1.         Ville de Luang Prabang (République démocratique populaire lao) (C 479bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-1998)
Montant total approuvé : 92 242 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine, pression du tourisme ; manque de capacité en matière de techniques de conservation, absence de mécanisme de gestion (notamment législatif), absence de système de suivi, absence de présentation et d’interprétation ; pillage/vols

Informations complémentaires :

Démolition illicite de bâtiments classés et non classés et construction illicite de bâtiments qui ne sont pas en conformité avec le PSMV dans la zone protégée du patrimoine mondial ; travaux publics financés par la BAsD qui mettent en danger les zones humides urbaines et la zone principale du site du patrimoine mondial

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/479/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

L’Etat partie a présenté un rapport sur l’état de conservation au Centre du patrimoine mondial, comme l’avait demandé le Comité du patrimoine mondial à sa 27e session.

Suite à l’approbation par le Comité du patrimoine mondial, à sa 26e session, des recommandations émises par les experts de l’UNESCO et de l’ICOMOS durant leur mission d’avril 2002, l’Etat partie a entrepris les actions suivantes conformément aux huit mesures correctives identifiées :

a)     Mesure 1 concernant les constructions illicites

Le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) a été officiellement approuvé et appliqué par le Gouvernement central avec la promulgation du décret 175/PM du 6 novembre 2003. Des ordres ministériels et locaux ont été donnés afin de démolir toute construction non conforme au PSMV.

b)    Mesure 2 concernant l’application de la loi et des règlements

La Commission des permis de construire a admis comme nouveau membre le représentant de la Maison du Patrimoine. Elle suit de près tous les chantiers de construction après que le permis a été délivré. A ce jour, 36 cas graves de construction illicite ont été déclarés, dont le permis a été retiré. Deux bâtiments illégaux ont été démolis au titre de cette activité de suivi. Toutefois, des petites violations permanentes du PSMV ont été signalées à l’intérieur de la zone centrale du bien du patrimoine mondial de Luang Prabang.

c)   Mesure 3 sur la sensibilisation de l’opinion publique au PSMV par l’administration locale

Une vaste campagne d’information publique sur le PSMV a été lancée par la Maison du patrimoine et se poursuit avec les responsables de chaque département provincial et les maires des différentes localités. Divers instruments juridiques nationaux et internationaux en faveur de la préservation du patrimoine culturel et naturel ont été présentés par la Maison du patrimoine au cours d’une grande réunion tenue le 18 décembre 2003.

d)   Mesure 4 sur la sensibilisation des entreprises au PSMV

La Maison du Patrimoine a organisé un stage de formation de trois mois pour l’Autorité administrative de l’aménagement urbain (AAAU) et pour les architectes et les ingénieurs des entreprises du bâtiment concernées.

e) Mesure 5 sur l’arrêt des travaux publics non conformes au PSMV

L’impact de la construction de la route à Bua Kang Bung a été atténué en réduisant la largeur de la voie et en construisant un canal de drainage au lieu de deux. La construction du mur de soutènement le long du Mékong a été arrêtée. Les berges et les gabions ont été aménagés le long du fleuve par des apports de terre et des plantations d’arbres et autres végétaux.

f)    Mesure 6 concernant le suivi du PSMV

Des comités locaux et nationaux du patrimoine national culturel et naturel se réunissent régulièrement et échangent toutes les informations nécessaires.

g)   Mesure 7 concernant la gestion des lieux publics

L’intersection de la Poste fait l’objet d’une attention particulière et sa valeur patrimoniale a été maintenue suite à la mise en œuvre satisfaisante du programme Asia-Urbs. Une commission de gestion locale est chargée d’appliquer le règlement adopté après consultation publique pour veiller à préserver la diversité culturelle et ethnique du lieu.

h) Mesure 8 sur l’ouverture d’un Fonds d’aide à la population locale

La fourniture de matériaux de construction, tels que des carreaux de bonne qualité, a été accomplie avec succès par le Fonds. Pour assurer la viabilité financière de la Maison du patrimoine et financer les projets de conservation, le Ministère des Finances a autorisé le gouvernement provincial à prélever une taxe pour la conservation du patrimoine. 

Lors de sa 27e session, en 2003, le Comité a demandé à l’Etat partie de prendre toutes les mesures nécessaires pour continuer de réduire la circulation automobile et la pollution sonore qui ont un impact sur la zone centrale du bien. Suite à cette demande, un dispositif de régulation du trafic a été mis à l’étude. L’artère principale qui va de l’intersection de la Poste au Palais royal a été transformée en rue piétonne et en marché de nuit.

L’Agence française de développement (AFD) a proposé de financer l’étude d’un schéma cohérent d’aménagement du territoire pour guider l’extension de la ville de Luang Prabang en créant une ville nouvelle au nord de la zone historique, où seront installés les nouveaux bureaux et services gouvernementaux, ainsi que l’Université Souphanouvong. La zone protégée du patrimoine mondial est comprise dans le périmètre du Parc de la rivière Nam Khan dont l’inscription est à l’étude dans le cadre du Programme de l’UNESCO sur l’Homme et la Biosphère (MAB). Pour ce qui est de la réduction de la pollution, aucune recherche scientifique n’a été menée à Luang Prabang.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.60

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Félicite l’Etat partie pour l’exécution partielle ou complète des mesures correctives recommandées par la mission conjointe UNESCO-ICOMOS de mars 2002 à Luang Prabang ;

2. Soutient l’étude financée par l’Agence française de développement pour un aménagement du territoire cohérent afin de réduire la pression infrastructurelle sur le centre historique de ce bien du patrimoine mondial ;

3. Note avec inquiétude les violations incessantes du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) et les constructions illicites qui représentent une sérieuse menace pour les valeurs patrimoniales du bien et encourage l’Etat partie à garantir une mise en oeuvre appropriée du PSMV ;

4. Réitère sa profonde inquiétude devant les travaux d’aménagement intempestifs de la route qui longe le Mékong et la rivière Nam Khan, exécutés par la Banque asiatique de développement, qui ont pour effet de créer un drainage surdimensionné et d’élargir des routes à travers la zone urbaine humide protégée non constructible ;

5. Prie instamment l’Etat partie de prendre des mesures immédiates pour atténuer les effets néfastes des travaux publics sur les valeurs patrimoniales du bien ;

6. Demande à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2005, un rapport d’avancement sur les études et les mesures prises pour réduire la pollution de l’air et le bruit sur le site, ainsi que sur la mise en oeuvre effective du PSMV, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 29e session en 2005.