1.         Kizhi Pogost (Fédération de Russie) (C 544)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1990

Critères  (i)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1992-2001)
Montant total approuvé : 38 540 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de capacités en techniques de conservation; conservation du bois. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Du 18 au 20 décembre 2003, un atelier sur la conservation de l’église de la Transfiguration s’est tenu à Saint-Pétersbourg, où les participants ont été informés de l’avancement des travaux préparatoires pour le projet de conservation et ont discuté des mesures prises en réponse aux recommandations du Comité et de l’atelier international d’août 2002.

 

Les principales phases du projet de restauration ont été approuvées ainsi que le plan de travail pour la création d’infrastructures pour les travaux à exécuter (mouillage des bateaux, chantier de construction, structure énergétique, stockage du bois et approvisionnement, protection contre l’incendie, hébergement des travailleurs, etc.). Le budget du projet de restauration a été soumis et approuvé par le Ministère de la Culture. Toutefois, les participants ont mentionné l’insuffisance et l’irrégularité du financement du projet de conservation.

 

Le Comité national russe du patrimoine mondial et le Ministère de la Culture prépareront une proposition sur l’approbation de la zone tampon, en tenant compte d’une extension possible du site. Le suivi de l’état de conservation de l’église de la Transfiguration est assuré par le gestionnaire du site avec les architectes et les restaurateurs.

 

Les participants à l’atelier ont réitéré la demande de traduction en russe des Orientations de l’ICCROM devant guider la gestion des sites culturels.

 

Le Centre a demandé des informations plus détaillées sur certaines questions discutées durant ce second atelier, en particulier des précisions sur le budget global du projet, des données sur l’état de conservation de l’église et le suivi des recommandations du premier atelier. Lors de la préparation du présent document, aucune information n’avait été reçue de l’Etat partie.

 

L’ICOMOS et l’ICCROM ont constaté que le financement au niveau national est imprévisible et insuffisant et que malgré tout le soin apporté et les études consacrées à l’analyse des problèmes de conservation, si les fonds nécessaires ne sont pas engagés en temps opportun, les menaces pour le site restent graves et difficile à freiner. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.95

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Remerciant les autorités de la Fédération de Russie de leur mobilisation permanente pour analyser les problèmes de conservation de l’église de la Transfiguration en organisant des ateliers,

2. Note avec préoccupation l’insuffisance du financement et, par voie de conséquence, le manque d’engagement de la Fédération de Russie en faveur du projet de conservation sans quoi les menaces qui pèsent sur le site restent graves et sans entrave ;

3. Regrette que l’Etat partie n’ait pas fourni un rapport d’avancement comme l’avait demandé le Comité (décision 27 COM 7B.74) ;

4. Prie instamment les autorités de la Fédération de Russie de collaborer étroitement avec les organisations consultatives et le Centre du patrimoine mondial pour suivre l’évolution des travaux de conservation ;

5. Demande à l’Etat partie de soumettre, d’ici le 1er février 2005, un rapport sur l’engagement des fonds nécessaires à l’exécution du plan de travail pour 2004 et 2005, et sur l’avancement des travaux de conservation en donnant des informations sur l’impact des interventions des travaux de conservation, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l’état de conservation du bien à sa 29e session en 2005.