1.         Halle du Centenaire de Wroclaw (Pologne) (C 1165)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2006

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1165/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1165/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1165/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

Le 15 mars 2012, l'État partie a remis un rapport sur l'état de conservation du bien. Ce rapport fait état d’un projet de route du pont de l’est et donne des détails sur les nouveaux projets d'aménagement sur le territoire du bien et de sa zone tampon. Comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session (UNESCO, 2011), une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS a visité le bien entre le 14 et le 17 novembre 2011 afin d'évaluer son état de conservation et d'estimer l'impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien du Pavillon reconstruit et du projet routier de pont de l’Est. Le rapport de mission peut être consulté en ligne à l'adresse suivante: https://whc.unesco.org/fr/sessions/36COM/

a) Rénovation du restaurant du pavillon principal

La mission a constaté que depuis son inscription en 2006, des éléments majeurs du bien ont été l'objet de projets de conservation et d'amélioration. Il s'agit, entre autres, de la pergola, de la halle du Centenaire, du bassin et du restaurant du pavillon principal. Ces projets ont amélioré les conditions générales de conservation du bien qui peut être, à ce jour, jugée satisfaisante. La mission a cependant noté que la rénovation du pavillon du restaurant principal, effectuée suite à un concours d'architecture international, montre quelques défauts, tant dans ses plans que dans sa réalisation, qui ne rendent pas le résultat final entièrement satisfaisant. La mission a estimé que certains des défauts observés pouvaient être liés au choix systématique de l'offre la moins chère.

b) Projet routier de pont de l'est

Le projet routier de pont de l'est, ou Avenue de la grande île, a été conçu afin de passer à l'est du territoire du bien, à l'extérieur de ses limites et près d'une partie de la zone tampon. La route a été conçue comme une extension à quatre voies du boulevard périphérique de la ville. Lors de la visite de la mission, aucun plan détaillé ne lui a été remis par l'État partie. La mission a été informée que le projet a été temporairement interrompu le 30 juin 2011 suite à l'invalidation par le Tribunal administratif du décret d'adoption par la Municipalité de l'étude d'impact environnemental, cette invalidation résultant d'un pourvoi en appel par des ONG. La mission a pu vérifier qu'aucuns travaux n'étaient effectivement entrepris sur le site.

Le rapport de l'État partie déclare qu'en vertu d'une décision du Maire de Wroclaw de novembre 2011, la route sera ramenée à une simple route à deux voies de 7 mètres de largeur pour un ouvrage d'une largeur totale de 25 mètres comprenant en outre un trottoir, des pistes cyclables, de la végétation et des murs anti-bruit.

Le rapport précise qu'aucune information sur le projet routier n'avait été donnée au Centre du patrimoine mondial car ce projet se trouve à l'extérieur de la zone tampon et, selon l'État partie, n'a pas d'impact sur le bien. Le rapport ajoute cependant que si le projet routier modifié nécessitait l'élaboration d'un nouveau projet, l'État partie envisagerait la possibilité d'inclure une évaluation d'impact patrimonial, conformément aux orientations de l'ICOMOS.

La mission a estimé que la décision de justice offrait l'opportunité d'envisager des tracés alternatifs et une modification du projet afin d'éviter tout impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Selon la mission, l'évaluation d'impact patrimonial de tout projet modifié devra envisager l'impact potentiel du projet sur la valeur universelle exceptionnelle du bien et de son cadre, tout en tenant compte du contexte historique et culturel de la halle du Centenaire et du parc des expositions ainsi que de rôle que le bien a eu dans la planification et l'aménagement de ses alentours.

c) Projet de parking souterrain et équipements connexes en surface

On a remis à la mission quelques éléments détaillés sur le projet de parking souterrain sur deux niveaux, prévu dans la partie est de la halle du Centenaire, à l'emplacement de l'actuel parking pour les voitures. Le rapport de l'État partie précise que le parking, composé de deux niveaux souterrains et d'un niveau en surface (en plein air) permettra à 800 voitures et 15 bus de se garer. Les éléments présentés à la mission ainsi que ceux issus du rapport de l'État partie sont insuffisants pour évaluer pleinement l'impact potentiel de la structure sur le bien, y compris sur la nature du sol de l'île et sur la structure de la halle du Centenaire, ainsi que l'impact visuel des structures en surface sur le bien en général et son cadre.

d) Projet de rénovation du pavillon à quatre dômes

Des éléments détaillés d'un vaste projet de conservation et d'adaptation du lieu pour un nouvel usage ont été présentés à la mission. Il s'agit de rénover le pavillon afin qu'il accueille une collection d'art moderne. Le pavillon à quatre dômes, appelé à l'origine pavillon d'exposition historique-artistique, a été construit en 1913 et conçu comme l'un des quatre bâtiments du parc des expositions. La mission a été informée que le projet avait été adopté et serait réalisé dès que les fonds nécessaires à son financement seraient disponibles. Le rapport de l'État partie présente des dessins architecturaux du projet. Il est précisé dans le rapport que le projet permettra d'effacer les modifications architecturales faites au 20e siècle lorsque le pavillon était utilisé comme studio de cinéma. Le projet prévoit un toit léger sur le patio entre les quatre dômes.

e) Autres projets

L'État partie donne des informations sur un projet situé dans la zone tampon d'un nouveau pavillon destiné à accueillir une nouvelle salle d'exposition et un Oceanarium - Africanarium. La hauteur du bâtiment n'excédera pas 15 mètres. Il est en outre précisé que les travaux préparatoires à la construction sont en cours. Le rapport fait également état d'un nouveau projet appelé "revitalisation de l'ensemble d'habitations et de lieux de travail' (Wohnung und Werkraum Ausstellung), complexe datant de 1929, devant débuter en 2013. Le projet inclura des exemples d'architecture moderniste.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des conclusions du rapport de la mission selon lesquelles l'état général de conservation du bien s'est amélioré depuis son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, bien que quelques défauts aient été observés dans la restauration du restaurant du pavillon principal, vraisemblablement en raison des choix faits lors de l'appel d'offre.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent également note des informations recueillies sur les nouveaux projets, dont le parking souterrain, la rénovation du pavillon à quatre dômes, deux projets situés sur le territoire du bien, ainsi que le projet d'aménagement d'un Oceanarium - Africanarium et la revitalisation de l'ensemble Wohnung und Werkraum Ausstellung datant de 1929, dans la zone tampon. Ils recommandent que pour tous ces projets, le Comité demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, les plans précis et détaillés ainsi que les évaluations d'impact patrimonial avant que toute décision irréversible ne soit prise, conformément aux exigences du paragraphe 172 des Orientations.

L'aménagement de ces projets, dont la plupart s'inscrivent dans la lignée du parc d'exposition d'origine, met l'accent sur la nécessité d'une meilleure compréhension de la façon dont les futurs aménagements autour de la halle du Centenaire, du parc, de la zone tampon et du cadre du bien, s'intégreront dans le plan spatial général de 2004 (un des éléments du plan de gestion), comment ils seront en lien les uns avec les autres et comment les concepts architecturaux de chaque projet respecteront l'unité architecturale et planificatrice reconnue lors de l'inscription du bien et qui contribue à sa valeur universelle exceptionnelle.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note de l'arrêt du projet routier d'axe à quatre voies, dit pont de l'est ou Avenue de la grande île, passant le long de la limite de la zone tampon, par une décision du Tribunal et du décret ultérieur du Maire selon lequel l'envergure du projet serait abaissée. Ils recommandent également au Comité de demander à l'État partie de soumettre les éléments détaillés du projet modifié, conformément au paragraphe 172 des Orientations au Centre du patrimoine mondial pour examen ainsi qu'une évaluation d'impact patrimonial de l'impact potentiel du projet sur la valeur universelle exceptionnelle du bien et de son cadre, en lien avec la conception de l'île qui constitue de fait le cadre du bien. 

Décision adoptée: 36 COM 7B.80

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2.   Rappelant la décision 35 COM 7B.101, adoptée lors de sa 35e session (UNESCO,   2011),

3.   Prend note des conclusions de la mission à propos de l’état de conservation général du bien mais note que certains défauts ont été observés dans la qualité des travaux entrepris au restaurant du pavillon principal et prie instamment l’État partie de garantir le choix des normes les plus élevées lors des futurs travaux ;

4.   Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, les éléments détaillés de tous les projets susceptibles d’avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, y compris des projets de parking souterrain et du pavillon à quatre dômes ainsi que les futurs projets dans la zone tampon, accompagnés d’évaluations d’impact patrimonial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant que tout engagement définitif ne soit pris ;

5.   Demande également à l’État partie de remettre un plan général d’aménagement du bien et de sa zone tampon afin de permettre une bonne compréhension de la façon dont les différents projets sont en lien avec le plan spatial de 2004, et en termes de concepts architecturaux, avec la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

6.   Prend également note de l’arrêt du projet routier du pont de l’est, qui passe le long des limites de la zone tampon du bien, ainsi que de sa révision en faveur d’un axe à deux voies et demande par ailleurs à l’État partie de soumettre tous les plans modifiés ainsi qu’une évaluation d’impact environnemental de son impact potentiel sur le cadre du bien au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;

7.   Demande en outre à l’État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2014, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus évoqués.