1.         Forêt Bialowieza (Bélarus,Pologne) (N 33ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe UICN/UNESCO, 15-20 mars 2004.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Coupes de bois illégales et exploitation forestière commerciale excessive (Biélorussie) ; initiatives non coordonnées entre les deux Etats parties ; maladies forestières résultant de l’invasion de scolytes ; effet sur les biomes forestiers du drainage de terres agricoles du côté biélorusse et d’un réservoir du côté polonais ; présence d’une clôture artificielle le long de la frontière internationale, qui empêche les mouvements des grands mammifères.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/33/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

À la suite de la mission conjointe UICN/UNESCO dans la forêt de Belovezhskaya Pushcha / Bialowieza du 15 au 20 mars 2004, des actions de suivi spécifiques ont été demandées par le Comité du patrimoine mondial à sa 28e session du (Suzhou, 2004) (28 COM 15B.20). Les rapports des Etats parties en date du 3 mars 2005 (Pologne) et du 4 mars 2005 (Biélorussie) ont été soumis au Centre du patrimoine mondial et transmis à l’UICN pour examen.

L’UICN note que le rapport polonais indique des améliorations dans la conservation du bien et des écosystèmes naturels des deux côtés de la frontière. La réunion de mars 2004 a permis la création d’un conseil de coordination pour ce bien transfrontalier, mais ce conseil n’a pas encore été constitué. Un conseil consultatif de remplacement coordonne actuellement les questions scientifiques pour le bien et s’est réuni régulièrement, la prochaine réunion étant prévue pour mai 2005. Le rapport indique également que des actions conjointes visant à la conservation et à l’utilisation durable du bien tout entier ont commencé, y compris les activités de sensibilisation du public.

En ce qui concerne le rapport de l’Etat partie biélorusse, l’UICN a noté que la zone de Belovezhskaya a été portée de 88 700 à 152 200 hectares, la zone centrale seule ayant augmenté de 15 600 à 30 000 hectares. Toute activité de gestion forestière a été interdite à moins de 500 mètres de la zone centrale.

En 2004, la première étape de la planification de gestion forestière a été mise en œuvre, la seconde étape étant prévue pour 2005. Ce processus de planification devrait avoir pour résultat un plan de gestion forestière soulignant trois activités d’importance prioritaire : conservation et restauration des écosystèmes forestiers de haute futaie et perturbés (y compris invasion de scolytes) ; protection, réglementation et restauration de la population de bisons d’Europe, et restauration des conditions hydrologiques de la forêt. En avril 2004, les deux délégations des Etats parties se sont réunies à Bruxelles pour convenir d’une approche de planification commune. On espère que cela mènera à la mise en œuvre d’un plan commun de gestion. D’autres détails ont été discutés en mars 2005 à Bialowieza (Pologne). D’autres initiatives sur cette question ont eu lieu parallèlement, y compris un accord de coopération pour des études scientifiques conjointes ainsi que des réunions consultatives entre les deux parties.

En relation avec les recommandations de la mission de 2004 concernant la suppression de la clôture le long des frontières nationales, les autorités biélorusses rapportent qu’au cours de la première étape, la clôture sera supprimée dans les zones où les voies de migration des animaux sont concentrées. Il semble que l’échange d’information entre les deux pays soit limité par la fermeture du côté polonais de la frontière.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent que la suppression de la clôture pour permettre la migration des animaux reste un sujet litigieux bien que les Etats parties soient décidés à remplacer l’ancienne clôture par d’autres moyens de protection des frontières. L’UICN s’inquiète toutefois des rapports sur la destruction des forêts primaires de Belovezhskaya (Biélorussie), et un rapport complet sur les activités qui se déroulent actuellement dans la forêt, en particulier en relation avec l’extraction forestière devrait être demandé, le bien ayant été inscrit principalement pour la présence des dernières forêts primaires d’Europe.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.15

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.20 adoptée lors de sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite les Etats parties de Biélorussie et de Pologne pour les efforts préliminaires entrepris dans la voie d’une cogestion du bien et de processus consultatifs conjoints ;

4. Encourage les deux Etats parties à poursuivre leurs efforts sur des initiatives transfrontalières ;

5. Prie instamment les Etats parties de Biélorussie et de Pologne à adopter des processus de participation ouverte faisant intervenir tous les partenaires pertinents ;

6. Demande aux Etats parties de Biélorussie et de Pologne de fournir au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2006, un rapport sur l’état de conservation du bien, y compris sur les niveaux d’abattage de bois, les tendances et la conversion des forêts primaires en plantations, pour examen par le Comité lors de sa 30e session (Vilnius, 2006).