1.         Volcans du Kamchatka (Fédération de Russie) (N 765bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/765/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/765/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Exploitation minière ; prospection pétrolière et gazière

Détails supplémentaires :

Projet d’exploitation de mine d’or ; construction de route ; collaboration avec la population locale

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/765/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Suite à la mission commune UNESCO/UICN sur le site, qui a eu lieu du 17 au 21 mai 2004, une mise à jour de la situation et des recommandations révisées sont fournies ci-dessous en complément au rapport sur l’état de conservation présenté dans le document WHC-04/28.COM/15B. La mission a identifié un total de 13 problèmes clés et a fourni des recommandations détaillées sur chacun de ces problèmes :

 

(a)  Pêche illégale du saumon :  Il est nécessaire d’améliorer la coordination des activités entre les agences concernées, tels le suivi, la régulation et le respect de la loi, une augmentation des effectifs ; il faudrait aussi donner pleins pouvoirs au personnel pour prendre des mesures contre les pilleurs ainsi qu’augmenter les amendes contre ceux condamnés pour pillage.

 

(b)  Exploitation minière : La prise de position officielle du « International Council on Mining & Metals (ICMM) » sur l’exploitation minière et le patrimoine mondial devrait être appliquée pour toutes les activités liées aux mines sur la Péninsule de Kamchatka ; des évaluations d’impact environnemental (EIE) de toutes les mines et des infrastructures qui y sont liées devraient être entreprises avant le début de nouveaux travaux ; toutes activités liées aux mines en dehors de l’aire du patrimoine mondial devraient être effectuées en utilisant les dernières pratiques et technologies minières ; l’Etat partie devrait aussi demander à toutes les companies minières travaillant dans le voisinage du bien du patrimoine mondial de collaborer pleinement avec les autorités du parc ; et les limites de l’aire du patrimoine mondial ne devraient pas être changées dans le seul but d’augmenter le potentiel de nouvelles opérations minières.

 

(c)  Gazoduc (et la recherche éventuelle de gaz et pétrole) : il est nécessaire d’effectuer un suivi attentif de l’impact du gazoduc sur le bien du patrimoine mondial, et de s’assurer que la construction du gazoduc respecte les dispositions atténuant l’impact sur les rivières frayères.

 

(d)  Centrale géothermique : les EIE devraient prendre en considération la valeur du patrimoine mondial et les menaces éventuelles pour le site.

 

(e)  Chasse : le Gouvernement régional de Kamchatka devrait progressivement supprimer les concessions de chasse à Nalychevo Zakaznik afin d’éviter les conflits avec un développement croissant du tourisme. Il est en outre nécessaire d’augmenter les effectifs et les sources de financement, d’améliorer les procédures et la coordination entre les agences afin d’assurer un respect des permis de chasse aux trophées.

 

(f)  Effectifs et financement : l’Etat partie devrait être félicité pour avoir augmenter les effectifs et le budget lors de ces dernières années. Néanmoins, il est vivement recommandé d’augmenter les effectifs et le financement actuels pour la réserve.  Il est important que l’Etat partie agisse comme partenaire égal dans le financement du bien avec des bailleurs de fonds internationaux.

 

(g)  Routes : un suivi efficace et un contrôle du programme devrait être mis en place immédiatement ; des stations d’inspection doivent être établies pour contrôler le pillage ; la construction de routes et leur maintenance doivent obéir aux standards les plus stricts ; aucune route secondaire ne devrait être construite.

 

(h)  Tourisme : Un développement prudent d’opportunités d’écotourisme devrait permettre d’obtenir un équilibre entre la valeur universelle du bien du patrimoine mondial et le grand potentiel d’un tourisme réparti sur toute l’année, sur les aires du patrimoine mondial et dans ses alentours. L’écotourisme devrait devenir une source de revenu viable et à long terme pour le site. L’approche basée sur la collaboration qui a été soutenue dans le « PNUE/GEF/UICN Programme de Développement de l’Ecotourisme » pour Kamchatka devrait être appliquée à toutes les réserves situées sur le bien du patrimoine mondial.  Un renforcement du partenariat avec le secteur privé devrait augmenter les bénéfices tirés du tourisme pour le parc.

