1.         Acropole d'Athènes (Grèce) (C 404)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/404/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/404/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/404/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Le Centre du patrimoine mondial a reçu trois numéros de « Acropolis Restoration News » de la part des autorités grecques, ainsi qu’une lettre datée du 7 février 2004. La revue publiée par le Ministère des Affaires étrangères rend compte des travaux de restauration qui ont été exécutés de 2001 à 2003 sur ce site du patrimoine mondial. Dans une lettre du 2 février 2004, l’Etat partie a donné des informations sur la définition de la zone tampon et les projets de conservation et de restauration des monuments de l’Acropole, ainsi qu’un rapport sur « l’Unification des sites archéologiques d’Athènes », comme l’avait demandé le Comité du patrimoine mondial à sa 27e session en 2003. Le Ministère de la Culture s’est joint au Ministère de l’Environnement et du Développement pour lancer un programme général de conservation et de revitalisation des principaux sites archéologiques d’Athènes, avec un plan de conservation de l’Acropole. Le plan prévoit la restauration à long terme du Parthénon et des Propylées ; il est également mentionné que la restauration de l’Erechthéion est achevée depuis peu.

En ce qui concerne la définition de la zone tampon nord-est du bien du patrimoine mondial, les autorités grecques se sont référées au décret présidentiel du 25 mai 1987 définissant la zone tampon (zones A et B). Dans cette partie nord-est du site (zones A et B), la hauteur des bâtiments est limitée à 4 mètres maximum dans la zone A et à 7 mètres dans la zone B pour assurer l’intégrité visuelle du bien. Les autorités grecques ont indiqué, en outre, qu’une zone analogue (zone 3) située au sud de l’Acropole et établie en 1975, a été renforcée en 2002 pour réglementer les opérations immobilières et limiter la hauteur des nouvelles constructions à celle des bâtiments existants.

S’agissant du projet de construction d’une tour dans la rue Misaraliotou, située dans le quartier qui s’étend au sud-est de la zone tampon existante (zone 3), le rapport indique que les travaux de construction ont été suspendus en attendant la décision relative à l’extension du contrôle de la hauteur des immeubles dans cette zone. L’ICOMOS prie instamment les autorités compétentes à étendre la zone contrôlée comme prévu afin de protéger le cadre visuel du bien. Le 8 mars 2004 l’Etat partie a présenté une carte détaillée qui illustre la zone tampon susmentionnée, ainsi que l’emplacement du nouvel immeuble en projet.

A la demande du Comité du patrimoine mondial, les autorités grecques ont aussi présenté, le 5 avril 2004, un rapport sur le projet du nouveau musée de l’Acropole. L’emplacement du nouveau musée au pied de l’Acropole a été choisi par le Conseil archéologique central du Ministère de la Culture pour plusieurs raisons, notamment pour sa position centrale au regard du projet d’intégration des sites archéologiques d’Athènes. Les fouilles menées précédemment ont révélé des vestiges archéologiques, de sorte qu’un second concours d’architecture a été organisé pour le projet de musée. Le nouveau plan intègre le plus important de ces vestiges qu’il rend accessibles au public au moyen d’une construction en verre élaborée.

L’ICOMOS a indiqué que le nouveau plan est simple, qu’il ne s’oppose pas à l’architecture classique de l’Acropole et qu’il aura un impact visuel minimal sur le bien du patrimoine mondial.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.71

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Remerciant l’Etat partie pour le rapport fourni sur la conservation du bien du patrimoine mondial, avec une redéfinition de la zone tampon ainsi que des éléments d’information sur les opérations immobilières aux abords immédiats du bien,

2. Félicite l’Etat partie pour son projet « Unification des sites archéologiques d’Athènes » et pour le plan de conservation à long terme, y compris le plan du nouveau musée de l’Acropole, car cela améliorera la protection et la mise en valeur du bien du patrimoine mondial ;

3. Engage vivement l’Etat partie à définir une zone tampon cohérente autour de l’Acropole et d’étendre la zone tampon existante zone 3) à celle où doit être édifiée la tour afin de limiter la hauteur des immeubles et d’assurer l’intégrité visuelle du bien ;

4. Rappelle sa demande qui consiste à entreprendre une étude d’impact visuel avant toute nouvelle construction ;

5. Demande à l’Etat partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé des nouveaux aménagements, y compris de l’extension de la zone tampon et de l’étude d’impact visuel.