1.         Vallée de Kathmandu (Népal) (C 121bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2003-2007

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/121/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-1998)
Montant total approuvé : 315 679 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/121/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de haut niveau ICOMOS/Centre du patrimoine mondial (19-22 février 2003)

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Envahissement par le tissu urbain en raison du développement ; absence de gestion coordonnée

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/121/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

Suite à la demande du Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004), le Centre du patrimoine mondial a reçu de l’Etat partie un rapport d’avancement ainsi que les propositions de redéfinition des limites le 1er février 2005.

Ce rapport souligne comment l’atelier technique international de mai 2004 pour la conservation de ce bien, organisé par l’UNESCO en collaboration avec le département d’archéologie du Népal, a offert une occasion de rassembler toutes les parties concernées et de discuter des problèmes de conservation sur la vallée de Katmandou, bien du patrimoine mondial, et d’identifier des mesures pour sauvegarder la valeur du site. À la suite de l’atelier international et en vue de mettre en œuvre ces recommandations, l’Etat partie a organisé un atelier national pour préparer le travail de trois groupes thématiques centrés sur les problèmes juridiques, les questions de conservation et la participation des communautés. Ces trois groupes de travail se réunissent chaque mois au Bureau de l’UNESCO de Katmandou pour un suivi des progrès.

Cette action a été suivie par l’établissement d’un Comité gouvernemental de haut niveau qui a établi un plan d’action sur deux ans fondé sur les recommandations de l’atelier international ci-dessus. Ce plan d’action, qui comprend des activités spécifiques visant l’amélioration juridique, la coordination de la gestion, le renforcement des capacités, le renforcement de la sensibilisation de la communauté et l’identification de projets opérationnels, attend l’adoption par le Cabinet pour trouver son financement.

Une chaire UNESCO pour la conservation du patrimoine culturel a été établie en septembre 2004 à l’Université Khwopa d’ingénierie de Bhaktapur en vue d’établir un cours de maîtrise en conservation du patrimoine pour l’année universitaire 2005-2006. Un projet cartographique de système d’information géographique (GIS) a également été réalisé pour la zone monumentale de Changu Narayan par Finn-map avec le soutien financier du gouvernement finlandais, et les étudiants de l’Université Khwopa ont reçu une formation pour l’utilisation du GIS.

Durant l’été 2004, le Centre du patrimoine mondial a soutenu l’élaboration d’un inventaire entrepris par l’Université de Venise ainsi que l’identification des politiques et des mesures pour éviter la démolition de maisons traditionnelles à la zone monumentale de Patan. Cet inventaire est destiné à contribuer à la collecte d’informations nécessaires à l’Etat partie pour répondre à la demande du Comité en vue d’une redéfinition des limites du bien.

De plus, l’étude sur les sept zones monumentales du bien, financée par le Gouvernement de l’Allemagne, a été suivie d’une publication sous le titre « Conserve ! Kathmandu Valley World Heritage Site Potential Areas for Cooperation » (Conserver ! Zone potentielle de coopération du site du patrimoine mondial de la vallée de Katmandou), qui a suscité un large intérêt du public.

Le rapport préparé par l’Etat partie comprend aussi des informations complètes sur l’état de conservation de chacune des zones monumentales et, le cas échéant, des propositions pour la modification de leurs limites.

Suite à l’invitation du Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004), le Centre du patrimoine mondial a aidé l’Etat partie à identifier et à financer un conseiller technique pour les autorités nationales et locales afin de fournir une expertise professionnelle, de mars à juin 2005.

La mission de suivi réactif ICOMOS/Centre demandée par le Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004) a été entreprise du 15 au 20 mars 2005 afin d’étudier si la valeur universelle exceptionnelle de la vallée de Katmandou en tant que telle était conservée ou perdue. Pour cela, la mission a visité chacune des sept zones monumentales et tenu compte du rapport préparé par l’Etat partie.

