1.         La Vallée du Madriu-Perafita-Claror (Andorre) (C 1160bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2004

Critères  (v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1160/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1160/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Protection juridique ; gestion prévisionnelle et inventaire.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1160/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

En réponse à la demande du Comité dans sa décision 28 COM 14B.36, aux paragraphes 3 et 4, l’Etat partie a adressé des informations détaillées complémentaires consistant en un plan d’action échelonné et une carte. Sachant que la protection juridique reste un point essentiel pour assurer la protection juridique cohérente des qualités culturelles du bien, il a été confirmé que cette protection juridique est maintenant presque en place et qu’elle va s’appliquer précisément aux paysages culturels. La Vallée représente en effet un lien entre culture et nature et constitue une unité cohérente dotée de valeurs esthétiques culturelles et naturelles. Le décret a été publié dans un bulletin officiel en janvier 2005 et reste ouvert pour commentaires pendant trois mois, d’avril à juin. Après cette période, sous réserve de traitement des observations soulevées, le Ministre va recommander l’adoption du décret.

Le rapport de l’Etat partie fournit des informations actualisées sur le travail accompli et répond de la manière suivante aux demandes du Comité :

a)  L’Etat partie a informé le Centre qu’il confirmera l’étendue de la zone tampon du plateau occidental du Pic Nègre jusqu’au Camp Ramonet dès que la négociation en cours avec la Commune de Sant Julia de Loria, suite à la déclaration en tant que paysage culturel, aura abouti ;

b)  Une meilleure définition des zones de la vallée est à l’étude pour faire en sorte que les usages agricoles soutiennent la conservation et les objectifs écologiques des biens bâtis et naturels ;

c)  Le travail a été engagé pour établir un inventaire détaillé des structures bâties et des vestiges archéologiques du site. L’ICOMOS a évalué l’inventaire réalisé et l’a jugé détaillé et complet : le résumé présente une très utile vue d’ensemble des résultats, ce qui peut être utile pour une diffusion plus large du document ; et

d)  Il est confirmé que le travail sur l’élaboration d’une stratégie d’accès fera partie de la mise en œuvre du plan de gestion. L’accès constitue en effet un point essentiel pour le bien car cela implique une étude de réalisation de différents types d’accès sans porter atteinte aux qualités de la Vallée. Une stratégie d’accès doit notamment tenir compte des intérêts parfois conflictuels des visiteurs, des propriétaires fonciers, des entrepreneurs en bâtiment, des agriculteurs qui veulent avoir accès aux pâturages, et des ouvriers forestiers.

L’absence de route dans la vallée est l’un des facteurs qui lui ont permis de conserver ses qualités. Quand l’ICOMOS et l’UICN ont réalisé son évaluation, cette question a donné lieu à un débat très profitable avec les propriétaires fonciers. Il a été suggéré que l’Etat partie aborde la question en établissant une stratégie générale d’accès et crée l’accès nécessaire sans obligation de disposer pour autant d’une route normale pour véhicules motorisés. Lors de la mission d’évaluation, l’Etat partie étudiait déjà d’autres formes possibles de transport.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.71

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.36, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie l'Etat partie d'Andorre d'avoir présenté une mise à jour détaillée comme cela avait été demandé ;

4. Note que la protection juridique a été prise en compte par un décret garantissant la protection des valeurs naturelles et culturelles de la vallée, et que ce décret doit être adopté en juin 2005 ;

5. Demande à l'Etat partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de la mise en oeuvre du plan de gestion et de l'adoption du décret sur la protection juridique du bien et son application, avant le 1er février 2006, au plus tard.