1.         Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal) (N 25)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1984-1988, 2000-2006

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Diffusion incontrôlée de l’espèce invasive Salvinia molesta et sa menace pour l’environnement, l’économie et la santé humaine dans la région.

Mesures correctives identifiées

Des repères ont été proposés par la mission UICN/UNESCO de 2005, y compris :

a)  Approbation d’un nouveau plan de gestion ;

b)  Réorganisation fonctionnelle de l’autorité du parc ;

c)  Mise en œuvre d’un programme efficace pour le contrôle de l’espèce invasive ; et

d) Établissement et mise en œuvre d’un programme d’apports d’eau répondant entièrement aux besoins écologiques de ce bien. 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Un atelier a été organisé en avril 2006 ; il a proposé un plan d’action en trois ans (2006-2008) pour la réalisation des repères. Il a recommandé de revoir la mise en œuvre des repères en 2007.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-2001)
Montant total approuvé : 229 607 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission UNESCO/UICN/Ramsar en 2000 et 2001 ; mission UICN/UNESCO en 2005 ; participation de l’UNESCO et de l’UICN à un atelier multipartenaires, avril 2006. 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Espèces invasives ;

b) Système de gestion de l’eau non opérationnel ;

c) Absence de suivi hydrologique ;

d) Salinisation des sols ;

e) Pâturage de bétail ;

f) Chasse ;

g) Absence de plan de gestion et de financement constant ;

h) Mauvaise capacité de gestion et modifications constantes du personnel ;

i) Mauvaise gestion des visiteurs.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/25/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

Un rapport de l’État partie a été reçu le 15 mars 2006 en réponse aux recommandations de la mission de suivi UICN/UNESCO de 2005 et à la demande de la 29e session du Comité. Le rapport a noté que l’autorité du parc est actuellement en cours de restructuration et qu’un conservateur expérimenté a pris son poste. Des gardes du parc sont en cours de formation et seront en place courant 2006. De plus, 35 « éco-gardes » des villages environnants aident le personnel pour tous les travaux sur le terrain dans le parc, y compris l’écotourisme. Trois nouveaux véhicules ont été acquis et les gardiens auront plus de mobilité qu’auparavant, ce qui leur permettra d’intervenir en cas de nécessité. Une nouvelle équipe gère également la station biologique et se concentrera sur la recherche. La station a pour la première fois son budget propre et a été placée sous l’autorité du conservateur, comme la mission 2005 le recommandait. Le site de reproduction des pélicans sera reconstruit pour une meilleure durabilité en 2006 avec le soutien du gouvernement des Pays-Bas. En réponse à la mission de suivi de 2005, l’État partie a également amélioré la signalisation dans le parc et réussi à éliminer le bétail du bien dans toutes les zones, sauf celles où leur présence est jugée bénéfique pour maîtriser la végétation.

En ce qui concerne les espèces invasives, le rapport de l’État partie a noté une amélioration dans le contrôle de Pistia (laitue d’eau) en dépit de la progression en 2005 et estime que la situation devrait continuer à s’améliorer en 2006 avec les méthodes de contrôle biologique. D’autres travaux doivent être accomplis pour assurer un meilleur contrôle de Typha, espèce liée au niveau de l’eau et qui exige un suivi hydrologique constant. La diffusion d’autres espèces provoque également certains problèmes et un rapport est actuellement en préparation sur la gestion de l’eau et des espèces invasives.

Le rapport n’apporte aucune information sur la mise en œuvre d’un système d’apports d’eau pour répondre aux besoins écologiques du bien. Dans l’ensemble toutefois, le rapport de l’État partie note que l’autorité des parcs nationaux a pris conscience des problèmes de ce bien et travaille à améliorer son état de conservation.

Depuis la soumission du rapport de l’État partie, en suivi direct à la mission 2005 UICN/UNESCO et avec un financement et un soutien technique fournis par le Fonds du patrimoine mondial, le Centre du patrimoine mondial, l’UICN et d’autres partenaires, un atelier multipartenaires s’est déroulé sur le bien du 24 au 27 avril 2006. Le but de cet atelier était de préparer un plan d’action pour le bien avec l’engagement de scientifiques, de diverses ONG et d’anciens conservateurs du parc afin de prendre les mesures nécessaires pour réaliser les repères identifiés par la mission de suivi 2005. L’atelier a réussi à mettre au point un plan avec une série d’actions spécifiques qui devraient être mises en œuvre entre 2006 et 2008 pour atteindre les repères fixés, y compris un budget et un calendrier. Ce plan d’action vise à compléter le plan de gestion actuel qui décrit notamment le système de gestion hydrologique correct. Toutefois, le niveau auquel ce plan d’action sera officiellement adopté et soutenu par l’État partie n’est pas clair, non plus que le niveau de financement disponible pour sa mise en œuvre.