Dans Hanuman Dhoka, Pashupatinath et Bauddhanath, la mission a recommandé la réduction des zones centrales selon la proposition de l’Etat partie, étant donné l’érosion partielle du tissu urbain traditionnel. Etant donné la perte très mineure de tissu urbain traditionnel à Bhaktapur et Swayambhunath et la préservation intacte de Changu Narayan, la mission a recommandé le maintien de leurs périmètres selon la proposition de l’Etat partie. Pour Patan, la mission a estimé qu’une documentation complémentaire était nécessaire – que l’Etat partie est en train de finaliser - pour évaluer le degré de détérioration de la valeur patrimoniale du bien. En conclusion, la mission a constaté que le bien du patrimoine mondial avait conservé sa valeur universelle exceptionnelle selon les critères d’origine (iii), (iv) et (vi) mais que cette valeur était menacée aussi longtemps qu’un système de gestion efficace ne serait pas mis en place. La mission a suggéré également de changer le nom de ce site du patrimoine mondial, selon la recommandation de la 28e session du Comité (Suzhou, 2004), en « Zones monumentales historiques de la vallée de Katmandou », pour mieux refléter son caractère et sa nature.

La mission a également noté le besoin urgent d’établissement d’un plan de gestion intégré pour harmoniser et renforcer les divers systèmes en place dans les sept zones monumentales différentes. Ce plan de gestion devrait être combiné avec des réglementations de constructions appropriées et des spécifications techniques prenant en compte le besoin légitime de changements, caractéristique d’une cité vivante, tout en garantissant que les conditions minimales de conservation sont observées. La mission a estimé que le développement par une approche participative de ce plan de gestion et de ces réglementations constituerait la référence permettant de mesurer les progrès accomplis par l’Etat partie vers la sauvegarde du bien du patrimoine mondial en vue de son retrait éventuel de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Grâce au soutien financier généreux du gouvernement des Pays-Bas, le Centre du patrimoine mondial entend précisément assister l’Etat partie dans l’élaboration de ce plan de gestion, en consultation avec l’ICOMOS, dans l’espoir de l’achever d’ici l’été 2006. Un programme de gestion des risques sera incorporé dans cette initiative à travers la formation, le renforcement de la sensibilisation du public et des appuis au niveau politique. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7A.24

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7A,

2. Rappelant la décision 28 COM 15A.25, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l’Etat partie du Népal des efforts considérables accomplis pour la conservation du bien ;

4. Félicite l’Etat partie pour le travail accompli sur la redéfinition des limites et

a) demande à l’Etat partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de soumettre les nouvelles zones centrale et tampon redéfinies sur le plan juridique pour les sept zones monumentales, ainsi que les nouveaux critères ;

b) l’encourage à demander formellement, avant le 1er février 2006, une «modification mineure » des limites du bien et une modification du nom du site selon la procédure établie dans les Orientations de la Convention (2005) (paragraphes 163, 164, et 167) pour examen par le (2005) (paragraphes 163, 164, et 167) pour examen par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006)

5. Encourage en outre l’Etat partie à dresser les inventaires par catégorie des sept zones monumentales et à mettre en oeuvre rapidement le plan d’action sur deux ans établi par le Comité gouvernemental de haut niveau ;

6. Demande à l’Etat partie, en étroite consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives :

a) d’établir un plan de gestion intégré et complet de l’ensemble du bien ;

b) d’instaurer des règles de construction appropriées et réalistes pour contrôler la transformation des constructions urbaines autour des principaux monuments à l’intérieur du bien du patrimoine mondial ; et

c) de définir les mesures de suivi nécessaires à l’évaluation de l’efficacité du plan de gestion d’appliquer la législation, et d’indiquer les voies et moyens permettant de mettre en oeuvre et le plan et la législation ;

7. Demande en outre à l’Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2006, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité lors de sa 30e session (Vilnius, 2006) ;

8. Décide de maintenir la Vallée de Kathmandu (Népal) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 29 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-05/29.COM/7A and WHC-05/29.COM/7A.Add),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :