1.         Fort et jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan) (C 171)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (i)(ii)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2000-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Démolition des ouvrages hydrauliques des Jardins de Shalimar.

Mesures correctives identifiées

Plusieurs repères sont proposés ci-dessous

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Avant juin 2007 (les critères proposés ci-dessous exigent certaines dispositions budgétaires de la part du gouvernement provincial du Pendjab. Il est prévu que ces dispositions budgétaires prennent effet au cours de l’année fiscale de juillet 2007 à juin 2008).

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/171/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-2000)
Montant total approuvé : 121 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/171/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien: 975.000 dollars EU (NORAD : 900.000 dollars EU, approuvés en 2002 ; Fondation Getty : 75.000 dollars EU, approuvés en 2004). 

Missions de suivi antérieures

Mission UNESCO-ICOMOS de suivi réactif en novembre 2005.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Pression urbaine ;

b) Mécanisme de gestion insuffisant (y compris législation incomplète et manque de ressources financières).

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/171/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

Le 5 avril 2006, le Centre du patrimoine mondial a reçu un rapport sur l’état de conservation du bien, daté du 31 mars 2006, accompagné d’un exemplaire des deux plans directeurs établis par l’État partie – un pour le Fort de Lahore et l’autre pour les Jardins de Shalimar. Ce rapport précise que ces deux projets définitifs seront prochainement présentés aux autorités compétentes pour approbation.

En réponse à la décision du Comité (29 COM 7A.25), le rapport fournit des informations générales sur le transfert de la gestion du bien des autorités fédérales aux autorités provinciales. Ce transfert a pour but de mettre en place une gestion intégrée du bien et de la zone environnante, et de pallier à l’absence précédente de coordination entre le Département fédéral d’Archéologie chargé de la conservation des monuments classés, et les services provinciaux chargés de la gestion des zones environnantes. Outre ce changement positif, le gouvernement du Pendjab renforce aussi la zone tampon et étudie l’opportunité éventuelle d’acquérir et de démolir 106 maisons autour des Jardins de Shalimar pour améliorer la zone tampon, qui est située entre la zone habitée et le bien. Tout le personnel qui travaillait pour le site avant le transfert a été conservé, avec l’accord du gouvernement fédéral.

Le rapport décrit également les récents efforts de conservation du gouvernement du Pendjab, notamment la réfection de la pelouse et la création d’installations d’accueil des visiteurs au Fort. Quant aux Jardins de Shalimar, des négociations sont en cours avec divers services gouvernementaux pour discuter de la suppression éventuelle de constructions autour des Jardins afin de créer une zone tampon suffisamment étendue. De plus, il a été demandé à l’organisme d’aménagement de Lahore de créer un système de drainage autour des Jardins pour les protéger des bourrasques de pluie qui constituent une des causes essentielles de destruction des murailles des Jardins.

D’autre part, le rapport indique que le gouvernement du Pendjab a alloué 600 millions de roupies (environ 10 millions de dollars EU) pour la conservation du bien pour les cinq ans à venir ; plusieurs travaux de conservation hautement prioritaires ont déjà été définis.

Conformément à la demande de la 29e session du Comité, une mission conjointe de suivi réactif UNESCO/ICOMOS a été effectuée sur place en novembre 2005. Selon le rapport de mission, la Direction de l’Archéologie du gouvernement provincial du Pendjab a beaucoup avancé dans la préparation des plans directeurs pour le Fort de Lahore et les Jardins de Shalimar. Le plan directeur du Fort de Lahore est achevé et attend son approbation finale ; celui des Jardins de Shalimar est en cours de préparation.

La mission a cependant reconnu qu’aucune mesure de protection ou corrective n’a été prise concernant les ouvrages hydrauliques des Jardins de Shalimar qui ont été démolis par la construction de la Grand Trunk Road, malgré la demande du Comité en 2000. L’État partie n’a commencé à prendre ni les mesures de protection – comme la pose d’une clôture autour de l’emplacement des ouvrages hydrauliques démolis –, ni les travaux de consolidation sur les fondations qui subsistent.

L’ICOMOS fait également remarquer que l’état de conservation du bien est de manière générale assez mauvais, essentiellement en raison du manque d’entretien journalier, des empiètements, d’un drainage des eaux inadapté, d’une mauvaise gestion des visiteurs, et autres. Bien que la création récente de la Fondation pour le patrimoine du Pendjab par le gouvernement provincial renforce le soutien financier accordé à la protection du patrimoine culturel de la province, de nombreux projets en préparation susceptibles de bénéficier d’un financement de la Fondation risquent de ne pas être en conformité avec les principes énoncés dans le plan directeur en préparation. Dans ce contexte, il conviendrait que l’État partie fixe les priorités d’allocation des ressources disponibles selon les objectifs de la gestion définis dans les plans directeurs en préparation.

Les recommandations faites par un consultant de l’UNESCO en 2003 d’étendre le bien du patrimoine mondial et sa zone tampon ont également été appuyées par l’expert de l’ICOMOS. Il a été recommandé d’inclure la Badshahi Masjid (Mosquée royale), la Tombe de Ranjit Singh et les espaces libres autour de ces édifices dans la zone centrale du Fort. Quant à la limite de la zone centrale des Jardins de Shalimar, il conviendrait de la revoir et d’intégrer le Naqar Khana et tous les autres éléments hydrauliques extérieurs. La définition des zones tampons reste également à revoir en conséquence. Actuellement, les plans directeurs ne font pas allusion à une extension possible du bien.

L’expert de l’ICOMOS a également fait 11 recommandations visant essentiellement à assurer la coordination du processus décisionnel, à améliorer l’entretien du bien et à accélérer la finalisation et la consolidation des plans de gestion établis pour les deux sites.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7A.27

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.25, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Note l'avancement considérable réalisé dans la préparation des plans directeurs pour le Fort de Lahore et les Jardins de Shalimar ;

4. Félicite l'État partie du changement positif apporté à la structure institutionnelle de conservation créée par le transfert de gestion du bien de l'autorité fédérale à l'autorité provinciale ;

5. Félicite l'État partie de toutes les mesures prises l'année passée pour améliorer la conservation du bien ;

6. Regrette, toutefois que l'État partie n'ait entrepris ni les mesures de protection, comme la pose d'une clôture dans la partie où se trouvent les ouvrages hydrauliques démolis dans les Jardins de Shalimar, ni les travaux de consolidation des fondations restantes ;

7. Note avec inquiétude que les ressources effectives allouées par le gouvernement provincial du Pendjab pourraient ne pas permettre de traiter comme il convient les problèmes de conservation mis en évidence dans les plans directeurs actuellement en préparation ;

8. Demande à l'État partie de mettre en œuvre les mesures suivantes, qui constituent les repères pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril :

a) Consolidation de ce qui reste des fondations des ouvrages hydrauliques démolis dans les Jardins de Shalimar ; et

b) Etablissement de l'ordre de priorité de l'allocation et de l'utilisation des ressources disponibles en fonction des objectifs de gestion définis dans les plans directeurs ;

9. Encourage l'État partie à envisager l'extension éventuelle de la zone centrale et de la zone tampon, selon les recommandations de la mission UNESCO de 2003 ;

10. Demande également à l'État partie de présenter au Centre du patrimoine mondial, avant le 1 février 2007, un rapport d'avancement sur la mise en œuvre des recommandations susmentionnées, pour examen par le Comité à sa 31e session, en 2007 ;

11. Décide de maintenir le Fort et les jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 30 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Maintient les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :