1.         Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie) (N 219bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1983

Critères  (x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-2003

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/219/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2004)
Montant total approuvé : 52 812 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/219/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Mécanisme de gestion ; système de suivi.

Détails complémentaires :

Réhabilitation du lac et évaluation du succès de la réhabilitation ; finalisation et adoption du plan de gestion ; coopération transfrontalière avec d’autres Etats parties riverains du Danube

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/219/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

La mission commune UNESCO-UICN au Parc national de Pirin, effectuée du 3 au 6 février 2004, a profité de l’occasion pour discuter de questions concernant l’état de conservation de la Réserve naturelle de Srébarna avec le Ministère de l’Environnement et de l’Eau à Sofia. La mission a noté l’avancement réalisé pour l’établissement de rapports sur la Réserve naturelle de Srébarna et elle a reçu un projet de rapport lors de ses réunions à Sofia. La mission a recommandé de traiter les demandes d’assistance internationale en cours et de renforcer la collaboration avec la Roumanie, selon la demande du Comité du patrimoine mondial.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15B.23

Le Comité du patrimoine mondial [13],

1. Prenant note du rapport de l’Etat partie et des résultats de la mission commune UNESCO/UICN de février 2004 en Bulgarie,

2. Accueille favorablement le fait que l’Etat partie ait demandé une assistance technique du Fonds du patrimoine mondial afin d’acheter d’urgence un générateur électrique portable pour permettre une fermeture rapide des vannes de vidange en cas d’urgence ;

3. Regrette que l’Etat partie n’ait pas présenté de calendrier d’activités en prévision d'un projet d'aire transfrontalière du patrimoine mondial dans le Delta du Danube, en coopération avec d'autres Etats parties concernés, comme cela avait été demandé (décision 27 COM 7A.10) ;

4. Demande à l’Etat partie d’améliorer la mise en oeuvre du plan de gestion et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de l’avancement réalisé dans la collaboration transfrontalière concernant l’écosystème du Delta du Danube.