 

(i)  Plan de gestion et coordination : il faudrait encourager les deux réserves situées sur le bien du patrimoine mondial qui n’ont pas encore soumis leur plan de gestion à le finaliser.  Les plans de gestion finalisés devraient être soumis au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN pour information. Il faudrait envisager un renforcement de la coopération entre les deux parcs fédéraux et les quatre parcs régionaux, qui forment le bien du patrimoine mondial.

 

(j)  Limites : Toute décision d’ajustement, révision ou extension des limites devrait être soumise à un examen détaillé des valeurs pour lesquelles le site a été inscrit. Les limites du bien du patrimoine mondial devraient être marquées sur le sol ; la priorité devrait être donnée aux aires les plus facilement accessibles par le public.

 

(k)  Cadre législatif pour la gestion : l’Etat partie devrait assurer que les procès juridiques en cours soient accélérés.

 

(l)  Conservation intégrée et plan de développement pour la Péninsule : l’Etat partie est encouragé à soutenir le développement intégré et la planification de gestion pour assurer des décisions équilibrées sur l’utilisation des terres sur la Péninsule de Kamchatka. La gestion du bien du patrimoine mondial devrait se situer dans un contexte de paysage plus vaste et tenir compte des problèmes sociaux et économiques de la Péninsule.

 

(m)  Autres questions (feux de forêt, exploitations forestières et leur concession, relations avec les populations indigènes) : il faudrait encourager la recherche afin de mieux comprendre les types et régimes de feux naturels et d’assurer que le processus de feux naturels ne soit pas interrompu ; par contre il faut lutter activement pour la suppression des feux d’origine criminelle.

 

L’Etat partie devrait garantir une meilleure communication et coordination entre les autorités des parcs, à un niveau à la fois fédéral et régional, et le Service des forêts du Ministère des ressources naturelles à Kamchatka ; tous les efforts devraient être accomplis pour s’assurer que les populations indigènes et locales soient impliquées dans la gestion du bien du patrimoine mondial.

 

La mission a conclu que les Volcans du Kamchatka est un vaste site d’une beauté naturelle et diversité exceptionnelles et que la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle le bien du patrimoine mondial a été inscrit est maintenue. Cependant, l’émergence de certaines questions est fortement susceptible de menacer le bien. L’Etat partie doit s’assurer que ces questions seront traitées dès leur apparition afin de garantir l’intégrité du site et appliquer les plus hauts standards possibles d’attention, de contrôle, et de gestion.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.27

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Accueille favorablement le rapport de l’Etat partie sur l’état de conservation de ce site et prend acte des efforts de l’Etat partie pour traiter diverses questions concernant l’intégrité du bien, qui préoccupaient le Comité,

2. Se félicite en outre du soutien fourni par le projet Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) / Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) « Maintien de la diversité biologique dans la Fédération de Russie » qui vise à améliorer la gestion d’aires protégées essentielles dans le périmètre de ce bien ;

3. Prend note des résultats détaillés de la mission UNESCO/UICN sur le site qui a été effectuée en mai 2004 et demande à l’Etat partie d’examiner avec attention les conclusions clés ainsi que de mettre en oeuvre les recommandations détaillées de la mission ;

4. Félicite l’Etat partie pour les efforts qu’il a accomplis pour augmenter le personnel et le financement du site du patrimoine mondial et le prie instamment de mieux ajuster le niveau de soutien des bailleurs de fonds et la contribution des tours-opérateurs afin de satisfaire à ses obligations de maintenir la valeur universelle exceptionnelle du site et agir en tant que partenaire égal dans la gestion des réserves ;

5. Demande à l’Etat partie de s’assurer que le développement de la Péninsule de Kamchatka soit équilibré et intégré à la conservation de ses valeurs naturelles exceptionnelles et de prêter attention de façon urgente à une série de questions, tels le braconnage, l’exploitation minière, le développement du tourisme et les impacts de l’accès au bien du patrimoine mondial ;

6. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre, d’ici le 1er février 2005, un rapport mis à jour sur les progrès accomplis dans le traitement des questions soulevées par la mission UNESCO-UICN, afin que le Comité du patrimoine mondial puisse l’examiner à sa 29e session en 2005.