1.         Site archéologique de Chavin (Pérou) (C 330)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-2002)
Montant total approuvé : 75 550 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Lacunes des capacités en techniques de conservation, Absence de mécanisme de gestion (et de législation), Absence de système de suivi ; Inondations/Glissements de terrain

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Le Secrétariat a reçu un rapport d’avancement de l’Etat partie le 30 janvier 2004. Il rend compte des efforts accomplis pour documenter et recenser les structures et le matériel archéologique, d'objets domestiques et funéraires découverts durant la construction de la nouvelle route dans le cadre du projet spécial « Provias Departamental ». Entre juin et septembre 2003, un plan d’urgence a été mis en place dans le secteur de « La Banda ». Le Gouvernement prépare actuellement le lancement d’une étude de faisabilité du tourisme culturel (Plan Copesco), ainsi qu’un appel d’offres en vue de créer en temps utile un musée sur le site. De plus, le rapport indique, comme précédemment, que la finalisation du plan directeur est prévue en 2004.

 

L’ICOMOS a déclaré que l’Etat partie avait fait savoir, en réponse à une demande du Comité du patrimoine mondial à sa 27e session en 2003, qu’il avait formé un groupe de travail d’experts chargé de préparer un plan technique pour Chavín, qui devait servir de base au plan directeur du site. Un certain nombre de rapports sur les causes de détérioration du bien ont été produits, couvrant la topographie du site et de ses environs, l’érosion due à l’eau, les caractéristiques chimiques et biologiques des matériaux employés dans le bâtiment, les fondations et la décomposition due aux micro-organismes. Les causes principales des dommages et des dégradations ont ainsi été identifiées, ce qui va permettre d’appliquer des solutions techniques qui réduiront ou éviteront l’impact d’éléments extérieurs. Le plan technique est en cours de modification pour donner la priorité à des études devant être menées en 2004 sur la stabilité des versants des monts Cochas et les eaux souterraines dans la région. Les travaux d’urgence, qui devaient durer quatre mois, ont commencé à la mi-juin 2003, mais ils ont été retardés à cause des opérations de sauvetage de sites archéologiques et des travaux de conservation rendus nécessaires par la construction d’une route sur la rive droite du Rio Mosna.

 

Pour l’instant, un relevé topographique de l’ensemble du site et une évaluation architecturale de toutes les structures ont été réalisés. Le travail se poursuit avec l’éradication d’une herbe particulièrement résistante, connue sous le nom de kikoyu, et le ravalement des façades de certains monuments. D’autres opérations sont en cours, notamment le projet de tourisme culturel à Chavín, les cours de formation et les ateliers de conservation en archéologie auxquels participe la population locale, et la planification préliminaire du futur Musée national de Chavín.

 

L’ICOMOS, comme le Secrétariat, est conscient de l’ampleur de la tâche que représente la préparation d’un plan de gestion pour le site archéologique de Chavín, mais il est regrettable de ne pas avoir fait de relevé archéologique avant de construire la route. Le Comité pourrait souhaiter inviter l’Etat partie à envoyer une mission conjointe de suivi réactif ICOMOS-UNESCO à Chavín pour évaluer les dégâts et discuter d’un calendrier pour la préparation du plan de gestion.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.104

Le Comité du patrimoine mondial, 1. Prenant note du rapport transmis par l’Etat partie (décision 27 COM 7B.97), 2. Regrettant que la construction d’une nouvelle route à travers le site du patrimoine mondial ait causé des dégâts qui auraient dû être évalués au moyen de relevés archéologiques avant la construction, 3. Rappelle le paragraphe 56 des Orientations (2002) et engage vivement l’Etat partie à éviter à l’avenir toute intervention similaire dans l’enceinte du site du patrimoine mondial de Chavín ; 4. Demande à l’Etat partie de soumettre, d’ici le 1er février 2005, un rapport détaillé contenant une évaluation des dommages causés au bien, afin que le Comité puisse l’examiner à sa 29e session en 2005.