1.         Temples mégalithiques de Malte (Malte) (C 132ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/132/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1998)
Montant total approuvé : 74 073 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/132/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/132/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

En 2003 il y a eu un échange de correspondance entre le Centre du patrimoine mondial et les autorités maltaises sur plusieurs questions relatives aux Temples mégalithiques de Malte, en particulier sur le projet de décharge provisoire des ordures ménagères près des temples d’Hagar Qim et Mnajdra in Qrendi. L’Etat partie a également demandé à l’UNESCO de prendre part à un projet de parc du patrimoine financé par l’Union européenne pour ces deux temples. De plus, une lettre de réclamation a été reçue à propos de la construction illicite de maisons près du temple de Ggatija, sur l’île de Gozo, qui a entraîné la destruction de vestiges historiques. Le Centre a aussi reçu des informations sur le vandalisme permanent et les structures illégales destinées à la capture des oiseaux, y compris les cabanes des chasseurs dans la zone des temples.

L’Etat partie a fourni au Centre une Evaluation d’impact environnemental (EIE) dont une partie est consacrée à l’impact des décharges sur le bien du patrimoine mondial. Dans les conclusions de l’EIE, les temples sont considérés comme les récepteurs les plus vulnérables des impacts permanents résultant d’émissions chimiques et de vibrations, et ils seront également affectés par des impacts temporaires dus aux activités de développement (bruit, poussière, odeur, lumière artificielle, circulation). L’EIE prévoit des seuils de vibration et d’émissions chimiques appropriés pour éviter d’endommager le patrimoine culturel. L’EIE a été transmise pour commentaire à l’ICOMOS et à l’ICCROM.

En outre, le Centre du patrimoine mondial a été informé que le Ministère de la Jeunesse et des Arts, en consultation avec Heritage Malta, la Direction maltaise du Patrimoine culturel, l’Autorité maltaise de protection de l’environnement et de l’aménagement du territoire et l’Office du Tourisme de Malte, a préparé un projet de rapport au sujet d’un concours international pour la création d’un Parc du patrimoine de Ħaġar Qim et Mnajdra.

L’ICOMOS a indiqué qu’en dépit du caractère approfondi du rapport, il continue d’émettre de sérieuses réserves quant à l’impact produit sur les deux monuments. Bien que la durée de fonctionnement des décharges se limite seulement à 2–3 ans, elles nécessiteront durant cette période de construire de nouvelles routes et d’autres installations qui porteront gravement préjudice au cadre des monuments, tant au niveau visuel que sonore. Des vapeurs toxiques risquent aussi de se dégager étant donné la nature des déchets qui y seront probablement déversés, ce qui serait inacceptable pour les nombreux touristes et autres visiteurs qui se rendent sur les sites. Il devrait y avoir une circulation intense, ce qui pourrait avoir un effet délétère sur la stabilité structurelle des monuments mégalithiques qui ont souffert dans le passé de l’exploitation des carrières aujourd’hui abandonnées.

L’ICOMOS est conscient des pressions socioéconomiques exercées sur l’Etat partie à l’origine de cette proposition. A son avis, toutefois, la valeur culturelle des deux monuments mégalithiques, comme cela est reconnu par leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial, et l’adhésion du Gouvernement maltais à la Convention du patrimoine mondial, seraient autant de bonnes raisons d’abandonner le projet en cours et de trouver un autre endroit à la place.

Le jury du concours international de création d’un parc du patrimoine à Malte est essentiellement composé d’architectes. L’ICOMOS suggère que des représentants de différentes disciplines – archéologie, sciences de la conservation, génie civil – devraient être pressentis comme membres du jury. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.76

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite le gouvernement maltais pour la façon exemplaire dont il a consulté toutes les parties concernées par le projet d'aménagement d'une décharge d'ordures près des temples mégalithiques d'Hagar Qim et de Mnajdra et se déclare satisfait de la qualité de l’étude d’impact environnemental (EIE) ;

2. Accueille favorablement la décision du gouvernement maltais d'installer la décharge proposée dans un autre lieu ;

3. Regrette que peu de progrès aient été faits pour améliorer la protection et l’interprétation du site qui est encore affecté par des constructions illicites et des actes de vandalisme ;

4. Note les informations sur le projet de « parc archéologique » incluant la construction d’abris au-dessus de deux des temples, et prie instamment l’Etat partie de présenter les détails du projet au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2005, conformément au paragraphe 56 des Orientations (2002);

5. Prie également instamment l’Etat partie de ne pas commencer de travaux de construction avant étude par le Comité ;

6. Recommande qu’un plan de gestion soit élaboré pour les sept temples qui constituent le bien et pas seulement pour les deux qui sont concernés par les projets du Parc du patrimoine ;

7. Demande à l’Etat partie de fournir un rapport actualisé au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2005 sur le projet de Parc du patrimoine et l’élaboration d’un plan de gestion, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse examiner l’état de conservation du bien à sa 29e session en 2005.