1.         Site archéologique de Chavin (Pérou) (C 330)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-2002)
Montant total approuvé : 75 550 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de suivi en 1999

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Érosion par l’eau et déstabilisation de l’une des structures principales ; pas d’études archéologiques effectuées avant la construction de la route dans la zone de La Banda ; absence de schéma directeur.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Le 28 janvier 2005, le Centre du patrimoine mondial a reçu le rapport sur l’état de conservation de la zone archéologique de La Banda et le projet de réhabilitation du tunnel routier Kahuizh-San Marcos. Comme expliqué dans le rapport, le tracé initial de la route devait suivre la rive droite du Rio Mosna, afin de protéger le site archéologique de Chavin. Mais en raison de la découverte de vestiges archéologiques sur la rive droite du cours d’eau, il s’est avéré nécessaire d’effectuer des interventions de sauvetage archéologiques.

Dans le cadre d’un accord entre l’Institut national de la culture (INC) et le ministère des Transports et des Communications, et en coopération avec l’Université de Stanford, le projet de « Sauvetage archéologique de La Banda » a été mené à bien de mai à août 2004. Le tracé de la route a été modifié et les dégâts pour la zone de La Banda sont jugés minimes par le gouvernement. Le rapport ne contient pas de copie de l’accord entre les deux institutions et le Centre du patrimoine mondial n’a reçu aucune information complémentaire sur d’autres études archéologiques dans la zone où le nouveau tracé de la route a été accepté.

L’ICOMOS a reçu l’assurance que des précautions avaient été prises par l’État partie pour éviter d’endommager le site archéologique principal. Mais il recommande fortement que des dispositions soient adoptées pour rendre obligatoire une évaluation archéologique, par des moyens géophysiques et tout autre moyen non destructif, ainsi que par des fouilles sélectives , de toutes les zones situées à l’intérieur et autour du site du patrimoine mondial avant toute intervention pour construire des infrastructures ou autres motifs. Aucuns travaux de ce type ne devraient pouvoir commencer tant que l’étude archéologique n’a pas été effectuée.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.95

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.104 adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Prenant note des informations fournies par l'Etat partie du Pérou,

4. Demande instamment à l'Etat partie d'élaborer un plan de gestion pour Chavín, y compris La Banda, avec des dispositions rendant obligatoire une évaluation archéologique de toutes les zones à l'intérieur et autour du bien du patrimoine mondial avant toute forme d'intervention ;

5. Demande à l'Etat partie d'envoyer au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er  février 2006, une ébauche de plan de gestion pour examen par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006).