1.         Monts Rwenzori (Ouganda) (N 684)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1999-2004

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/684/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1995-2005)
Montant total approuvé : 116 739 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/684/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe UICN/UNESCO, 5-11 janvier 2003 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Impact du tourisme, en particulier expéditions d’escalade ; présence importante de mines anti-personnel dans le  parc ; déficiences au niveau du personnel et du budget ; dégradation des terrains entourant le parc.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/684/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Conformément à la demande du Comité, l’Etat partie a soumis un rapport en février 2005 par l’intermédiaire de sa délégation permanente. Ce rapport déclare que pour la première fois depuis classement du parc en 1941, un plan général de gestion sur dix ans a été développé et adopté le 29 juin 2004 par le Conseil d’administration de l’autorité de la faune sauvage d’Ouganda (UWA). La mise en œuvre du plan a débuté le 1er juillet 2004. Pour assurer une réalisation appropriée et systématique des activités planifiées et l’affectation judicieuse des ressources humaines et autres, un plan de travail fondé sur le plan général de gestion est en cours de développement avec l’assistance de la Société mondiale de conservation.

Il faut noter que tout le personnel approprié est en place, les opérations sur le terrain étant facilitées par de nouveaux moyens de transport. La construction d’un nouveau quartier général proche du parc et de la principale entrée touristique est prévue. Le rapport annonce que le relevé et le marquage du périmètre se poursuivent, avec la participation des communautés voisines, des officiels gouvernementaux pertinents et d’autres agences. Le Comité a été informé lors de sa 28e session (Suzhou, 2004) que 30% du périmètre ouvert a été marqué ; ce travail est sur le point de s’achever cette année. Des piliers de béton sont en construction le long des limites, ce qui devait être achevé en décembre 2004. Le Centre du patrimoine mondial n’a pas encore reçu de carte indiquant avec précision les limites établies et marquées de ce bien.

La Force de défense du peuple d’Ouganda (UPDF) travaille à déminer le parc. La situation sécuritaire est restée bonne depuis 2001 même si quelques zones d’intérêt stratégique sont gérées par l’UPDF même. Le Centre du patrimoine mondial note qu’au moment de la mission UICN/UNESCO en 2003, les forces de sécurité n’occupaient aucune partie du site.

L’organe de gestion s’intéresse actuellement à l’amélioration des pistes existantes, au tracé de pistes plus courtes et plus longues ainsi qu’à la diversification des activités touristiques. Le plan général de gestion a indiqué la nécessité d’un plan complet de développement touristique.

Le Centre du patrimoine mondial note que le rapport ne mentionne pas la mise en œuvre du plan annoncé de suivi et de recherche pour surveiller les activités illégales et l’extraction de ressources naturelles par le braconnage et les coupes de bois, ainsi que l’impact du tourisme, des incendies et des conflits entre êtres humains et faune sauvage. Aucune mention n’est faite non plus des travaux de l’Institution communautaire de la zone protégée (CPI), comité communautaire local qui travaille avec l’UWA pour aborder les problèmes affectant les relations entre la communauté et le parc et qui a été établi sur la recommandation de la mission UICN/UNESCO de 2003.

Les progrès accomplis en ce qui concerne le plan de gestion, la gestion et les infrastructures touristiques, la démarcation des limites et le déminage sont notés. La Commission mondiale de l’UICN sur les zones protégées possède une expertise considérable en ce qui concerne le tourisme dans les zones protégées et serait disponible pour consultation sur les meilleures pratiques concernant ces questions. L’UICN a également noté le travail en collaboration de l’Autorité de la faune sauvage d’Ouganda, du WWF EARPO (Office du programme régional d’Afrique de l’Est) et de WWF Norvège, et a encouragé les parties impliquées à faire un rapport sur les résultat du projet en temps utile afin que d’autres puissent tirer profit de ces expériences.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.4

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15A.8, adoptée lors de sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Note avec gratitude le rapport soumis par l’Etat partie;

4. Renouvelle sa demande à l’Etat partie de l’Ouganda de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan général de gestion et une carte du bien montrant avec précision les limites établies et marquées ;

5. Félicite l’Autorité de la flore et de la faune sauvage d’Ouganda (UWA), un an après le retrait de ce bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour les travaux en cours en vue d’améliorer la gestion et la conservation du bien, notamment par la mise en oeuvre d’un plan de gestion de dix ans, ainsi que des efforts considérables pour soutenir le développement durable d’un tourisme approprié dans le parc ;

6. Demande à l’Etat partie de soumettre un rapport sur l’état de conservation avant le 1er février 2006 pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 30e session (Vilnius, 2006).