1.         Antigua Guatemala (Guatemala) (C 65)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/65/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-1999)
Montant total approuvé : 96 016 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/65/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine, Pression touristique ; Lacunes des capacités en techniques de conservation, Absence de mécanisme de gestion (et de législation), Absence de système de suivi, Manque de coordination institutionnelle ; Tremblement de terre 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/65/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Conformément à la décision WHC-03/27.COM/7B.92 du Comité, une seconde mission de suivi réactif de l’ICOMOS a eu lieu du 9 au 13 février 2004 dans le but de recueillir des informations sur les facteurs qui menacent le bien, liés au développement urbain et aux pressions exercées par le tourisme, l’absence de gestion et de législation à jour et la mauvaise coordination institutionnelle. La construction d’un grand centre commercial dans la Vieille ville a été une source d’inquiétude qui a abouti à l’envoi d’une mission de suivi réactif de l’ICOMOS en 2001. La mission a également servi à vérifier le résultat des travaux de reconstruction de la cathédrale et du troisième Cloître de la Compañía de Jesús.

 

Un rapport d’avancement du Ministère de la Culture et des Sports a été reçu au Secrétariat le 30 janvier 2004, avec des informations sur :

 

a)  le plan d’aménagement d’une ancienne plantation aux environs d’Antigua, connu sous le nom de Projet de la Finca Retana, dans le cadre du plan d’urbanisme d’Antigua Guatemala pour lequel les autorités locales ont une étude d’impact en cours. Toutefois, le Secrétariat n’a reçu aucun plan ni aucun détail à ce sujet, et l’expert de l’ICOMOS n’a pas été autorisé à consulter le projet ;

b)  la reconstruction partielle des ruines de la cathédrale, qui est maintenant terminée. Cette intervention était destinée à consolider la structure ;

 

c)  l’intervention satisfaisante de l’Agence espagnole de coopération internationale (AECI) dans le troisième Cloître de la Compañia de Jesús, dont l’objet était de revitaliser l’édifice en créant une école du patrimoine et des activités de renforcement des capacités ;

 

d)  les amendements destinés à actualiser le projet de loi d’Antigua Guatemala. La Loi est soumise au Congrès pour un processus consultatif.

 

Le rapport de la mission de suivi réactif de l’ICOMOS parvenu au Secrétariat le 26 mars 2004 reconnaît clairement le besoin urgent de réformer et d’approuver la Loi sur la protection d’Antigua, mais aussi de finaliser et d’approuver du point de vue juridique la nouvelle réglementation et le plan directeur d’Antigua, avec une approche territoriale.

 

Le rapport de l’ICOMOS confirme que l’ensemble des autorités et des décideurs concernés est maintenant d’accord pour ne pas construire le centre commercial dans la Vieille ville. La discussion est maintenant axée sur l’aménagement des vingt-deux hectares de la Finca Retana, une ancienne plantation aux environs d’Antigua. Le projet de centre commercial à la Finca Retana a été rejeté l’an dernier et ont été proposés à la place un centre de congrès et des installations annexes. Selon l’expert de l’ICOMOS, le développement d’Antigua est inévitable, étant donné l’accroissement de sa population et les demandes qui vont de pair, mais il doit s’accompagner d’un contrôle nécessaire et d’une réglementation conforme à l’obligation de préserver le site du patrimoine mondial et le paysage naturel environnant. Les nouveaux projets immobiliers ne devraient être autorisés que s’ils n’interfèrent pas avec la préservation des valeurs culturelles et historiques du bien et si leur conception est de haute qualité.

 

Le rapport de l’ICOMOS indique aussi que la reconstruction du troisième Cloître de la Compañia de Jesús qui a été transformé en un centre d’information ultramoderne pour l’apprentissage de la conservation et de la restauration au titre du Programme espagnol des Amériques, ne présente pas de problème majeur en matière d’authenticité et d’intégrité.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.114

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prenant note des rapports fournis par l’Etat partie et l’ICOMOS concernant le processus de révision et de mise à jour de la législation sur la protectiond’Antigua Guatemala et les projets de reconstruction et de revitalisation de la cathédrale et du troisième Cloître de la Compañía de Jesús, qui n’ont pas eu d’impact négatif sur les valeurs du bien (décision 27 COM 7B.92),

2. Remerciant l’Agence espagnole de coopération internationale (AECI) de sa précieuse contribution à la revitalisation d’Antigua Guatemala dans le respectde son patrimoine culturel,

3. Invite l’Etat partie à poursuivre sa coopération avec l’Agence espagnole decoopération internationale (AECI) et l’ICOMOS pour finaliser et mettre en oeuvre le plan directeur d’Antigua, en délimitant clairement la zone tampon dubien, le plan de gestion détaillé, les programmes de préparation aux risques, les études sur la réglementation du trafic et la politique sur les revenus du tourisme en faveur de la conservation ;

4. Demande à l’Etat partie de tenir le Comité informé de l’évolution du plandirecteur d’Antigua Guatemala.