1.         Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) (C 144)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2004-2014

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Détérioration et délabrement des matériaux ayant provoqué l’effondrement des structures historiques et archéologiques pour lesquelles le bien a été inscrit.

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/décisions/1586

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page http://whc.unesco.org/efr/décisions/1586

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/décisions/1586

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1983-2009)
Montant total approuvé : 56 053 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : le fonds-en-dépôt norvégien a accordé une aide au projet de réhabilitation de l’UNESCO (201 390 dollars EU).

Missions de suivi antérieures

Février 2004 : mission de l’ICOMOS ; juin 2008 et mars 2009 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Absence de limites approuvées des zones centrale et tampon établies en lien avec les plans d’occupation des sols et absence de protection appropriée ;

b) Détérioration du tissu du patrimoine architectural ;

c) Érosion due à l’action des vagues ;

d) Pillage de pierres provenant des ruines pour s’en servir comme matériaus de construction ;

e) Absence de comité consultatif local opérationnel ;

f) Absence de mise en œuvre des plans de conservation et de gestion. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/144/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 1er février 2012 qui répond à la décision adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011). Il indique qu’un accord a été signé avec le World Monuments Fund pour mettre en œuvre un projet intitulé « Préservation intégrée des ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara ». Un montant total de 700 000 dollars EU a été accordé à la mise en œuvre d’un projet de deux ans principalement axé sur 3 objectifs : stabilisation et préservation de Songo Mnara et de Kilwa Kisiwani ; consolidation des ouvrages de protection maritime et renforcement des capacités de gestion. Un plan de travail a été inclus dans le rapport et les travaux devaient commencer en février 2012.

a) Limites des zones centrale et tampon

Des études devaient commencer en février 2012, dans le cadre du projet « Préservation intégrée de Kilwa Kisiwani et Songo Mnara ». Aucune date de soumission des cartes des limites des zones centrales et tampon n’a été donnée.

b) Projet de conservation et plan de gestion détaillé

Dans le cadre du projet susmentionné, le plan de gestion détaillé sera établi en tenant compte du renforcement des capacités de gestion et englobera les deux îles. Les institutions régionales du patrimoine devraient être impliquées, notamment le Centre pour le développement du patrimoine en Afrique (CHDA), pour l’aménagement du territoire, et le Fonds pour le patrimoine mondial africain, pour l’élaboration du plan de gestion et d’un plan d’affaires.

c) Calendrier de mise en œuvre des mesures correctives

Sur la base du calendrier du projet intégré, l’État partie prevoit que les mesures correctives soient mises en œuvre en novembre 2013.

d) Demande d’assistance internationale

Aucune demande officielle n’a été soumise au Comité du patrimoine mondial pour considération et examen. Toutefois, l’État partie a activement recherché un financement auprès d’autres sources, dont le Fonds pour le patrimoine mondial africain, et des organisations internationales du patrimoine.

e) Autres problèmes

Le rapport note les efforts faits dans la mise en œuvre des mesures correctives. En ce qui concerne l’érosion maritime et son contrôle, des interventions ont commencé pour en atténuer l’impact sur les structures historiques. L’État partie note toutefois que la menace persiste et qu’une cartographie des risques va devoir être réalisée pour identifier les actions potentielles de contrôle de l’érosion le long des rivages.

En ce qui concerne l’aménagement du territoire, avec l’élaboration des cartes constitutives, les outils règlementaires nécessaires devraient être développés, d’une manière participative impliquant les communautés et les autorités locales, pour contrecarrer tout autre impact sur le bien.

Des interventions de stabilisation, conservation et entretien ont été réalisées sur le palais de Makutani et les mausolées des sultans de Kilwa. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que la mise en œuvre du projet de préservation intégrée progressera de manière significative si les conditions qui garantissent l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril sont traitées. Ils recommandent de demander à l’État partie de soumettre le projet complet, y compris le cahier des charges techniques pour les interventions, pour examen avant sa mise en œuvre. Ils encourageraient l’État partie à explorer davantage les moyens qui permettent de garantir l’obtention de ressources financières et techniques permettant la mise en œuvre soutenue du plan de gestion jusqu’à son terme. Le Comité du patrimoine mondial pourrait envisager la réalisation d’une mission de suivi réactif fin 2013 pour évaluer si les mesures correctives ont pleinement été appliquées en vue de retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril à la 38e session en 2014.

Décision adoptée: 36 COM 7A.19

Le Comité du patrimoine mondial,

1.  Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7A,

2.  Rappelant la décision 35 COM 7A.18, adoptée à sa 35e session (UNESCO, 2011),

3.  Note avec satisfaction les efforts faits dans le cadre de l’élaboration et du financement du projet de préservation intégrée incluant ses trois éléments des ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara et demande à l’État partie de soumettre le projet du World Monuments Fund complété, y compris le cahier des charges techniques pour les interventions, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, avant mise en œuvre, et dès que possible ;

4.  Prie l’État partie, en adéquation avec les mesures correctives et leur calendrier de mise en œuvre adoptés à la 32e session du Comité du patrimoine mondial :

a) d’assurer les ressources nécessaires pour la mise en œuvre soutenue du plan de gestion jusqu’à son terme afin de garantir un système de gestion pleinement opérationnel,

b)  d’étudier et définir les limites du bien et de sa zone tampon ainsi que l’extension du bien pour inclure Kilwa Kivinje et Sanje ya Kati,

c)  d’établir un plan adéquat d’aménagement du territoire ;

5. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points susmentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013 ;

6.  Décide de maintenir les Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara (République-Unie de Tanzanie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 36 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1.    Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-12/36.COM/7A et WHC-12/36.COM/7A.Add),

2.    Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :