1.         Tour de Londres (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (C 488)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/488/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/488/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Impact visuel des projets de construction des tours Minerva et London Bridge sur le cadre et l’intégrité du bien

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/488/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Selon le rapport sur l’état de conservation du bien soumis le 31 janvier 2005 par l’État partie, le gestionnaire du site, Historic Royal Palaces, a fait appel à des consultants pour reconsidérer les questions de cadre et d’intégrité visuelle du bien à la suite de l’enquête publique effectuée en janvier. Le but était d’étudier l’élaboration d’un « modèle d’espace aérien » visant à définir en trois dimensions le cadre visuel de la tour tel qu’il est vu par les piétons et à fournir un outil pour évaluer l’impact visuel des propositions de construction dans ce cadre.

Le rapport indique aussi que Historic Royal Palaces s’est penché sur les politiques qui permettraient d’atteindre l’objectif 5 du projet de plan de gestion, à savoir « veiller à ce que le cadre de la tour au sens large soit correctement protégé contre toute construction non compatible avec le statut technique, la dignité et le caractère du site du patrimoine mondial ». Des propositions détaillées ont été exposées dans un document intitulé Towards a Strategy for Protecting the Setting of the Tower of London World Heritage Site. L’exercice de consultation publique s’est achevé début 2005.

L’État partie a également informé le Centre du patrimoine mondial qu’en juillet 2004 S.M. la reine a inauguré le nouveau quartier Tower Hill rénové, en tant que cadre immédiat de la Tour de Londres. Il s’agissait de la dernière phase d’un programme de 20 millions de livres sur huit ans pour améliorer le cadre de la Tour de Londres et créer un nouvel espace public pour les Londoniens et les visiteurs.

Au moment de la préparation du présent document, le Centre du patrimoine mondial était en train de contacter l’État partie pour savoir si l’étude approfondie de l’impact possible des projets de construction demandée par le Comité avait été effectuée et pour obtenir des informations actualisées sur la construction de la tour Minerva.

L’ICOMOS estime que le cadre de la Tour de Londres doit être défini et protégé de toute urgence, compte tenu de la pression des projets de nouvelles constructions dans cette partie de Londres. La protection doit être dûment prise en compte dans les plans stratégiques locaux concernés afin qu’elle prenne le pas sur la pression des projets immobiliers quand ceux-ci sont incompatibles avec la préservation des valeur universelles exceptionnelles pour lesquelles la Tour a été inscrite.

L’achèvement du plan de gestion de la Tour et son adoption par les principales parties intéressées est une étape essentielle dans cette direction. Compte tenu des antécédents remarquables du Royaume-Uni en matière d’élaboration de plans de gestion pour les sites du patrimoine mondial, l’ICOMOS aimerait voir ce plan achevé, mis en œuvre et respecté par les plans stratégiques locaux le plus rapidement possible, afin que le cadre de ce bien ne soit plus mis en péril. Les permis de construire des tours Minerva et London Bridge (the Shard of Glass) ont été récemment accordés, bien que English Heritage s’y soit opposé à cause de leur impact sur la Tour de Londres.

L’État partie a fait des efforts considérables pour que le cadre de ce monument soit préservé autant que possible face au développement de cette partie de Londres, des deux côtés de la Tamise.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.89

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.103, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Note avec regret que l'étude approfondie demandée sur l'impact possible des projets de constructions sur les alentours immédiats du bien n'a pas encore été soumise au Centre du patrimoine mondial ;

4. Rappelle l'engagement de l'Etat partie du Royaume-Uni, au moment de l'inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial, de faire respecter les plans de protection des environs de la Tour de Londres et d'appliquer des clauses limitant la liberté d'action relative aux nouveaux aménagements ;

5. Considère que, si l'étude n'est pas terminée, le Comité pourrait avoir besoin d'examiner la possibilité d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

6. Accueille favorablement les progrès effectués sur le cadre de la Tour de Londres par la mise en oeuvre d'un Projet d'amélioration des environs de la our, qui a créé un nouvel espace public à Londres ;

7. Demande fermement à l'Etat partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2006, un rapport d'avancement sur la préparation du plan de gestion, l'étude approfondie susmentionnée et l'évolution de la construction de la Tour de London Bridge et de la Tour Minerva, afin que le Comité puisse examiner l'état de conservation du bien à sa 30e session (Vilnius, 2006).