1.         Ville de Vicence et les villas de Palladio en Vénétie (Italie) (C 712bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (i)(ii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/712/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/712/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe UNESCO/ICOMOS, 2005

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Projet de construction d’une extension d’autoroute à proximité de la Villa Saraceno ;

b) Développement incontrôlé de la construction en Vénétie.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/712/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

Le 1er février 2006, l’État partie a soumis un rapport détaillé pour faire suite aux décisions adoptées par le Comité lors de sa 29e session. Un second compte rendu succinct a été soumis fin mars 2006 au Centre du patrimoine mondial. Il contient quelques informations nouvelles sur la construction de l’autoroute à proximité du bien. Dans un rapport complémentaire daté du 9 mars 2006, l’État partie mentionne également les modifications apportées au projet (déplacement de l’infrastructure d’environ 800 m, construction d’une galerie en tranchée, etc.), déjà indiquées en 2005 et considérées comme des mesures acceptables pour diminuer les impacts.

En substance, le rapport de l’État partie insiste sur trois points :

a) La préparation des instruments du plan de gestion demandé par le Comité, compte tenu du nombre d’autorités municipales concernées (21 dans quatre provinces différentes), est très complexe et prend beaucoup plus de temps que ce qui est suggéré par le Comité pour effectuer ce travail. L’État partie précise aussi que la composante du plan de gestion en cours d’élaboration par Vicence est bien avancée. Concernant l’élaboration de plans de gestion des villas, l’État partie fait observer que le « 19 juillet 2005, la plupart des organisations concernées ont signé un protocole d’accord pour l’élaboration d’un projet de plan de gestion », qu’« en octobre 2005, un Comité pilote a été mis en place pour le plan de gestion » et que des progrès ont été faits.

b) L’État partie fait également remarquer qu’en raison de la suspension des procédures d’autorisation, les plans techniques détaillés demandés par le Comité n’ont pas été faits et qu’ils seront soumis au Centre du patrimoine mondial dès qu’ils seront prêts. Mais le rapport indique aussi que le Conseil d’État a, le 14 octobre 2005 « accepté l’appel de la Società Autostrada Brescia Padova, annulant de ce fait les effets du jugement du tribunal régional administratif de Vénétie de mai 2005 » et autorisant la poursuite des travaux de construction de l’autoroute.

c) L’État partie attire l’attention sur les efforts engagés pour mieux protéger l’environnement immédiat de la Villa Saraceno, notamment la délimitation d’une zone tampon autour de la villa (carte fournie par l’État partie) afin de « maintenir son apparence rurale, en assurant la conservation des structures architecturales traditionnelles existantes et du paysage ». L’État partie précise que la procédure pour imposer la restriction sur l’aire concernée a été engagée et devrait être en place d’ici la fin 2006. Il signale en outre l’approbation administrative par la Direction régionale que la création du « Parc de la plaine » entre les monts Berici et Euganei, « considéré par la Vénétie comme condition nécessaire et préalable à la création de l’infrastructure routière dans un contexte de protection du paysage » entre en vigueur.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS notent que la situation dans la région en matière de gestion est très complexe et que la production d’un plan de gestion après consultation des parties concernées et du public de façon à obtenir leur confiance et leur soutien aux résultats, prendra plusieurs années. Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS font également remarquer que la décision du Conseil d’État doit s’accompagner d’efforts adéquats pour contrôler et revoir la conception du projet en tenant compte des recommandations de la mission conjointe UNESCO-WHC/ICOMOS de mars 2005. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7B.85

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.66, adoptée lors de sa 29e session (Durban, 2005),

3. Prend note des efforts des autorités pour renforcer le contrôle des constructions à proximité immédiate de la Villa Saraceno;

4. Demande à l'État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial de plus amples éclaircissements sur la façon dont la zone tampon proposée prévue près de la Villa Saraceno garantira le contrôle des projets de construction et l'intégrité du cadre à proximité du bien du patrimoine mondial et encourage l'État partie à soumettre la zone tampon révisée conformément aux procédures établies par les Orientations;

5. Reconnaît les progrès accomplis dans l'élaboration du plan de gestion et de conservation (y compris les zones tampons), cependant regrette que le plan de gestion et de conservation de l'aire concernant la Villa Saraceno n'ait pas été finalisé comme demandé (décision 29 COM 7B.66, paragraphe 6);

6. Renouvelle sa demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, dès qu'ils seront disponible, les plans techniques détaillés concernant l'autoroute et en particulier l'infrastructure d'échangeur prévue dans la zone la plus proche de la Villa Saraceno, afin d'évaluer son impact sur l'intégrité du paysage, avant de procéder à la construction du tronçon d'autoroute le plus proche de la Villa Saraceno;

7. Encourage l'État partie à poursuivre ses efforts pour finaliser le plan de gestion et de conservation, notamment la définition de zones tampons appropriées, afin de refléter le cadre culturel, pour toutes les composantes de ce bien du patrimoine mondial en série;

8. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport d'avancement sur la mise en œuvre du plan de gestion et de conservation du bien du patrimoine mondial et de ses zones tampons, ainsi que les plans et schémas détaillés des échangeurs et de l'aménagement paysager de l'autoroute à proximité de la Villa, pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 31e session en 2007.