1.         Thèbes antique et sa nécropole (Égypte) (C 87)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/87/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 7 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/87/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 1.131.000 dollars EU du fonds en dépôt japonais 2002-2004 et 2008 (restauration des peintures murales de la tombe d’Aménophis III)

Missions de suivi antérieures

2001 : mission de l’ICOMOS ; 2002 : mission d'un expert en hydrologie ; juillet 2006 et mai 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial ; avril 2008 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mai 2009 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Montée de la nappe phréatique ;

b) Risques d'inondations (vallées des Rois et des Reines) ;

c) Absence d’un plan de gestion global ;

d) Vastes projets d'infrastructure et d’aménagement en cours ou prévus ;

e) Urbanisation incontrôlée ;

f) Envahissement de la rive occidentale par les habitations et l’agriculture ;

g) Démolitions dans les villages de Gournah sur la rive occidentale du Nil et transfert de population. 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/87/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2012

L'État partie n'a pas remis de rapport sur l'état de conservation du bien comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session (Brasilia, 2010). Par conséquent, aucune mise à jour de l'état d'avancement de la mise en oeuvre des recommandations faites par Comité du patrimoine mondial lors de ses précédentes sessions n'est donc disponible.

L'État partie a cependant soumis une Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle qui est actuellement en cours d'examen.

De précédents rapports avaient souligné le besoin d'élaborer un plan de gestion qui intégrerait toutes les composantes du bien et qui constituerait un cadre de politique générale des interventions sur le site. Des bâtiments volumineux, des aménagements d'infrastructures, une prolifération urbaine et des projets de démolition avaient également été jugés comme des menaces potentielles pour l'intégrité du bien. C'est particulièrement le cas avec les travaux de l'Avenue des sphinxs, dont les travaux ont dû avancer puisque le Gouverneur de Louxor a envoyé un courrier au Centre du patrimoine mondial annonçant son inauguration en mars 2012.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

En raison de l'absence d'informations actualisées, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ne sont pas en mesure d'évaluer ni les progrès accomplis par l'État partie dans la mise en oeuvre des recommandations du Comité du patrimoine mondial, ni les travaux entrepris par l'État partie sur le site. Ils recommandent que le Comité du patrimoine mondial réitère les demandes faites au cours des précédentes sessions.

Décision adoptée: 36 COM 7B.50

Le Comité du patrimoine mondial,

1.   Ayant examiné le document WHC-12/36.COM/7B.Add,

2.   Rappelant la décision 34 COM 7B.56, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3.   Regrette que l’État partie n’ait pas remis le rapport comme demandé précédemment;

4.   Réitère sa demande auprès de l’État partie afin qu’il:

a)  élabore un plan de gestion intégré pour le bien dans son ensemble,

b)  crée une zone tampon sur la rive occidentale ;

5.   Réitère également sa demande auprès de l’État partie afin qu’il soumette à examen, conformément au paragraphe 172 des Orientations, des informations détaillées, y compris des plans et projections, sur les projets en cours et à venir, en particulier la corniche et le débarcadère pour les bateaux de croisière sur la rive occidentale, avant toute mise en œuvre ;

Demande à l’État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport sur l’état de conservation du bien et la mise en oeuvre des points évoqués ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013