À partir du rapport de l’État partie et des résultats de l’atelier d’avril 2006, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent que des progrès considérables ont été accomplis dans le suivi des recommandations essentielles de la mission de suivi de 2005 et vers la réalisation des différents repères. Avec le développement du plan d’action (2006-2008) et l’engagement d’un nouveau conservateur, l’état de conservation de ce bien devrait continuer à s’améliorer dans les années à venir. Il est à présent essentiel que le plan d’action et les modifications prévues dans la gestion de ce bien bénéficient de ressources suffisantes et soient mis en œuvre au cours de l’année à venir. L’UICN note qu’il existe un risque constant de progression des espèces invasives dû à la modification du système hydrologique causée par le barrage construit en amont ; le système de gestion hydrologique actuellement en place doit donc être soigneusement contrôlé et suivi en continu, ainsi qu’un programme régulier de lutte biologique pour les espèces comme Pistia et Salvinia molesta. Ce travail étant bien lancé, et à partir de l’évaluation de progrès ultérieurs dans la mise en œuvre des activités planifiées, il devrait être possible d’envisager de supprimer ce bien de la Liste du patrimoine mondial en péril en 2007.

Finalement, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent que la réserve avicole nationale de Djoudj a été reconnue comme faisant partie de la réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal récemment approuvée par l’UNESCO (qui comprend le parc national des oiseaux du Djoudj et le parc national de Diawling en Mauritanie, ainsi que la ville de Saint-Louis). De plus, le programme de petites subventions (SGP) de l’UNDP/GEF a récemment inclus la réserve transfrontière dans la seconde phase (2005-2009) du programme COMPACT (gestion communautaire de la conservation des zones protégées) soutenu par la fondation des Nations Unies, qui offre une assistance financière et technique aux initiatives à base communautaire dans huit biens du patrimoine mondial et leurs alentours.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7A.11

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.7, adoptée lors de sa 29esession (Durban, 2005),

3. Félicite l'État partie pour ses efforts considérables en vue d'améliorer l'état de conservation du bien conformément à la mission de suivi 2005 UICN/UNESCO, et pour avoir développé un plan d'action de trois ans afin d'atteindre les repères fixés par le Comité lors de sa 29esession (Durban, 2005) avec le soutien de partenaires et d'experts réunis en un atelier multipartenaires;

4. Prie instamment l'État partie d'approuver formellement le plan d'action (2006-2008) et à consacrer les ressources nécessaires à sa mise en œuvre complète aussitôt que possible, y compris par le déploiement et la formation du personnel nécessaire d'ici le 1octobre2006;

5. Encourage les donateurs et partenaires à accorder une attention particulière à soutenir le ministère de l'Environnement dans la mise en œuvre effective du plan d'action (2006-2008) pour le Parc national des oiseaux du Djoudj;

6. Prie également instamment l'État partie de mettre en place un comité de gestion et un comité scientifique, de préférence d'ici fin 2006, comportant des partenaires et des experts appropriés, pour guider et évaluer la mise en œuvre du plan d'action (2006-2008);

7. Reconnaît que des progrès remarquables ont été effectués pour atteindre les repères proposés par la mission de suivi 2005 UICN/UNESCO, et que l'on s'attend à ce que la mise en oeuvre du plan d'action accompagnée d'une gestion et d'un suivi attentif du système hydrologique contribuera à consolider encore les efforts de conservation;

8. Demande à l'État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial d'ici le 1février2007 un rapport à jour sur l'état de conservation du bien, en particulier sur les progrès dans la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi 2005 et sur l'approbation et la mise en œuvre du plan d'action, rapport qui sera examiné par le Comité lors de sa 31esession en 2007;

9. Décide de retirer le Parc national des oiseaux du Djoudj (Sénégal) de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 30 COM 8C.3

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Retire les biens suivants de la Liste du patrimoine mondial en péril :