1.         Aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan (Chine) (N 1083bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1083/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1083/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Développement proposé de barrages et centrales hydroélectriques ;

b) Définition des limites ;

c) Développement touristique.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1083/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

En réponse à la décision de la 29e session du Comité (décision 29 COM 7B.7), l’État partie a soumis le 25 janvier 2006 un rapport sur l’état des planifications et constructions de barrages dans les bassins versants des trois fleuves parallèles, adjacents au bien du patrimoine mondial.

Le rapport de l’État partie note qu’il n’existe aucun plan pour des projets de barrages dans les huit zones du bien du patrimoine mondial en série. Toutefois, des plans ont été mis au point pour la construction de stations hydroélectriques dans des zones adjacentes, à l’extérieur du bien.

Selon le rapport de l’État partie, 17 stations hydroélectriques sont actuellement prévues, avec une capacité installée totale de 34,66 millions de KW. Les détails des barrages proposés sont les suivants :

a) neuf stations hydroélectriques sur cascades sont prévues dans le cours moyen et inférieur du fleuve Jinsha. Avant l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en 2003, onze stations hydroélectriques étaient prévues mais depuis lors, deux des stations de la proposition originale ont été abandonnées en raison de leur impact négatif potentiel sur le bien ;

b) dans le cours supérieur du fleuve Lancang, deux projets optionnels étaient envisagés à l’origine : l’un avec cinq stations hydroélectriques et l’autres avec six stations. En 2003, au moment de l’inscription du bien, c’est le projet de cinq barrages qui a été choisi (de ce fait, le site proposé pour un barrage à Guonian, à l’intérieur du bien du patrimoine mondial, a été abandonné) ;

c) trois stations hydroélectriques sont prévues dans le cours moyen du fleuve Nujiang.

Selon le rapport de l’État partie de janvier 2006, les ministères nationaux et les commissions appropriés avaient en cours d’étude des Rapports sur la planification du développement hydroélectrique sur les fleuves Nujiang, Jinsha et Lancang, et les études d’impact sur l’environnement (EIA) des plans de développement inclus dans ces rapports étaient en préparation. Le gouvernement central n’a pas encore ratifié les plans de développement ; de ce fait, aucun des projets de construction de barrage n’a débuté.

En conclusion, le rapport de l’État partie précisait son intention de renforcer ses efforts pour la protection des ressources naturelles et de l’environnement ; mais il notait en même temps que seule une utilisation scientifique et rationnelle de l’énergie hydroélectrique sur ces trois fleuves peut contribuer aux objectifs communs de protection des ressources naturelles et de développement régional durable.

Une mission de suivi réactif conjointe UICN/UNESCO a eu lieu sur le bien du patrimoine mondial du 5 au 15 avril 2006, conformément à la demande de la 29e session du Comité du patrimoine mondial (29 COM 7B.7). L’objectif était d’évaluer les progrès accomplis dans la conservation du bien en fonction des recommandations du Comité au moment de son inscription et d’évaluer l’impact des barrages hydroélectriques prévus sur la valeur universelle exceptionnelle de ce bien, sur son intégrité et sur les communautés situées en aval.

La mission a noté diverses mesures prises pour renforcer la gestion et la protection du bien. Citons entre autres le réexamen de la législation chinoise sur les zones protégées nationales et du cadre politique ; l’achèvement de plans de gestion pour chacune des huit zones protégées composant le bien du patrimoine mondial en série (mais qui ne sont pas encore tous approuvés) ; le développement de nouvelles structures et réglementations de gestion ; le renforcement des engagements de financement ; les initiatives de reforestation ; et l’arrêt d’une entreprise de carrière de marbre dans la zone de Bingzhongluo faisant partie du bien.

La mission a été informée que les projets à grande échelle tels que les constructions hydroélectriques dans le bassin d’un fleuve exigent des approbations au niveau national et la préparation d’un plan au niveau du bassin. Les plans à développer sur les trois fleuves sont actuellement à l’étude au sein des ministères du gouvernement et n’ont pas encore été rendus publics. La mission a reçu des autorités l’assurance que les barrages futurs n’affecteraient pas le bien du patrimoine mondial. Toutefois, la mission n’a pas reçu les EIA ni les plans de développement hydroélectrique et n’a donc pu confirmer cette information. Par ailleurs, les preuves apportées par les cartes, l’inspection des travaux exploratoires des développements hydroélectriques, le manqué de clarté des limites et des avis sur des barrages proposés à proximité du bien du patrimoine mondial suggèrent que les impacts directs et indirects de la construction de barrages sur le bien pourraient être considérables. Il est par conséquent impossible, tant que les plans ne seront pas confirmés et les EIA communiquées pour être étudiées, d’affirmer catégoriquement que les barrages sur les fleuves Nujiang, Lancang et Jinsha n’auront aucun impact sur le bien du patrimoine mondial.

