1.         Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène (Colombie) (C 285)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1984

Critères  (iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/285/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-1999)
Montant total approuvé : 108 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/285/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2003 : mission de suivi réactif de l'ICOMOS ; 2006 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) construction du TRANSCARIBE, un nouveau réseau de transport public, et son impact sur les remparts;

b) absence de système réglementaire de gestion et de conservation du bien;

c) impact des travaux du port sur les fortifications de Carthagène;

d) nécessité de réglementations urbaines pour la zone de protection;

e) absence de plan de gestion.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/285/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 30 mars 2012, rapport qui répond de manière succincte aux décisions prises par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010).

a) Délimitation du bien

L’État partie a soumis une délimitation pour le groupe de monuments situés au sein du centre historique qui suit, comme précédemment rapporté, la démarcation proposée par le Plan spécial de gestion et de protection (PEMP). Elle sera examinée dans le cadre du processus d’inventaire rétrospectif de l’exercice de soumission de rapports périodiques pour la région Amérique latine et Caraïbes. En ce qui concerne les forts situés en dehors de cette zone, leur délimitation est toujours en attente bien que des efforts aient été faits dans l’élaboration des plans de gestion et de protection.

b) Étude de conservation et plan d’actions hiérarchisées pour l’ensemble complet des remparts et la ville fortifiée

Ce rapport a été soumis au Centre du patrimoine mondial en décembre 2010. Il envisage diverses actions à mettre en œuvre sur une partie du bien, notamment le renforcement des activités résidentielles et touristiques, incluant la restauration de zones historiques à des fins de logement, la mutation de toute destination inappropriée des édifices et la mise en œuvre de projets stratégiques dans différentes zones. Parmi ces activités, il est prévu de restaurer plusieurs édifices et de récupérer et adapter des espaces publics. Il existe également des plans pour améliorer les structures et services d’enseignement, ainsi que pour moderniser les infrastructures et les services touristiques, notamment grâce à la récupération d’espaces publics. Des actions spéciales sont prévues pour améliorer la liaison entre le centre historique et ses environs.

c) Plan spécial de gestion et de protection (PEMP)

L’État partie rapporte que le document a été soumis à l’examen final du ministère de la Culture. Les outils financiers permettant d’obtenir les ressources nécessaires à sa mise en œuvre doivent encore être finalisés mais le document devrait être soumis d’ici la fin du mois d’avril 2012 au Centre du patrimoine mondial. L’approbation légale du plan est en cours, cependant l’État partie indique que dès son obtention, les projets et dispositions seront mis en œuvre. Aucun calendrier de réalisation n’a été communiqué.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que tant que la délimitation de l’ensemble des éléments constitutifs du bien n’est pas achevée, le processus ne peut pleinement être pris en considération.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent également que l’élaboration d’un plan spécial de gestion et de protection a été finalisée mais font toutefois part de leur inquiétude quant à la longueur du processus d’approbation qui empêche la mise en œuvre systématique des dispositions prises. Ils notent enfin qu’il est essentiel que les limites de l’ensemble des éléments constitutifs du bien soient clairement identifiées afin que l’intégrité du bien soit maintenue. 

Décision adoptée: 36 COM 7B.98

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2.   Rappelant la décision 34 COM 7B.107, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3.   Note la finalisation du plan spécial de gestion et de protection pour le bien et prie l’État partie de finaliser son processus d’approbation dès que possible, et d’obtenir les ressources requises pour garantir la mise en œuvre continue des dispositions prises ; et demande à l’État partie de faire parvenir des exemplaires de ce plan au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour examen ;

4.   Reconnaît l’élaboration du plan d’action de conservation pour l’ensemble des remparts et de la ville fortifiée et demande également à l’État partie de commencer la mise en œuvre des mesures prioritaires identifiées ;

5.   Réitère sa demande à l’État partie de finaliser la délimitation du bien incluant tous les éléments du réseau de fortifications selon les formats requis, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour examen ;

6.   Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points susmentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session en 2014.