1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2000-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2004)
Montant total approuvé : 159 167 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression urbaine ; abssence de capacités en techniques de conservation, absence de mécanisme de gestion (y compris législation), absence de système de suivi, absence de ressources humaines ou financières, absence de coordination institutionnelle. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Dans le cadre de la demande d’assistance internationale soumise par les autorités yéménites et approuvée par le Comité du patrimoine mondial à sa 27e session, en septembre-octobre 2003, un architecte-expert du patrimoine mondial a mené une mission à Zabid pour améliorer, en étroite collaboration avec le personnel de l'Organisation générale pour la préservation des villes historiques du Yémen (GOPHCY), les aspects techniques du plan de conservation urbaine établi par le Secrétariat en décembre 2002. La mission a aussi permis de commencer à planifier l’organisation d’une réunion provisoirement prévue pour novembre 2004 en vue de coordonner l’action de tous les acteurs concernés et de discuter avec les autorités locales de la possibilité d’établir une « Maison du patrimoine de Zabid » en tant qu’unité locale spéciale de la GOPHCY.

 

S’agissant des recommandations faites par le Comité à sa dernière session, la mission a constaté que les constructions illicites mentionnées dans de précédents rapports, à savoir l’hôtel situé en face de la porte Est et les fondations de l’immeuble de bureaux des Travaux publics, sont toujours en place, que le problème des ordures n’est toujours pas réglé et que les nouveaux travaux de construction dans la ville historique se poursuivent. L’état de conservation de certains des monuments s’est détérioré, notamment la mosquée Al-Ashaer. A l’extérieur des remparts, le Ministère des Travaux publics procède à l’élargissement de la route de liaison régionale. L’élargissement de cette route pourrait entraîner le développement d’un marché spontané à l’extérieur de la vieille ville, ce qui porterait atteinte à l’intégrité visuelle du bien. La mission a confirmé que la mise en œuvre du plan de conservation urbaine établi en coopération avec le Centre ces deux dernières années, ainsi que celle de sa réglementation, constituerait le moyen le plus approprié d’améliorer l’état de conservation du bien, en commençant par renforcer le bureau local de la GOPHCY.

 

Lors de la rédaction du présent rapport (avril 2004), le Centre n’avait pas encore reçu le rapport d’avancement demandé à l’Etat partie. Le Secrétariat a cependant été récemment informé que le plan préliminaire de conservation urbaine de la vieille ville pourrait être finalisé d’ici juin 2004 et soumis au Centre du patrimoine mondial pour étude. Les protocoles de financement des frais de fonctionnement de la Maison du patrimoine sont encore en cours de discussion entre la GOPHCY et le Fonds social d’Aménagement (SFD).

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15A.20

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prend note des informations fournies par le Centre du patrimoine mondial sur l’état actuel de conservation du bien et sur l’absence d’avancement dans la mise en oeuvre des recommandations faites par le Comité en 2003 (décision 27 COM 7A.20) , notamment dans l’achèvement et l’adoption du plan de conservation urbaine, l’arrêt et la suppression des constructions illicites, et le renforcement de l’Unité locale de l'Organisation générale pour la préservation des villes historique (GOPHCY) du Yémen ;

2 Engage vivement l’Etat partie à déployer tous les efforts pour réaliser rapidement ces actions, en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial ;

3. Prie instamment l’Etat partie, en particulier, à finaliser et à adopter dès que possible le plan préliminaire de conservation urbaine, ainsi que sa réglementation, et à soumettre, d’ici le 1er février 2005, un rapport au Centre du patrimoine mondial sur l’avancement réalisé, pour examen par le Comité à sa 29e session en 2005 ;

4. Décide de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 28 COM 15C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-04/28.COM/15A Rev),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :