le coût total du travail, qui prendra au-moins trente ans à compléter et s'élèvera à 22,8 millions de zlotys.

 

II. Description des dangers sur le bien
La mine a été utilisée pendant sept cents ans. Les installations minières, les outils, et les rivages de bois qui soutiennent les galeries et cavernes sont peu à peu détériorés en raison de la pression de la roche, les infiltrations et l'humidité dans l'air qui circule en permanence dans les galeries. Un inventaire des salles et des galeries a mis en évidence une telle détérioration permanente, des éboulements causés par la pression de la roche et de la subsidence, ainsi que la destruction des vestiges de travaux anciens, des sculptures des chapelles et des plaques commémoratives.

 

III. Nature du danger sur le bien
1 Niveaux I à III de la mine, entre 22 et 135 mètres sous terre, représentent une menace pour le vieux centre de la ville.

2. La fragilité même du sel menace directement l'authenticité historique du complexe de chambres et de galeries.

3. La pression continuelle du terrain sur les parties évidées de la mine devient évident.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

 Le Comité a estimé qu'on ne dispose pas actuellement d'informations géologiques suffisantes pour évaluer les dangers qui menacent ce bien. Le Comité a donc décidé d'attendre de disposer de renseignements complémentaires pour se prononcer sur cette proposition et exprimé le voeu que, dans l'intervalle, les autorités nationales intéressées assurent la protection nécessaire.

Décision adoptée: 8 COM X.26-27

26. Le Comité a examiné quatre propositions d'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril soumises par les Etats parties concernés. Il a noté les recommandations de l'ICOMOS et de l'UICN et pris les décisions suivantes :

Mine de sel de Wieliczka (Poloqne)
L'ICOMOS a fait part au Comité des informations qu'il a reçues des autorités polonaises à propos de ce bien. Le Comité a estimé qu'on ne dispose pas actuellement d'informations géologiques suffisantes pour évaluer les dangers qui menacent ce bien. Le Comité a donc décidé d'attendre de disposer de renseignements complémentaires pour se prononcer sur cette proposition et exprimé le voeu que, dans l'intervalle, les autorités nationales intéressées assurent la protection nécessaire.

Parc national des oiseaux de Djoudj (Sénégal)
Le Comité a été informé par l'UICN que la menace constituée par le barrage en terre canstruit en amont de ce bien a disparu, les pluies récentes ayant été suffisamment abondantes pour emporter cet ouvrage temporaire. Cependant, la menace à plus long terme que constitue le projet de construction d'un barrage en aval subsiste et compromet gravement l'avenir de ce site. Prenant en considération les observations et recommandations de l'UICN ainsi que la réponse positive des autorités sénégalaises à la demande du Directeur général, le Comité a décidé d'inscrire le Parc national des oiseaux de Djoudj sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Zone de conservation de Ngorongoro (Tanzanie)
Le représentant de l'UICN a présenté l'évaluation de l'état de conservation de ce bien qui, malheureusement, continue à se dégrader et a indiqué que les autorités tanzaniennes avaient répondu positivement à la demande du Directeur général tendant à l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Tenant compte des observations de l'UICN, le Comité a décidé d'inscrire la zone de conservation de Ngoronqoro sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Parc national de la Garamba (Zaïre)
Le Comité a pris note de l'évaluation faite par l'UICN de la proposition d'inscription de ce bien et des informations les plus récentes concernant la situation très critique du rhinocéros blanc dont la population totale est actuellement estimée à quelque 15 specimens ce qui compromet la survie de cette sous-espèce. Le Comité a pris note des observations de l'UICN et de la réponse positive des autorités zaïroises à la lettre du Directeur général et a décidé d'inscrire le Parc national de la Garamba sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


27. M. Batisse, notant la décision du comité d'inscrire les trois sites naturels décrits ci-dessus sur la Liste du patrimoine mondial en péril, a fait observer que ces inscriptions permettront de juger de l'efficacité de la Convention dans la mesure où elle permettra de mobiliser l'opinion publique et la solidarité requise pour obtenir l'important soutien qu'exige, au niveau national ou internationa1,la préservation de ces sites.