1.         Abou Mena (Égypte) (C 90)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2001-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/90/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 7 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/90/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression de l’agriculture ; absence de système de suivi ; absence de coordination institutionnelle

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/90/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

A la demande des autorités égyptiennes, un spécialiste en hydrologie du patrimoine mondial a mené une mission sur le site en septembre 2002, afin d’évaluer les solutions proposées par le Conseil suprême des Antiquités (SCA) pour contrecarrer les effets négatifs de l’élévation du niveau de la nappe phréatique sur le bien. La mission avait formulé plusieurs recommandations, approuvées par le Comité du patrimoine mondial à sa 27e session, notamment :

 

a)  la création d’une Unité de planification culturelle au sein du Conseil suprême des Antiquités (SCA), chargée de maintenir les contacts avec d’autres organismes gouvernementaux pour coordonner, planifier et contrôler l’impact des projets d’aménagement sur les sites du patrimoine mondial ;

b)  l’étude des mesures d’ingénierie proposées, en tenant compte des activités de mise en valeur des terres et des pratiques agricoles actuelles, pour s’assurer de leur durabilité et de leur bon rapport coût-efficacité ;

c)  la mise en place d’un plan d’action pour Abu Mena comportant des dispositions prévoyant un système de suivi doté d’indicateurs et de repères, en consultation avec toutes les institutions concernées, en particulier le Groundwater Research Institute, les autorités locales et les agriculteurs.

 

Le Secrétariat a reçu de l’Etat partie un rapport non daté sur l’état de conservation du site, accompagné d’une lettre (en arabe) datée du 17 février. Selon ce rapport, le bien d’Abu Mena a subi une nouvelle montée de la nappe phréatique, entraînant un nouveau glissement de terrain dans des zones non fouillées, ainsi qu’aux abords de la citerne de la cathédrale et dans la partie est du tombeau d’Abu Mena. La plupart des parties les plus basses du site se sont transformées en petits lacs qui entourent maintenant l’entrepôt du département des Antiquités ainsi que le gîte d’étape de la Mission archéologique allemande. Les rigoles d’assèchement entourant le site ont été creusées plus profondément, en collaboration avec les autorités égyptiennes chargées de l’approvisionnement en eau, afin d’abaisser le niveau de la nappe phréatique et permettre aux archéologues et aux visiteurs d’accéder au site.

 

Le rapport soumis par l’Etat partie ne donnait pas d’informations sur la mise en œuvre des recommandations faites par le Comité à sa 27e session. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15A.17

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Prend note des informations fournies par l’Etat partie et constate avec préoccupation la détérioration du bien causée par l’élévation du niveau de la nappe phréatique et d’autres menaces ;

2. Félicite l’Etat partie des efforts déployés pour résoudre les problèmes liés à l’élévation du niveau de la nappe phréatique dans ce secteur ;

3. Rappelle cependant l’urgence d’adopter de nouvelles mesures à long terme et durables en coordination avec les institutions nationales compétentes et selon les recommandations figurant dans le Rapport de la mission UNESCO de septembre 2002 ;

4. Demande à l’Etat partie, en consultation avec les institutions concernées et en demandant une assistance du Fonds du patrimoine mondial si nécessaire, de mettre en place un plan d’action avec des dispositions prévoyant un système de suivi doté d’indicateurs et de repères appropriés ;

5. Demande en outre à l’Etat partie de présenter, d’ici le 1er février 2005, un rapport sur l’avancement réalisé par rapport à ces recommandations, pour étude par le Comité à sa 29e session en 2005 ;

6. Décide de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 28 COM 15C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-04/28.COM/15A Rev),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :