1.         Sanctuaire de faune de Manas (Inde) (N 338)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Insurrection de la tribu bodo ayant entraîné la destruction de l’infrastructure du parc, l’appauvrissement de l’habitat forestier et le déclin des populations de faune sauvage.

Mesures correctives identifiées

Des repères pour les mesures correctives ont été identifiés par la mission conjointe UNESCO/UICN de 2005 et adoptés par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) (29 COM 7A.9):

a) accélérer les efforts pour reconstruire l’infrastructure du parc ;

b) prendre rapidement des mesures pour pourvoir les postes vacants dans le parc ;

c) assurer en temps voulu le déblocage des fonds destinés au parc, conformément à la décision récente de la Cour suprême ;

d) entreprendre une étude exhaustive de la faune sauvage du parc qui pourrait servir de base pour suivre le rétablissement du bien.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1997-1997)
Montant total approuvé : 165 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Missions de l’UICN en 1992 et 2002, mission UNESCO/UICN en 2005.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) insurrection de la tribu bodo 1988-2003 ;

b) évacuation forcée du personnel du parc ;

c) destruction de l’infrastructure ;

d) braconnage et exploitation forestière ;

e) cultures illégales.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/338/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 31 mars 2006. Les principaux points du rapport pour ce qui concerne les quatre repères définis par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) sont notamment :

a. Infrastructure du parc : toutes les mesures possibles ont été prises pour reconstruire l’infrastructure du parc qui a été complétée par de nouveaux aménagements, notamment des routes, des ponts, des bâtiments et un réseau hertzien. Trois bureaux administratifs et deux sous-bureaux ont été dotés de personnel et d’armes ;

b. Recrutement : le gouvernement de l’État a approuvé la proposition de pourvoir les postes vacants dans le parc. Ces postes devraient être pourvus dans les 2 ou 3 prochains mois ;

c. Financement : le 27 septembre 2005, le gouvernement de l’État a débloqué un premier versement de 8 millions de roupies au Parc national de Manas, sur un budget de 19,8 millions de roupies approuvé par le projet Tigre pour l’année en cours ;

d. Faune sauvage : la population de tigres de Manas est de 65 animaux en 2000 contre 81 en 1993. Les résultats du recensement des tigres effectué en février 2006 n’étaient pas disponibles en avril 2006. On dénombrait 658 éléphants en 2005 dans la Réserve d’éléphants de Chirag Ripu (au sein de laquelle le Parc national de Manas est le principal habitat des éléphants), contre 567 en 2002 pour le seul Parc national de Manas.

Contrairement aux rapports précédents qui affirmaient que tous les rhinocéros avaient été anéantis lors de l’insurrection, des informations récentes dans la presse indiquent qu’il pourrait y avoir encore une population dispersée d’une demi-douzaine de rhinocéros dans le parc.

L’État partie précise que le gouvernement de l’État d’Assam a lancé, en collaboration avec la Fondation internationale pour le rhinocéros (IRF) du WWF-Inde, US Fish and Wildlife Service et d’autres partenaires, un vaste programme d’expansion des populations et des parcours des rhinocéros dans l’État d’Assam, baptisé Indian Rhino Vision (IRV) 2020. L’un de ses objectifs est de réintroduire des rhinocéros dans des endroits où ils avaient disparu et le Parc national de Manas a été considéré comme la meilleure zone pour accueillir des rhinocéros du Parc national de Kaziranga et du Sanctuaire de faune sauvage de Pabitora.

Lors des célébrations du centenaire du Parc national de Manas en décembre 2005, les communautés bodo locales et le Conseil territorial bodo ont donné leur aval au programme IRV 2020 et se sont engagés à apporter un soutien inconditionnel à sa mise en œuvre. En novembre 2005, le groupe de travail d’IRV 2020 s’est réuni pour étudier le rapport de son Groupe d’experts en sécurité chargé d’évaluer les améliorations requises dans les aires protégées envisagées pour accueillir les rhinocéros. Par la suite, l’IRF a annoncé le versement de 50 000 dollars EU au WWF-Inde pour qu’il apporte de nouvelles améliorations à l’infrastructure du Parc national de Manas afin de permettre le transfert des rhinocéros.

Les conditions de sécurité dans le Parc national de Manas, qui avait jadis une population d’au moins 100 rhinocéros, permettent aujourd’hui la réintroduction de rhinocéros, dans un premier temps à titre expérimental. Pour commencer, un rhinocéros femelle de 44 mois a été transféré en février 2006 du Parc national de Kaziranga dans le Parc national de Manas. L’animal, libéré dans un enclos de un kilomètre carré, a été équipé d’un collier-radio et sera surveillé de près.

Il est constaté que les touristes – nationaux et étrangers – sont de plus en plus nombreux à visiter le Sanctuaire de faune de Manas et que le site offre un fort potentiel pour le développement de l’écotourisme. La participation accrue de la population et des ONG locales aux efforts de conservation et de gestion de Manas est notée avec satisfaction.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7A.13

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7A,

2. Rappelant la décision 29 COM 7A.9, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Félicite l'État partie, les autorités locales, les ONG et le Conseil territorial Bodo pour les efforts considérables déployés afin d'améliorer l'état de conservation du Sanctuaire de faune de Manas et d'aider à atteindre les repères définis par le Comité, ainsi que pour la soumission d'un rapport d'avancement actualisé;

4. Encourage l'État partie et les autorités locales à mettre pleinement en œuvre toutes les recommandations de la mission conjointe UNESCO/UICN de 2005;

5. Demande à l'État partie de fournir le plus rapidement possible au Centre du patrimoine mondial et à l'UICN les résultats de l'étude exhaustive de la faune, en particulier la situation et l'évolution des populations de tigres, de rhinocéros, d'éléphants et de cerfs de Duvaucel que le bien abrite;

6. Demande en outre à l'État partie de fournir au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien, plus spécialement sur les progrès accomplis par rapport aux repères fixés par le Comité pour retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, accompagné d'un calendrier de réalisation, ainsi que sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe UNESCO/UICN de 2005, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007;

7. Décide de maintenir le Sanctuaire de faune de Manas (Inde) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 30 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-06/30.COM/7A et WHC-06/30.COM/7A.Add.Rev),

2. Maintient les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :