1.         Monastère de Ghélati (Géorgie) (C 710bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/710/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/710/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/710/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Au cours d’une mission conjointe de suivi réactif UNESCO-ICOMOS à la Réserve de la ville-musée de Mtskheta (Géorgie), du 8 au 16 novembre 2003, des observations ont été faites sur l’état de conservation de la cathédrale de Bagrati et du monastère de Gelati. La mission a constaté que l’extérieur des bâtiments du monastère de Gelati est en bon état. Les fenêtres doivent cependant être conservées pour empêcher le vent et la pluie de pénétrer à l’intérieur des salles car les peintures murales sont endommagées, surtout côté sud.

 

Dans la cathédrale de Bagrati les échafaudages des précédents travaux de conservation sont restés adossés au mur de la forteresse et des tranchées béantes indiquent que des fouilles archéologiques ont été laissées inachevées. Les travaux de conservation de la chapelle à l’intérieur de la forteresse et des murs de la cathédrale doivent aussi être terminés. Les autorités géorgiennes ont l’intention de reconstruire une bonne partie de l’ouvrage, soit avec des pierres artificielles pour recréer la forme originale de l’édifice, soit en utilisant de l’acier vernissé pour obtenir un dôme transparent qui pourra être illuminé. Toutefois, l’ICOMOS estime que toute reconstruction doit être faite dans le respect de la valeur universelle exceptionnelle du bien et de son authenticité et qu’il serait donc plus convenable de laisser le site à l’état de ruine.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.87

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prenant acte des résultats de la mission conjointe de suivi réactif UNESCO ICOMOS sur le bien,

2. Prend note avec inquiétude des problèmes de conservation qui affectent le bien et encourage l’Etat partie à y répondre en tenant compte des recommandations de la mission ;

3. Prie instamment l’Etat partie de ne pas entreprendre des travaux de reconstruction susceptibles de nuire à la valeur universelle exceptionnelle et à l’authenticité du bien, et engage vivement l’Etat partie à ne commencer aucune construction avant que le Comité ait examiné le projet ;

4. Demande à l’Etat partie de fournir au Centre du patrimoine mondial un rapport actualisé d’ici le 1er février 2005, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l’état de conservation du bien à sa 29e session en 2005.