1.         Parc archéologique de Champaner-Pavagadh (Inde) (C 1101)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2004

Critères  (iii)(iv)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1101/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1101/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de structure de gestion et de plan de gestion.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1101/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Lors de sa 29e session (Durban, 2005), le Comité du patrimoine mondial a demandé à l’État partie de mettre en place :

a) Une entité de gestion du bien dotée de toute l’autorité décisionnelle sur place, qui rendrait compte à l’Archaeological Survey of India et serait dotée du soutien financier et des compétences techniques nécessaires ;

b) Un plan de gestion élaboré avec la totale participation de l’entité de gestion établie, articulé autour de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle afin d’assurer la conservation intégrée du bien.

L’État partie a soumis un rapport le 27 janvier 2007. Ce rapport indique que le gouvernement de l’État de Gujarat a adopté une loi (Champaner-Pavagadh Archaeological Park World Heritage Area Management Authority Act, 2006) portant création d’une entité chargée de gérer les composantes naturelles et culturelles du site du patrimoine mondial et d’assurer sa conservation de façon intégrée, dans le but de préserver son identité historique et culturelle et d’empêcher tout aménagement non contrôlé du site. Cette loi est entrée en vigueur le 9 novembre 2006.

L’État partie indique que le Secrétaire général du gouvernement de Gujarat est le Président de droit de l’entité dont les membres sont notamment le Directeur général de l’Archaeological Survey of India (ASI), le Président du Vadodara Heritage Trust, ainsi que les responsables de diverses administrations et des représentants locaux. Un Comité consultatif technique a été constitué, ayant entre autres pour membres l’Archéologue en chef de l’ASI-Vadodara Circle, le Directeur du State Archaeology Department, des représentants du Département d’archéologie, de l’Université de Vadodara.

L’entité surveille et étudie la zone du patrimoine mondial ; elle préparera et mettra en œuvre des plans d’aménagement et de gestion du bien. Elle sera également responsable de la protection et de la promotion du bien, et devra encourager la recherche en vue d’une meilleure compréhension de la valeur universelle exceptionnelle du site. L’ASI participera à ces activités à toutes les étapes.

La loi adoptée porte également création d’un Fonds (Authority Fund) chargé de trouver des ressources pour la gestion, la conservation, la surveillance et l’aménagement du site. L’entité peut recevoir des contributions du gouvernement central et des États, des autorités locales, d’organisations internationales, ainsi que de particuliers ou d’organismes. Pour garantir la régularité du financement, le rapport indique que le gouvernement de l’État de Gujarat fournira une subvention annuelle à l’entité.

L’État partie précise également que des activités de sensibilisation du public aux valeurs du site, notamment des communautés locales, ont été organisées.

L’État partie ne donne aucune information sur l’avancement du plan de gestion qui doit être élaboré pour le bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.79

Le Comité du patrimoine mondial,

1.        Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B.Add,

2.        Rappelant la décision 29 COM 7B.51, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3.        Note les efforts de l’État partie pour mettre en place l’entité de gestion du site proposée à sa 29e session (Durban, 2005) ;

4.        Prenant note de l’initiative prise par l’État partie pour finaliser le projet de plan de gestion  d’ici décembre 2007 ;

5.        Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009, un rapport d’avancement sur la préparation de son plan de gestion, pour examen à sa 33e session en 2009.