1.         Parc national de Doñana (Espagne) (N 685bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/685/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/685/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de suivi réactif UNESCO en novembre 1998 ; par la suite, mission conjointe UICN/UNESCO et mission Convention Ramsar à chacune des réunions d’experts Doñana 2005 sur la restauration hydrologique des terrains marécageux (1999, 2001 et 2004).

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Travaux de restauration après l’accident minier de 1998 ; impacts agricoles ; extension du parc national.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/685/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Par lettre en date du 31 janvier 2005, l’Etat partie a soumis la proposition d’étendre les limites du bien afin de les adapter à l’agrandissement du parc national selon la loi espagnole.

En octobre 2004, la troisième rencontre d’experts sur la restauration hydrologique des terrains marécageux s’est déroulée à Huelva (Espagne) ; elle a fourni à la fois un rapport à jour sur le programme Doñana 2005 et la possibilité de visiter le site. Les activités de réhabilitation dans le parc et aux alentours continuent d’être axées sur la mise en œuvre du programme Doñana 2005, avec le rétablissement d’un écosystème équilibré après l’accident minier de 1998. Trois sous-projets sur huit sont encore en cours, de sorte que le programme va sans doute se prolonger au-delà de 2005.

La zone tampon du bien du patrimoine mondial est un paysage anthropogénique transformé consistant en une mosaïque de terres agricoles à usage plus ou moins intensif. L’utilisation des eaux phréatiques constitue un autre problème, particulièrement évident pour les cultures rizières proches de Matalascañas dans le sud-est du parc. Aussi longtemps que les pratiques agricoles resteront intensives, l’écosystème et en particulier la qualité de l’eau de Doñana subiront des effets négatifs. En ce qui concerne le projet d’agrandissement du port de Séville et le creusement du lit du Guadalquivir pour permettre son accès à des navires plus grands, l’Etat partie considère que ce projet ne peut avoir au pire qu’un impact périphérique sur l’écosystème du parc en raison de la digue qui sépare le parc du fleuve.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.25

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.27 adoptée lors de sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie l’Etat partie de l’Espagne de son rapport et de la proposition d’extension des limites ; et

4. Félicite l’Etat partie de la poursuite des efforts de restauration accomplis dans le cadre du programme « Doñana 2005 » ;

5. Demande à l’Etat partie de tenir le Comité informé deux fois par an de l’état de conservation du bien et des progrès accomplis, y compris dans les travaux de restauration.

Décision adoptée: 29 COM 8B.16

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-05/29.COM/8B, WHC-05/29.COM/8B.Add 2 et WHC-05/29.COM/INF.8B.2,

2. Décide d'agrandir le bien du patrimoine mondial du Parc national de Doñana (Espagne) afin de faire correspondre les limites du bien du patrimoine mondial avec celles du Parc national agrandi ; en conséquence, la superficie totale du bien du patrimoine mondial sera de 54 251,7 ha ;

3. Félicite l'Etat partie de l'Espagne pour les efforts déployés en vue d'améliorer la protection et la gestion du bien.