1.         Axoum (Éthiopie) (C 15)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1996-1996)
Montant total approuvé : 2 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 1 491 600 dollars EU pour le « Projet de mise en valeur du site archéologique d’Axoum : études préparatoires pour la réinstallation de l’obélisque et renforcement des capacités pour la conservation archéologique - Phase 1 ».

Missions de suivi antérieures

Le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO a effectué quatre missions à Axoum en octobre 2005, janvier, février et avril 2006.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) absence de démarcation de ce site en série ;

b) absence de plans de conservation et de gestion ;

c) absence de législation appropriée régissant l’urbanisme et l’architecture ;

d) absence de cartographie, de documentation et d’équipements.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

A la suite du retour en avril 2005 de l’obélisque d’Axoum, transféré de Rome à Axoum, et dans le cadre du Fonds en dépôts italien, l’UNESCO a mis en œuvre à partir d’octobre 2005 le « Projet de mise en valeur du site archéologique d’Axoum : études préparatoires en vue de la réinstallation de l’obélisque et renforcement des capacités pour la conservation archéologique – Phase 1 ». En étroite collaboration avec les autorités éthiopiennes, l’UNESCO a entrepris une étude par télédétection du champ de stèles d’Axoum dans tous les endroits concernés par les travaux de réinstallation, une étude d’impact sur l’environnement de la réinstallation de l’obélisque d’Axoum, un projet d’ingénierie détaillé pour la réinstallation de l’obélisque, ainsi qu’une ébauche de projet d’aménagement paysager du champ de stèles.

L’étude par télédétection a permis d’identifier les zones qui doivent être protégées pendant les travaux, ce qui a donné lieu à une modification du projet d’ingénierie en vue de préserver l’intégrité et les vestiges archéologiques du site. Par ailleurs, et à la suite de l’évaluation des risques, la consolidation temporaire de la stèle 3 – seule stèle décorée toujours érigée in situ- a été ajoutée aux activités initialement prévues en vue de sa protection contre tout effet négatif éventuel pendant les travaux de réinstallation. L’exécution des travaux de réinstallation débutera prochainement, dans le cadre du Fonds en dépôts italien.

Le « Projet de mise en valeur du patrimoine culturel éthiopien – Projet pilote » financé par un Prêt au développement des connaissances et de l’innovation (LIL) de la Banque mondiale (700 000 dollars EU), qui a également bénéficié d’une aide du Japon de 174 000 dollars EU pendant sa phase préparatoire, comprend un musée sur le site et les services annexes (notamment une cafétéria dans un bâtiment du XIXe siècle réhabilité), la mise en place d’une signalisation dans l’ensemble du site en série, la formation et le renforcement des capacités en techniques de conservation, des services de guides touristiques et l’inventaire du musée, ainsi que le développement des infrastructures dans la vieille ville d’Axoum. Ce Projet n’inclut pas de plan de gestion détaillé.

S’agissant de la demande du Comité du patrimoine mondial en 2005 (29 COM 7B.34) que le « Centre du patrimoine mondial, l’ICOMOS et l’ICCROM entreprennent une mission à Axoum en vue d’évaluer son état de conservation et soumettent un rapport au Comité pour considération à sa 30e session en 2006 », le Directeur du Centre du patrimoine mondial, en accord avec l’ICOMOS et l’ICCROM, a estimé que le présent rapport sur l’état de conservation du bien pouvait être préparé sans mission conjointe à Axoum, pour les raisons suivantes :

a) actuellement, le Centre du patrimoine mondial met en œuvre un vaste projet à Axoum, de sorte que des missions ont été régulièrement effectuées en 2005 et 2006, et des rapports techniques sur la gestion, la formation, le soutien institutionnel, la conservation des vestiges archéologiques et de l’environnement ont été entrepris par les experts du Centre du patrimoine mondial ;

b) les activités de formation et de renforcement des capacités prévues par le Centre du patrimoine mondial dans le cadre du projet de réinstallation de l’obélisque d’Axoum aborderont en 2006 et 2007 les principaux éléments qui concernent la protection du bien : la gestion du site, la définition de ses limites et de sa zone tampon, le cadre légal, l’établissement de cartes et la production d’une documentation satisfaisantes.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7B.39

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.34, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Demande au Centre du patrimoine mondial de continuer à aider le gouvernement éthiopien à satisfaire aux exigences de la Convention du patrimoine mondial à Axoum;

4. Renouvelle sa demande que l'État partie, en coopération avec le Centre du patrimoine mondial, soumette une carte actualisée et un plan de gestion du bien indiquant clairement les limites de la zone centrale et des zones tampons du bien du patrimoine mondial;

5. Demande à l'État partie d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM à Axoum en vue d'évaluer son état de conservation et de soumettre un rapport pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008.