1.         Paysage culturel de Sintra (Portugal) (C 723)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/723/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-1994)
Montant total approuvé : 10 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/723/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe ICOMOS/UICN en 2001

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de planification de la gestion ; pression du développement urbain et du tourisme. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/723/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

A la suite des demandes du Comité depuis 1995 et d’une mission internationale sur le site, l’État partie a fourni le premier plan de gestion complet de l’ensemble du bien depuis son inscription. Le document comprend à la foi un plan d’action en plusieurs étapes et une section cartographique détaillée. L’attention est plus particulièrement attirée sur le risque accru d’incendie dû à l’élévation de la température ces dernières années dans la région. 

Après la décision du Comité, une mission sur le site sera programmée pour la fin 2005 ou le début 2006 afin de faire le point sur l’état de conservation du bien ainsi que sur l’avancement des travaux de restauration et la mise en œuvre générale du plan de gestion récemment soumis.

Au moment de l’inscription, il n’y avait ni plan de gestion ni régime général de gestion. Situé près de Lisbonne, le bien subit la pression très forte du développement urbain et du tourisme.

En 2000, une mission conjointe ICOMOS/UICN s’est rendue sur le site pour évoquer les problèmes de conservation et l’avancement des questions de gestion. Elle a formulé neuf recommandations qui ont été entérinées par le Comité à sa 27e session (UNESCO, 2003). La mission a insisté sur l’état inquiétant de certaines structures et sur la nécessité urgente d’un plan de gestion pour faire face aux besoins de conservation et déterminer l’ordre de priorité des travaux de réparation, de restauration et d’entretien. Il a été demandé à l’État partie de soumettre un plan de gestion au Centre du patrimoine mondial avant la fin 2001. Mais ce n’est qu’en janvier 2004 que l’État partie a soumis un rapport d’inspection sur l’état de conservation du site, accompagné de la phase 1 du plan de gestion. A sa 28e session (Suzhou, 2004), le Comité a demandé un plan de gestion complet (1re et 2nde phases) d’ici février 2005.

Un plan de gestion a été soumis en mars 2005 au Centre du patrimoine mondial. Ce document est en fait la phase 2 du plan de gestion, la phase 1 ayant été soumise en 2004. La phase 2 est un plan d’action destiné à guider les activités concrètes pendant la période 2004-2009 ; il donne une description détaillée des caractéristiques, buts, investissements passés et prévus pour chaque action. Il définit 13 objectifs principaux qui couvrent non seulement la nécessité de conserver le paysage culturel, mais aussi celle de tenir compte du contexte socio-économique, d’intégrer le bien dans son environnement, d’utiliser le patrimoine pour générer des bénéfices pour la région, de développer chez les différents acteurs le sentiment d’être partie prenante au processus et de faire pression pour qu’une part plus grande des bénéfices du tourisme soit mise à la disposition du secteur nord appauvri de la zone tampon. Le plan est divisé en quatre parties : améliorer le paysage culturel, le rendre plus dynamique, promouvoir la région et mettre en place un système de financement adéquat.

La dernière partie résume les moyens financiers (reçus et prévus). Mais le plan d’action n’aborde pas l’entretien ou la réparation des édifices.

L’État partie a fourni des détails sur le plan d’action soumis en complément au rapport sur l’état de conservation et à la phase 1 du plan de gestion présenté en 2004. Les objectifs stratégiques du plan de gestion sont de conserver et de restaurer le bien, de donner du dynamisme au bien et à ses environs et de produire des bénéfices pour ceux qui vivent à proximité du site. La plan doit prévoir des mécanismes pour gérer le bien selon le principe de la coopération, en constituant un groupe/comité qui pourrait comprendre des représentants des communautés locales. Il est également suggéré que des paramètres de suivi et d’évaluation soient adoptés et inclus dans le plan de gestion, afin de pouvoir faire le point sur le plan d’action par rapport aux objectifs stratégiques du plan de gestion. Le plan de gestion prévoit des dispositions et des ressources pour l’entretien régulier et la réparation des édifices et du paysage ; mais il doit être clarifié pour inclure les activités qui sont générées par ou qui bénéficient directement au bien du patrimoine mondial. Le plan d’action pourrait être combiné avec la partie 1 du plan de gestion pour former un document complet définissant les approches, le contexte et les actions, liant ainsi les activités à la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle le bien a été inscrit.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.81

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29 COM/7 B,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.77, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l'Etat partie du Portugal d'avoir soumis un plan de gestion complet avec un plan d'action détaillé et des mécanismes de financement et de coordination pour le bien du patrimoine mondial ;

4. Demande à l'Etat partie de veiller à ce que des indicateurs de suivi et d'évaluation soient mis en place, de mieux harmoniser les objectifs des plans d'action et de gestion (phases I et II) et de prévoir des ressources pour l'entretien régulier de l'environnement bâti du bien ;

5. Rappelant qu'une mission sur le site a été demandée et notant qu'elle est prévue fin 2005 ou début 2006,

6. Demande à l'Etat partie de prendre toutes les dispositions nécessaires pour la mission conjointe UNESCO/ICOMOS/UICN ;

7. Demande à l'Etat partie de tenir le Centre du patrimoine mondial au courant de la mise en oeuvre du plan de gestion et de l'avancement des travaux de restauration.