Au moment de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial, l’UICN a noté que la clarification des limites était nécessaire, en particulier pour inclure d’autres zones de valeur naturelle élevée et pour agrandir les zones centrales. La mission s’est toutefois inquiétée, en particulier, d’une mauvaise définition des limites et de changements envisagés qui pourraient modifier de manière significative le bien tel qu’inscrit à l’origine. La mission a appris que si deux sites en série sont actuellement proposés pour addition au bien, des modifications substantielles des limites sont également proposées, ce qui pourrait au total réduire de 20% la taille actuelle du bien. Parmi les inquiétudes, citons la proposition de transformer le régime de protection des montagnes Gaoligong le long de la frontière de Myanmar d’une protection continue en deux zones protégées séparées. La mission a noté qu’à l’heure actuelle, les limites du bien du patrimoine mondial sont confuses et qu’il n’y a aucune démarcation apparente sur le terrain par signalisation ou tout autre moyen.

La mission a également appris l’existence d’activités minières affectant le bien du patrimoine mondial. Selon le document intitulé « Normes de protection pour le site du patrimoine mondial des ‘‘trois fleuves parallèles’’ de la province du Yunnan » adopté par le Congrès du peuple du Yunnan le 24 octobre 2005, le groupement de Montagne rouge de ce bien contient un certain nombre de petites mines en exploitation. Le document suggère aussi une modification significative des limites du bien du patrimoine mondial, essentiellement pour éviter tout conflit avec son statut de patrimoine mondial et ses valeurs de conservation. De plus, les autorités envisagent actuellement une proposition de vastes mines de cuivre, de plomb et de zinc qui pourraient avoir un impact sur le bien, selon les limites définitives.

Un certain nombre d’autres questions de gestion affectent ce bien, y compris les retards de mise en œuvre des plans de gestion dus aux retards d’approbation et l’absence d’une planification coordonnée et stratégique du tourisme.

En résumé, la mission de suivi UICN/UNESCO a constaté que les mesures de conservation positives avancées par l’État partie sont malheureusement éclipsées par les graves inquiétudes concernant les plans non encore publics de développement hydroélectrique, la situation des activités minières à l’intérieur du bien patrimoine mondial et l’intégrité des limites du bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7B.11

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.7, adoptée lors de sa 29esession (Durban, 2005),

3. Félicite l'État partie des efforts qu'il poursuit pour améliorer la gestion et la conservation du bien du patrimoine mondial en série et encourage les efforts ultérieurs pour développer des cadres renforcés sur les plans juridique et politique; établir la planification stratégique du tourisme; créer des approches participatives et de travail avec des ONG partenaires;

4. Prie instamment l'État partie à fournir un financement suffisant pour la gestion du bien aux niveaux national, provincial et local, en particulier la fourniture d'un financement suffisant pour soutenir les efforts de conservation qui doivent être accomplis au niveau des communautés locales.

5. Réitère sa grande inquiétude quant à l'impact potentiel significatif des développements proposés de centrales hydroélectriques et de barrages sur le bien et les communautés situées en aval et considère que toute construction de barrage à l'intérieur du site du patrimoine mondial, ou pouvant avoir un impact significatif sur ce bien, apporterait les raisons d'une inclusion du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril;

6. Note avec beaucoup d'inquiétude les constatations de la mission concernant les modifications proposées des limites du bien qui pourraient altérer de manière significative les valeurs pour lesquelles le bien a été inscrit, ainsi que les opérations minières à l'intérieur du bien qui en menacent l'intégrité et les valeurs;

7. Note qu'une information complémentaire de l'État partie sur les impacts potentiels de la construction de barrages, les modifications de limites et les activités minières est essentielle pour pouvoir évaluer pleinement l'état de conservation du bien;

8. Demande à l'État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1février2007, un rapport pour examen par le Comité à sa 31e session du Comité en 2007, en réponse aux constatations de la mission de suivi 2006 UICN/Centre du patrimoine mondial, et comprenant en particulier:

a) Les plans détaillés de la construction de barrages et de centrales hydroélectriques dans les vallées des fleuves Nujiang, Lancang et Jinsha, y compris les études d'impact environnemental ainsi que l'information sur les barrages dont la construction a été finalement approuvée (indiqués également sur une carte topographique d'une échelle appropriée) et tous les impacts directs et indirects envisagés sur le bien du patrimoine mondial;

b) Des cartes topographiques montrant les limites du bien sériel, et des informations détaillées sur les modifications proposées à ces limites et à la manière dont ces modifications affecteront chacun des critères en vertu desquels le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial;

c) Une information détaillée sur la façon dont seront traitées les opérations minières actuelles et proposées, dans le bien du patrimoine mondial et à proximité, ainsi que leur incompatibilité avec les objectifs de gestion du bien du patrimoine mondial;

d) Des copies en anglais ou en français des documents suivants:

(i) Un résumé des plans de gestion approuvés pour chacun des éléments du bien en série;

(ii) La réglementation provinciale du Yunnan 2005 affectant le bien;

(iii) Les «normes de protection pour le site du patrimoine mondial des ‘‘trois fleuves parallèles'' dans la province du Yunnan» adoptées par le Congrès du peuple du Yunnan le 24octobre2005.