1.         Casbah d'Alger (Algérie) (C 565)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1992

Critères  (ii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/565/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1993-2002)
Montant total approuvé : 92 600 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/565/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Lacunes des capacités en techniques de conservation, absence de mécanisme de gestion (y compris de législation), absence de coordination institutionnelle.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/565/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Plusieurs dispositions ont été prises par l’Etat partie en accord avec la décision du Comité, émise lors de sa 27e session, en particulier en ce qui concerne le besoin urgent de renforcer la capacité de conservation ainsi que la finalisation et la mise en œuvre du plan de sauvegarde et de mise en valeur de la Casbah.

 

De nouveaux dispositifs de la Loi 98-04 du 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine, les décrets d’application ont été approuvés. L’Etat partie a approuvé le 5 octobre 2003 un décret exécutif en application de l’article 45 de la Loi portant modalités d’établissement du Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés (PPSMVSS). Ces textes s’appuient sur la notion de Secteur sauvegardé, dotent la Loi d’un dispositif juridique et financier et attribuent au Ministère de la Culture la responsabilité des objectifs visés par la Loi le désignant comme seul responsable de la conservation. La Commission des biens culturels a donné un avis favorable à l’inscription de la Casbah d’Alger comme secteur sauvegardé en 2003. Actuellement, la procédure est dans l’attente des avis des trois autres ministères concernés. Le dossier technique relatif au plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur de la Casbah d’Alger en tant que secteur sauvegardé (PPSMVSS) est en cours d’élaboration par le Ministère de la Culture.

 

De plus, le Centre du patrimoine mondial, en étroite collaboration avec l’Etat partie, a organisé deux missions en octobre 2003 et en février-mars 2004 à la Casbah d’Alger. Les missions se sont déroulées dans le cadre de la mise en œuvre des activités au titre de l’assistance de formation, approuvée lors de la 26e session du Comité et visaient la création d’un chantier-école de spécialisation aux métiers traditionnels de construction dans la Casbah d’Alger.

 

La réunion de synthèse qui s’est tenue au Ministère de la Culture le 1 mars 2004 a permis d’établir une approche chronologique et progressive de la mise en place du chantier-école. Cette activité doit permettre :

 

(a)  la création d’un lieu de rassemblement et du traitement des archives liées à la Casbah ;

 

(b)  la création d’un centre d’information du public ;

 

(c)  la réalisation d’un centre de formation aux métiers traditionnels, notamment à ceux du bâtiment.

 

Cet espace doit être conçu comme un lieu d’accueil, d’information et de pédagogie citoyenne qui accompagnera les habitants dans l’apprentissage à vivre dans ce qui va devenir un Secteur sauvegardé. Il permettra la rencontre avec des experts formés pour l’opération – agents de sensibilisation – qui assureront le relais entre le savoir-faire de la Maîtrise d’ouvrage publique et les requêtes des habitants. Outre cette priorité, ce lieu doit accueillir les locaux nécessaires à la gestion administrative du projet. En termes opérationnels, les autorités nationales étudient trois possibilités : acquisition d’un bâtiment dans la Casbah, location d’une bâtisse, location avec option d’achat d’une maison.

 

Le cadre de partenariat ne peut être composé que par les deux intervenants majeurs du projet, le Ministère de la Culture et l’UNESCO, en tant qu’organisme international dépositaire et animateur des politiques internationales de protection du patrimoine. A ces deux partenaires, pourra se joindre en tant que personne morale la « Formation professionnelle », institution publique chargée de la formation des jeunes aux métiers. Le Ministère de la Culture a signé avec cette entité une convention qui permettrait de mettre en place une formation pratique et théorique des stagiaires.

 

La mission d’un expert international, effectuée en octobre 2003, a aussi permis d’évaluer l’état de conservation de la Casbah et de confirmer la présence continuelle du processus de dégradation tels que l’érosion naturelle, la vétusté et le manque d’entretien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.43

Le Comité du patrimoine mondial, 1. Félicite l’Etat partie d’avoir approuvé le Décret exécutif portant les modalités d’établissement du Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur des secteurs sauvegardés (PPSMVSS), au titre de la loi relative à la protection du patrimoine culturel ; 2. Ayant noté toutefois l’état de dégradation très avancé à l’intérieur de la Casbah d’Alger, 3. Engage vivement l’Etat partie à mettre en oeuvre d’urgence des mesures de réhabilitation à l’intérieur de la Casbah d’Alger ; 4. Appelle l’Etat partie à classer la Casbah d’Alger en tant que Secteur sauvegardé et à mettre en place les mesures nécessaires, en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial, visant à l’achèvement et à la mise en oeuvre du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur de la Casbah ; 5. Demande à l’Etat partie de présenter, d’ici le 1er février 2005, un rapport sur l’avancement du classement de la Casbah d’Alger en tant que Secteur sauvegardé et sur la finalisation du Plan de sauvegarde et de sa mise en valeur, pour étude par le Comité à sa 29e session en 2005.